Samsung : ses investissements monstres commencent à payer face à Apple

Le géant coréen tente la passe de deux : après avoir détrôné Apple dans les smartphones, il veut, tel un rouleau compresseur, s’imposer dans les tablettes. Une guerre totale.

Si cette jeune professeure des écoles croisée à la Fnac vient de craquer pour une Samsung Galaxy Tab 2, ce n’est pas seulement à cause de son prix : disponible maintenant à un peu plus de 300 euros, cette tablette 10 pouces est environ 180 euros moins chère que l’iPad 4, équivalent d’Apple. L’autre motif ? «J’utilise déjà un smartphone Samsung. Le vendeur m’a dit que je pourrais profiter du même univers, mieux synchroniser mes agendas, etc.»

L’argument ravira le géant coréen. Son dernier modèle de smartphone, le Galaxy S3, s’est déjà vendu à 30 millions d’exemplaires depuis son lancement en mai dernier. Et l’effet ricochet sur les ventes de tablettes semble fonctionner à merveille. Selon le cabinet IDC, sa part de marché sur ce segment a été multipliée par trois au cours du troisième trimestre pour atteindre 18,4%, tandis qu’Apple voyait sa part reculer de 60 à 50%. «Nous allons encore accélérer et devenir numéro 1 aussi dans les tablettes», s’emballe Jean-Philippe Illarine, directeur du marketing France, qui relaie la bonne parole venue de Séoul.

Fanfaronnade ? Cela fait un moment déjà que les ambitions de Samsung Electronics ne font plus sourire personne, et surtout pas Apple. Le californien, qui s’était imposé comme leader mondial du smartphone grâce à son iPhone, s’est fait doubler l’an dernier par le coréen. Et depuis, l’écart n’a cessé de s’accroître : au troisième trimestre, leurs ventes (en volume) de smartphones allaient du simple au double. Investissant à tour de bras en recherche et développement, et dans ses usines de composants, Samsung s’est lancé dans une course à la puissance difficile à contenir.

Aujourd’hui, dans les laboratoires de Séoul et de Suwon, ses ingénieurs mettent les bouchées doubles pour concevoir la gamme la plus ...

... Lire la suite sur capital.fr