Marchés français ouverture 6 h 37 min

Les salariés qui changent de job améliorent davantage leurs conditions de travail

latribune.fr
 

Risque de dépression, surmenage, stress, tensions musculaires... les phénomènes de mal-être physique et mental au travail peuvent déboucher sur des situations très délicates à l'intérieur des entreprises ou des établissements publics. Selon le baromètre Malakoff Méderic Humanis publié ce jeudi 28 novembre, près d'un salarié sur deux (44%) s'est vu prescrire au moins un arrêt de travail au cours des douze derniers mois, un chiffre stable mais "élevé".

Selon les salariés interrogés, ces arrêts sont liés à des maladies ordinaires dans 36% des cas, à des troubles musculo-squelettiques (TMS) dans 25% des cas, et, dans 18% des cas, à des troubles psychosociaux voire à un épuisement professionnel ("burn out").

Pour tenter d'échapper à ces risques, les salariés préfèrent parfois changer d'entreprise, d'emploi, de métier ou même de secteur.

D'après une enquête menée par le service de statistiques du ministère du Travail publiée ce vendredi 29 novembre, sur la totalité des salariés interrogés, 23% ont changé d'employeur ou de profession entre 2013 et 2016, 32% ont conservé le même emploi mais ont connu un changement technique ou organisationnel, enfin 45% affirment avoir peu connu de d'évolutions professionnelles.

La forte mobilité des salariés de l'industrie

Parmi les résultats marquants de l'enquête, il ressort que 26% des salariés dans l'industrie interrogés en 2013 n'y travaillent plus trois ans après. C'est la proportion la plus forte sur l'ensemble des domaines étudiés, à l'exception du bâtiment et des travaux publics. Dans les administrations (9%), les transports (18%) ou les services (20%), les salariés sont en proportion moins nombreux à quitter leur secteur entre 2013 et 2016. En moyenne, 17% des salariés ont changé de secteur sur cette période.

Le changement de domaine professionnel permet d'améliorer en moyenne les conditions de travail, mais cette amélioration ne

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


"Burn out" aux urgences, un reportage en immersion à l'hôpital
Le burn out n'est pas une maladie professionnelle, pour l'Assemblée nationale
Stress au travail : les 5 sources du "burn out" pour les salariés et les managers