La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 015,84
    -244,97 (-0,84 %)
     
  • Nasdaq

    10 771,92
    -31,00 (-0,29 %)
     
  • Nikkei 225

    26 571,87
    +140,32 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    0,9587
    -0,0025 (-0,26 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 788,96
    -274,60 (-1,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    435,56
    -23,58 (-5,14 %)
     
  • S&P 500

    3 631,05
    -23,99 (-0,66 %)
     

Les salaires augmentent deux fois moins vite que les prix

TRIBUNE - Pour l'instant, les revenus du travail augmentent deux fois moins vite que l'inflation. Un phénomène étonnant, vu l'ampleur des pénuries de main-d'œuvre.

Face à l, les syndicats réclament des revalorisations pérennes des salaires via le smic et les négociations de branche. On leur rétorque le risque de la boucle prix-salaires: pour faire face à une hausse des salaires, les entreprises vont augmenter leurs prix et donc accentuer l'inflation, nécessitant de nouvelles hausses salariales, etc. Pour éviter une telle spirale, le gouvernement favorise plutôt un ensemble d'aides ponctuelles de soutien au pouvoir d'achat.

Mais doit-on vraiment craindre une boucle prix-salaire? Pour l'instant, la réponse est plutôt non. D'après les chiffres fournis par la Dares, le salaire mensuel de base et le salaire horaire des ouvriers augmentent certes, mais deux fois moins vite que les prix (entre 3 et 3,5% contre 6% pour les prix, voir graphique): en moyenne, et en l'absence de mesures correctrices, les salariés vont s'appauvrir de 3% en 2022.

Lire aussi

Situation inédite

Cette hausse limitée des salaires est commune à presque toute l'Europe et elle est d'autant plus étonnante que le taux d'emplois vacants dépasse les 2% et que deux tiers des entreprises déclarent des difficultés à recruter, une situation inédite depuis l'existence de ces indicateurs au début des années 2000. Combinée à l'inflation, une telle pénurie de main-d'œuvre (qui s'observe depuis le second semestre 2021) aurait dû booster davantage les salaires: quand la demande est supérieure à l'offre, les prix augmentent.

Deux facteurs peuvent expliquer que ce ne soit pas le cas. D'abord, même si , induisant des hausses mécaniques de salaire tout en bas, ces hausses ne se répercutent que partiellement sur les salaires plus élevés du fait du manque de dynamisme des négociations de branche. Aujourd'hui, 140 branches professionnelles ont des minima salariaux inférieurs au smic. Or, le minimum de branche impacte l'ensemble de la grille salariale. Lorsqu'il est inférieur au smic, celui-ci s'applique pour les salariés les moins qualifiés, mais pour les plus qualifiés, dont le sala[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi