La bourse ferme dans 6 h 44 min
  • CAC 40

    5 674,21
    -88,13 (-1,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 269,62
    -48,58 (-1,46 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9821
    +0,0020 (+0,21 %)
     
  • Gold future

    1 673,30
    +1,30 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    19 558,73
    -224,51 (-1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    436,20
    -7,22 (-1,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,22
    +3,73 (+4,69 %)
     
  • DAX

    11 939,83
    -174,53 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 824,42
    -69,39 (-1,01 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1231
    +0,0065 (+0,59 %)
     

La saison 4 de Stranger Things monte un cran dans l’horreur, et c’est génial

Après un mois d’attente, les deux derniers épisodes de la saison 4 de Stranger Things ont enfin été mis en ligne sur Netflix. Une conclusion gigantesque à la série fantastique et nostalgique, qui dévoile un tout autre niveau d’horreur, en attendant la cinquième et toute dernière saison. Attention, spoilers !

Il faut l’avouer : cette saison 4 de Stranger Things était relativement difficile à regarder pour les âmes sensibles. Sang à gogo, membres cassés, yeux retournés… Il fallait avoir le cœur bien accroché pour dévorer les neuf épisodes qui composent l’avant-dernière saison de la série, disponible sur Netflix.

De nouvelles aventures pour Eleven, Mike, Will, Max, Lucas, Dustin, Steve et tous les autres, qui prennent tout à coup un tournant plus adulte. Mais ce torrent de violence est-il justifié ? Attention, spoilers dans la suite de cet article sur les quatre premières saisons de Stranger Things.

spoilers s things
spoilers s things

Des accents fantastiques métaphoriques

Aux débuts de Stranger Things, les émois adolescents étaient timides. C’était la fin de l’enfance que l’on observait dans cette série aux accents fantastiques plutôt métaphoriques. Dans les trois premières saisons, l’horreur était donc relativement contenue, presque discrète. À part quelques instants de fulgurance gore, comme la mort de Bob dans la deuxième saison ou le final de la troisième saison en mode « massacre de masse », les scènes de souffrance et de meurtres restaient plutôt soutenables.

[Lire la suite]