Marchés français ouverture 4 h 32 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 047,62
    +225,86 (+0,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,1331
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    23 806,75
    +331,49 (+1,41 %)
     
  • BTC-EUR

    50 442,89
    -444,14 (-0,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 471,35
    +28,58 (+1,98 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

Sam Baron, designer engagé: "le mirage du plastique pour tous a disparu"

·2 min de lecture

Sam Baron est un designer engagé pour un design durable et désirable. Il raconte à Amandine Lepoutre, présidente et fondatrice du think tank Thinkers & Doers son cheminement pour travailler différemment et emmener avec lui ceux qu’il appelle son 'crew', sa bande de créateurs, ses amis de l’art et de la création, qui travaillent comme lui: de manière responsable.

Amandine Lepoutre- Vous êtes très présent auprès des jeunes générations de créateurs, des nouvelles marques de , des éditeurs d’un nouveau genre sur les sujets de "design durable et désirable". Est-ce que vous observez que cette tendance se généralise? Quels en sont les marqueurs?

Sam Baron- Effectivement mon parcours de designer a toujours été accompagné de ce rôle particulier de mentor, en travaillant avec les jeunes générations. Que cela soit à Fabrica ou récemment lors de la présidence du prix de design de la ville de Paris, le créateur se doit de questionner notre présence et quelles traces en tant qu’habitants de ce monde que nous nous partageons, nous souhaitons laisser. Des années 2000 lors des premiers meubles en carton recyclé à demain lorsque nous utiliserons les algues polluantes pour en faire du papier comme dans le travail de Samuel Tomatis, l’attitude écologique et responsable a bien évolué dans le monde du design.

Il reste beaucoup à faire: éviter le greenwashing des services de marketing et de communication, et apporter des réponses tangibles qui se démontrent et soient pérennes grâce aux projets pensés ensemble.

Vous avez un œil international. Vous vivez à Lisbonne. Vous travaillez en France, en Italie, aux États-Unis, en Thaïlande, etc. Le design, dites-vous, crée un langage commun, s’appuie sur des symboles universels. Pourrait-on créer un langage militant, qui engagerait pour la planète, pour lutter contre les inégalités?

Chaque trait de crayon est un geste et chaque geste peut être considéré comme un mot. Le design au travers des objets, des espaces et des visuels que nous produisons est un langage. Pour établir un langage commun qui, en effet ferait bouger les lignes et réduirait les inégalités, il nous faut l’écrire à plusieurs afin de s’assurer de son universalité. Les intentions sont là, au-delà des frontières, Yves Béart en Californie, Thinkk studio en Thaïlande, Formafantasma en Italie, chacun à sa façon, démontre au monde que l’on do[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles