La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 925,86
    -132,66 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    14 719,81
    +59,23 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1816
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 006,23
    +822,32 (+2,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    916,51
    -13,41 (-1,44 %)
     
  • S&P 500

    4 395,44
    -6,02 (-0,14 %)
     

#SalePute sur Arte, un documentaire sur les réalités et conséquences du cyberharcèlement

·2 min de lecture

Arte diffuse ce mercredi 23 juin à 22h35 le documentaire évènement belge #SalePute. Les journalistes Myriam Leroy et Florence Hainaut veulent sensibiliser au cyberharcèlement et à ses conséquences.

A quoi ressemble le quotidien des femmes journalistes en Europe ? Et que dit-il sur la condition des femmes en général ? Dans #Salepute, deux jeunes professionnelles belges, anciennes de la RTBF, racontent par les témoignages le cyberharcèlement subi par leurs consœurs et les effets sur leurs psychologies et leurs carrières. "On part sur le principe que ça n’arrive qu’aux célébrités, que c’est le revers de la médaille", glisse . Le documentaire commence en présentant un chiffre clef : 73% des femmes dans le monde ont subi des cyberviolences, de quoi rappeler que ces faits ne sont pas isolés mais correspondent à un fait de société.

"Tu ne dormiras plus jamais pareil pour deux minutes de bon sens", lâche une bouleversante Nadia Daam, ex-journaliste chez Europe 1, cyberharcelée par des groupes formés sur Jeuxvideo.com pour avoir défendu deux militants féministes dans une chronique. Harcelée sur Internet et à son domicile, sa fille menacée à son tour, elle dit en avoir perdu sa joie et s’autocensurer. Au total, 76% des femmes qui ont subit des cyberviolences craignent pour leur sécurité physique en cessant d’exprimer leur opinion ou en quittant les réseaux sociaux, d’après un rapport d’Amnesty International de 2017. Les témoignages face caméra se succèdent pour incarner ces réalités que les citoyens et directeurs de rédaction peinent encore à saisir. Myriam Leroy et Florence Hainaut ont imaginé ce reportage pour faire naître le débat dans les écoles et sensibiliser les jeunes générations.

"Ce ne sont pas des anomalies du système, c'est le système"

Ces harceleurs sont souvent présentés dans les médias comme des "monstres", mais "ce ne sont pas des dingues, des idiots, ce ne sont pas des anomalies du système, c’est le système", précisent les journalistes. D’après un sociologue interviewé, il s’agit d’hommes de la classe moyenne, racistes, sexistes ou homophobes, pour qui les réseaux sociaux sont seulement un outil qui amplifie la misogynie. Le documentaire insiste sur l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles