Marchés français ouverture 1 h 23 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,71
    +248,73 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    0,9677
    -0,0062 (-0,64 %)
     
  • HANG SENG

    17 415,75
    +164,87 (+0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    20 196,21
    +668,28 (+3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,32
    +17,54 (+4,09 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

Le Salon de l’auto de Genève annulé en 2023 mais Paris s’obstine

Image © Mondial de l'Auto

Pour la quatrième année de suite, il n’y aura pas de Salon de l’auto à Genève. L'édition de février 2023 n’aura pas lieu. Visiblement, organisateurs, visiteurs comme constructeurs auto sont passés à autre chose.

Après deux années d’interruption pour cause de crise sanitaire, la renaissance du Salon de Genève en février 2022 aurait dû marquer le retour à la normale. Finalement la grand-messe de l’auto n’eut pas lieu. Pas davantage que l’édition suivante, qui vient d’être officiellement annulée. Et de quatre ! Quatre annulations de suite, voilà qui fait beaucoup pour une manifestation qui ne revient traditionnellement qu’une fois par an. Le Salon de l’auto de Palexpo reviendra-t-il jamais ?

Exposer coûte cher ! Les constructeurs préfèrent investir dans d’autres formes de communication

Le public a de bonnes raisons d’en doute, même si les organisateurs s’en défendent. Pour commencer, il y a la chute de la fréquentation constatée dans tous les salons de l’auto, que ce soit à Paris, à Francfort, à Munich, à Tokyo, à Shanghai, à New York ou bien à Detroit. Elle s’explique par une tendance lourde : non seulement la bagnole fascine moins les foules que par le passé, mais les consommateurs préfèrent consulter gratuitement les sites Internet des constructeurs plutôt que de payer le prix d’une entrée pour déambuler entre les voitures.

Tant et si bien que les exposants finissent pas douter de la pertinence de la dépense. Pour le dernier Mondial de l'auto de la capitale française en 2018, "il fallait compter 3 millions d'euros pour 2.000 mètres carrés, 5 millions pour 4.000, stand construit, électricité et prestations de bouche comprises", explique un constructeur européen. C'est beaucoup.

Le Salon auto de Genève s’exporte à Doha, au Qatar

Dans un bref communiqué diffusé au soir du 18 août, les organisateurs se contentent d’évoquer des "incertitudes pesant sur l'économie et la situation géopolitique mondiales", mais aussi "des risques liés à la pandémie de Covid". En octobre 2021, à quatre mois de l’ouverture de l’édition 2022 qui n’eut pas lieu, le Directeur exécutif de Geneva International Motor Show (GIMS), Sandro Mesquita avait justifié l’annulation en ces termes : "De nombreuses[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi