Marchés français ouverture 4 h 42 min
  • Dow Jones

    34 483,72
    -652,22 (-1,86 %)
     
  • Nasdaq

    15 537,69
    -245,14 (-1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 047,62
    +225,86 (+0,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,1331
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    23 822,99
    +347,73 (+1,48 %)
     
  • BTC-EUR

    50 545,45
    -448,93 (-0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 474,95
    +32,18 (+2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 567,00
    -88,27 (-1,90 %)
     

Salon de Dubaï: l’A321neo dézingue les long-courriers classiques

·2 min de lecture

Indigo Partners, ALC… Au salon de Dubaï, Airbus renoue avec délectation avec les méga-commandes. Mais celles-ci se portent, pour l’essentiel, sur les monocouloirs type A321neo, qui prennent le pas sur les long-courriers classiques.

C’était le temps glorieux des long-courriers. Ce 17 novembre 2013, le salon aéronautique de Dubaï s’ouvre sur une stupéfiante série de commandes: plus de 250 777X et 50 A380 commandés par les Emirates, Etihad et autres Qatar Airways. Près de 150 milliards de dollars de contrats en quelques heures, dont l’essentiel sur des long-courriers: du jamais-vu dans un grand salon. Huit ans et une crise du Covid plus tard, le nouveau monde aéronautique n’est plus tout à fait le même. L’édition 2021 du salon de Dubaï, qui se tient du 14 au 18 novembre, marque bien le grand retour des méga-commandes pour Airbus, avec le , et .

Mais le salon n’a, au moins pour l’instant, pas connu d’annonces majeures sur le segment des long-courriers, à l’exception de la lettre d’intention pour 4 A330neo et 7 A350 cargos du loueur ALC et d’une petite commande de deux 777 cargos par Emirates. Le segment apparaît durablement plombé par la crise sanitaire. En septembre, le trafic international était encore inférieur de 69% à son niveau de 2019, selon l’association des compagnies aériennes IATA.

A380 et 747 au tapis

L’effet Covid s’est vite retrouvé dans les chiffres de production des avionneurs. Les livraisons de long-courriers d’Airbus et Boeing ont fondu de moitié de 2019 à 2020. Le 787 est passé de quatorze appareils produits par mois à deux, . L’A350 d’Airbus est passé de dix à cinq avions mensuels. L’A330 et le 777 végètent à deux appareils par mois, en attendant des jours meilleurs. Quant aux gros quadriréacteurs, le Covid les a achevés: le dernier A380 d’Airbus sera livré ces prochaines semaines à Emirates, et Boeing arrêtera la production du légendaire 747 en 2022.

Quand le marché va-t-il redécoller? Difficile à dire. "La est un bol d’oxygène pour les compagnies européennes et américaines, mais le segment reste plombé par les restrictions toujours en place, notamment en Asie, et les questionnements sur une possible cinquième vague du virus", souligne Pascal Fabre, associé au cabinet de cons[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles