Marchés français ouverture 27 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    -0,0052 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    29 049,65
    -1 024,52 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    37 467,94
    -4 375,03 (-10,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    904,52
    -28,61 (-3,07 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Comment les salariés voient leur retour au bureau post-Covid

·2 min de lecture

Depuis la mise en place des mesures anti-Covid, les salariés ont dû adopter de nouveaux usages. Qu'en restera-t-il après la crise? Un sondage JLL, que Challenges a consulté en exclusivité, révèle les surprenantes aspirations des salariés pour le monde d'après.

Depuis la mise en place des mesures anti-Covid, chacun, dans l’entreprise, s’est fait à de nouvelles habitudes, à des nouveaux usages. Au bureau, il n'y a qu'à regarder autour de soi. Georges et Brigitte (et tous ceux du deuxième et de l'export) qui ne veulent pas changer d'un iota leurs train-train et qui viennent au bureau cinq jours par semaine, . Il y a Gaëlle, Sébastien et Louise-Marie, qui alternent entre séjours en entreprise et home-office. Et il y a Fred, de la compta et quelques autres, qui militent pour le tout télétravail. Tous attachés à leur entreprise et à leur travail. Mais tous différents.

Des salariés désenchantés

La ne laisse pas les salariés indifférents. Tous apprécient ses avantages, comme la réduction du temps (ou l'absence) de transport, mais beaucoup soulignent aussi . Une récente étude du conseil en immobilier d’entreprise JLL -que Challenges a consulté en exclusivité- témoigne de ces questionnements. Menée auprès de plus de 2.000 salariés dans 10 grands pays, elle offre une vision très spécifique du salarié français. En France, près d’un salarié sur deux (45% exactement) se déclare "désenchanté" par les conditions de travail actuelles. Le confort offert par le home-office est, il est vrai, loin d’être optimal: exiguïté de certains appartements, manque de relations sociales, monotonie du travail. Au point qu’un tiers ne veut même plus en entendre parler!

"Avant la crise, on parlait beaucoup de , aujourd’hui c’est surtout de santé dont il est question. Mais est-ce qu’une ambiance aseptisée suffira à faire revenir les talents au bureau? Nous avons voulu comprendre les nuances individuelles, et la façon dont le rapport à l’employeur et l’appétit pour le télétravail dicte les attentes vis-à-vis du bureau." explique Flore Pradère, directrice Recherche Entreprises de JLL. Le résultat? Surprenant! Les enquêteurs ont détecté quatre comportements tranchés qui montrent que les employeurs ne pourront plus se satisfaire de solutions uniques. Passons [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi