La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 540,52
    +1 914,70 (+3,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Pourquoi le Salon de Genève est reporté une seconde fois, jusqu'en 2023

·2 min de lecture

Ce n’est pas en mars prochain, mais en 2023 que l’industrie automobile pourra de nouveau communier en terre genevoise. La faute cette fois-ci à la pénurie de composants et à la hausse des cours des matières premières, plutôt qu’à la pandémie.

Les choses s’annonçaient pour le mieux, le 25 août dernier, lorsque le Président du Comité Permanent du Geneva International Motor Show (GIMS) déclarait “Il y aura bel et bien une 91ème édition du salon automobile à Genève.” Les dates de ce prochain GIMS avaient d’ailleurs été arrêtées : les exposants et les visiteurs seraient attendus au Palais des expositions et des congrès de Genève du 19 au 27 février 2022.

Sauf que non. Il y aura bel et bien un salon de l’auto, mais pas dès le mois de mars prochain. En tant qu’organisateur, le Comité permanent du Salon international de l'automobile annonce ce 7 octobre que la 91ème édition du GIMS n’aura lieu qu’en mars... 2023. En encore, uniquement dans une version décrite comme réduite par les organisateurs, avec une soixantaine de marques.

Après la pandémie, la pénurie tente d’avoir la peau du Salon de l’auto de Genève

A quatre mois de la date initialement prévue, il serait mal venu de blâmer la pandémie et une quelconque dégradation de la situation sanitaire en Europe. Hélas ! Il ne manque pas de maux pour accabler l’industrie automobile, ces temps-ci. La "" va probablement perdurer dans le courant de l'année prochaine, a reconnu Sandro Mesquita, directeur exécutif de Geneva International Motor Show (GIMS). "En ces temps incertains, de nombreuses marques ne sont pas en mesure de s'engager à participer à une foire professionnelle. Les constructeurs ont de nouvelles priorités qu'il doivent d'abord résoudre.”

La promesse faite fin août par Maurice Turrettini vaut donc toujours : il y aura bien un salon de l’auto à Genève, mais pas avant 2023. A l’époque, la déclaration de Turrettini visait surtout à faire taire la rumeur insistante de l’arrêt définitif du célèbre salon de l’auto, née de la décision de Sandro Mesquita d’exporter le savoir-faire suisse pour aider à organiser le premier “Qatar Geneva International Motor Show”, à Doha. Sous le choc de cette nouvelle inattendue, les amateurs d’automobiles avaient cru devoir y [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles