La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 930,94
    -213,37 (-0,61 %)
     
  • Nasdaq

    14 560,10
    -280,61 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,1839
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • BTC-EUR

    31 685,43
    -1 954,91 (-5,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    887,99
    +11,76 (+1,34 %)
     
  • S&P 500

    4 380,18
    -42,12 (-0,95 %)
     

Saint-Gobain, L'Oréal, Scor et Valeo: le départ de quatre grands patrons citoyens

·2 min de lecture

EDITO - Les PDG sortants de Saint-Gobain, L'Oréal, Scor et Valeo ont constamment montré leur attachement au débat public en France. Qu'en sera-t-il de leurs successeurs ?

Le 1er juillet n’est pas une date anodine pour Saint-Gobain, la multinationale tricentenaire. Aujourd'hui Pierre-André de Chalendar (63 ans), son patron depuis 2007, laisse le manche à Benoit Bazin, et . Ce changement n’est pas isolé, puisque deux mois plus tôt, Jean-Paul Agon (65 ans cette semaine) a fait le même mouvement à la tête de L’Oréal, Jacques Aschenbroich (65 ans également) abandonnera la direction opérationnelle de Valeo le 1er janvier prochain, et l'assemblée générale de Scor vient de voter le principe de dissociation de la gouvernance, ouvrant la voie pour que Denis Kessler (69 ans) occupe le fauteuil de président. Sauf dans ce dernier cas, les passations de pouvoir ont été préparées de longue date dans chacune des entreprises concernées. Pourtant, elles vont avoir des conséquences bien au-delà des limites de celles-ci. Non que les quatre PDG aient une influence comparable dans le monde des affaires parisien à celles de parrains clairement identifiés, comme l’étaient dans le passé un Ambroise Roux, créateur du lobby des grandes entreprises privées, un Claude Bébéar (Axa) ou même un Michel Pébereau (BNP Paribas).

Mais leur attachement à l’économie du pays, et la chose publique en France n’ont jamais cessé. Chalendar, en présidant la chaire "Bien Commun" de l’Institut catholique de Paris, a démontré que ses intérêts dépassaient largement la tour de verre de Saint-Gobain à La Défense, à l’instar de son prédécesseur Jean-Louis Beffa. Comme lui, il a écrit plusieurs ouvrages qui traitaient de tout, sauf de l’art du management. Son dernier livre (Le défi urbain, Odile Jacob) est une réflexion puissante et iconoclaste sur les risques d’une métropolisation accélérée. Comme lui, il a présidé avec une infatigable passion, le "Colloque franco-britannique" qui, chaque mois de janvier, fait se rencontrer une centaine d’acteurs politiques, économiques et des médias venant de deux cultures si différentes. A leur façon également, Agon, Aschenbroisch et Kessler ne mett[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles