Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 824,07
    -374,01 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    17 863,59
    -133,34 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    -0,0031 (-0,28 %)
     
  • HANG SENG

    17 778,41
    +39,00 (+0,22 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 270,66
    -750,20 (-1,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 323,28
    -6,23 (-0,47 %)
     
  • S&P 500

    5 552,68
    -35,59 (-0,64 %)
     

Salaire, chômage... les généreuses promesses du Nouveau Front populaire aux actifs français

Victoria Valdivia/Hans Lucas/AFP

Arrivé en tête des élections législatives ce dimanche 7 juillet, obtenant ainsi une majorité relative à l’Assemblée nationale, le Nouveau Front populaire (NFP) espère pouvoir appliquer très rapidement son programme de «rupture» pour «répondre à l’urgence sociale» du pays. Un programme qui contient près de 150 mesures et qui comporte, sans grande surprise, de nombreuses dispositions touchant directement au pouvoir d’achat des Français. Et notamment des mesures d’urgence visant à revaloriser les rémunérations.

S’il parvient à accéder au pouvoir suite à sa victoire aux élections législatives, le Nouveau Front populaire promet ainsi, dès ses 15 premiers jours au gouvernement, de revaloriser le Smic à 1 600 euros net par mois (contre 1 398,70 euros net aujourd’hui). Ce qui correspondrait à un salaire minimum légal de «2 000 euros brut», a précisé, lors de la présentation du programme du NFP le 14 juin dernier, Fabien Roussel, le secrétaire national du Parti communiste français, pour qui «le brut est important parce que les cotisations compteront pour financer la protection sociale de notre pays». Une mesure qui coûterait 19 milliards d’euros par an aux finances publiques, selon les estimations de l’Institut Montaigne, un think tank d’orientation libérale.

Dans le même temps, les partis de gauche veulent augmenter de 10% la valeur du point d’indice dans la fonction publique, qui sert de base au calcul du traitement brut des agents publics. Pour rappel, le gouvernement actuel a accordé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Smic : revaloriser le salaire minimum à 1 600 euros net par mois, bonne ou mauvaise idée ?
Office wear : les talons font leur retour au bureau
Allocation chômage : conditions, calcul, durée et montant de l’ARE
Législatives 2024 : vos allocations chômage vont-elles diminuer, malgré la mise sur pause de la réforme ?
Droit à l’image : pouvez-vous refuser d’apparaître sur les réseaux sociaux de votre entreprise ?