Marchés français ouverture 3 h 9 min
  • Dow Jones

    31 188,38
    +257,86 (+0,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,25
    +260,07 (+1,97 %)
     
  • Nikkei 225

    28 786,10
    +152,64 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    30 012,19
    +369,91 (+1,25 %)
     
  • BTC-EUR

    28 422,85
    -189,20 (-0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    682,14
    -18,47 (-2,64 %)
     
  • S&P 500

    3 851,85
    +52,94 (+1,39 %)
     

Salariés, vous êtes espionnés!

·2 min de lecture

Avec l'explosion du télétravail, les logiciels qui espionnent les salariés se multiplient. Quels sont ces logiciels et jusqu'où peut aller votre entreprise?

Mi-décembre, le géant Google a du donner la preuve au gouvernement fédéral américain qu’il n’avait pas espionné ses salariés. Au départ, le groupe avait voulu surveiller les activités et les présentations réalisées par un groupe de quatre de ses employés. Leur tort: . L’affaire a suscité une polémique sur l’étendue des pouvoirs qu’avaient les employeurs de contrôler l’activité de leurs salariés. Les USA ne sont pas la France, vous dites-vous. Mais ce genre de pratique est-il vraiment impossible chez nous? Eh bien non. Le phénomène est même en plein boom, , et le confinement à leur domicile de plusieurs millions de salariés qui les fait échapper au contrôle direct de leur hiérarchie.

Un salarié sur deux est surveillé

Depuis des années, il existe des pointeuses en ligne, mais les méthodes se sont bien perfectionnées ces derniers mois. Et, surtout, la surveillance est d’une ampleur insoupçonnée: (sondage auprès de 1.418 répondants Français), près d'un salarié sur deux est surveillé par des outils au sein de son entreprise, mais près de la moitié des télétravailleurs le sont aussi! Cette surveillance se fait au travers d’outils très sophistiqués, souvent par l’intermédiaire de logiciels "embarqués" dans les ordinateurs mis à disposition des salariés, qui permettent de connaître "le temps d’activité, l’historique du navigateur, les mouvements de la souris, l’enregistrement des frappes au clavier", explique GetApp. Plus d’un salarié sur cinq subit aussi une surveillance de son environnement de travail (dans le cas des télétravailleurs, il s’agit souvent de son logement personnel) à travers une caméra installée sur son ordinateur, une webcam. Et un télétravailleur sur huit subit un tracking de son activité téléphonique et de ses envois d’emails.

Bien sûr, la majorité (59%) des télétravailleurs réprouvent ce genre de flicage, surtout s’il n’a pas fait l’objet d’un consentement préalable avec l’employeur. Les principales raisons invoquées sont la perception d’une infantili[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi