La bourse ferme dans 2 h 52 min
  • CAC 40

    6 536,84
    +64,49 (+1,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 765,25
    +39,86 (+1,07 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0187
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 801,80
    +10,60 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    23 667,51
    +860,82 (+3,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    563,34
    +28,12 (+5,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,08
    -0,93 (-1,04 %)
     
  • DAX

    13 692,38
    +118,45 (+0,87 %)
     
  • FTSE 100

    7 479,90
    +40,16 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • GBP/USD

    1,2107
    +0,0037 (+0,30 %)
     

Salon de Farnborough: Boeing peut-il menacer Airbus ?

TOBY MELVILLE

Alors que s’ouvre à Farnborough, près de Londres, le premier grand salon aéronautique post-Covid (18-22 juillet), Boeing doit absolument redécoller face à un Airbus ultradominant. Des commandes de Delta et Lufthansa sont d’ores et déjà attendues.

Le salon de Farnborough 2022 sera-t-il aussi bouillant que ses organisateurs l’annoncent? Côté météo, sans aucun doute: le mercure devrait atteindre les 40 degrés sur le tarmac de l’aéroport d’affaires de Londres, transformant le salon aéronautique en étuve comparable à la fournaise du Bourget 2019. Côté commandes, le grand raout anglais, premier grand salon de l’ère post-Covid, devrait également faire grimper le thermomètre. De gros contrats sont déjà annoncés . Air India pourrait toper pour des A350 et des A320neo. Selon les analystes de Jefferies, 800 commandes seraient ainsi dans les tuyaux. Mais le chiffre pourrait être supérieur: depuis 2012, les grands salons tournent à une moyenne de 1.000 commandes environ.

Qui dominera les débats cette année? Les deux géants Airbus et Boeing débarquent à Londres avec des ambitions très différentes. Le groupe européen vient sans grande pression. Son carnet de commandes affiche complet, ou presque: le groupe a plus de 7.000 appareils à livrer, dont près de 6.400 monocouloirs de la famille A320neo. Avant même le salon, Airbus est déjà engagé dans une remontée historique de sa cadence de production. Passée de 60 à 40 A320 par mois durant la crise Covid, . Airbus vise désormais 75 appareils par mois en 2025, un niveau jamais atteint dans l’histoire.

Succès de l'A350 cargo

Avec 61% de part de marché sur les monocouloirs, contre seulement 39% à Boeing, Airbus se sait en position de force. L’avionneur toulousain ne crachera évidemment pas sur des commandes supplémentaires, mais il n’en a pas un besoin vital. Sa priorité est clairement de redécoller sur le segment des long-courriers, où il est toujours devancé par son rival américain (40% de part de marché, contre 60% à Boeing). Mais ce marché, le plus touché par la crise du coronavirus, reste déprimé, avec un trafic inférieur d’un tiers aux chiffres d’avant-pandémie. Seul le segment cargo surnage. Airbus y a réussi une jolie percée en lançant, en novembre dernier, une version fret[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles