La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 402,81
    +1 652,03 (+3,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Salaires : les jeunes cadres touchés de plein fouet par la crise

·1 min de lecture

Leur rémunération a diminué, descendant de 40.000 euros en 2019 à 39.000 euros l'an dernier.

Ce sont les plus jeunes qui paient le prix fort. Selon une étude publiée par l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), mercredi 22 septembre, la rémunération des cadres du secteur privé est "restée stable" globalement en 2020, mais la crise sanitaire a "accentué les inégalités salariales" entre les femmes et les hommes, tandis que la rémunération des jeunes a baissé. L'an dernier, "malgré les difficultés économiques des entreprises", le chômage partiel et "l'arrêt de certaines activités lors des différents confinements", la rémunération annuelle brute médiane (la moitié gagne plus, l'autre moitié gagne moins) des cadres du privé, incluant la part fixe et la part variable, a atteint 50.000 euros, comme en 2019 et 2018, a indiqué l'Apec. 

Si les augmentations de salaire "se sont faites plus rares" en 2020 avec la crise (38% des cadres augmentés, contre 48% en 2019), la moitié des cadres (52%) ont touché la part variable de leur rémunération, soit une proportion "comparable aux années précédentes". Les revenus perçus au titre de la participation et de l'intéressement étaient aussi "de même niveau que les années passées", ajoute-t-elle.

Augmentation des inégalités

"Au global, ce n'est pas une mauvaise année", même s'"il y a eu moins d'augmentations que les années précédentes", mais "là où il y a un problème", c'est "l'impact de ces politiques salariales plus restrictives dans les entreprises sur les inégalités de salaires entre hommes et femmes", a souligné le directeur général de l'Apec, Gilles Gateau. (...)

                            (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Aides à domicile : les hausses de salaires fatales à certaines structures de santé ?
Mobilité de l’emploi : ces salariés qui sont prêts à déménager pour trouver un poste
Adapter le CPF, favoriser les reconversions… ces propositions pour renforcer la formation des demandeurs d’emploi
Télétravail : ces équipements "haut de gamme" qui risquent d'aggraver les inégalités
Voici de combien le Smic va augmenter au 1er octobre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles