La bourse ferme dans 2 h 14 min
  • CAC 40

    7 159,93
    +27,58 (+0,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 224,44
    +15,13 (+0,36 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0740
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    1 891,40
    +6,60 (+0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    21 509,41
    -33,97 (-0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,67
    +7,72 (+1,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,16
    +1,02 (+1,32 %)
     
  • DAX

    15 435,23
    +114,35 (+0,75 %)
     
  • FTSE 100

    7 911,86
    +47,15 (+0,60 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2089
    +0,0037 (+0,31 %)
     

La saignée dans la tech continue : Microsoft renvoie 10 000 personnes

Comme d’autres entreprises, Microsoft réduit sa masse salariale : 10 000 personnes vont être renvoyées dans les semaines à venir, a-t-on appris le 18 janvier 2023.

Il était attendu depuis plusieurs jours. Finalement, le plan social de Microsoft a été annoncé le 18 janvier 2023 dans un billet de blog rédigé par Satya Nadella lui-même. Le PDG du géant des logiciels confirme le licenciement de 10 000 personnes à court terme. Cette réduction de la masse salariale, évaluée à 5 % de l’ensemble des employés, s’effectuera jusqu’au troisième trimestre.

L’annonce faite par Microsoft rejoint les autres plans de grande ampleur qui ont touché le secteur de la high tech durant les derniers mois. Chez Facebook (Meta), ce sont 11 000 personnes qui ont été renvoyées. Snapchat a perdu 20 % de ses effectifs. Twitter, 50 %. Salesforce a remercié plusieurs centaines de salariés. Lyft aussi. Et, Amazon a fermé 10 000 postes.

Satya Nadella  // Source : Flickr/Heisenberg Media
Satya Nadella // Source : Flickr/Heisenberg Media

Comme pour les autres groupes, Microsoft avance les mêmes arguments justifiant cette contraction du personnel. À savoir, les perturbations causées par la pandémie (et les besoins accrus en « numérique » qui ont découlé de la crise du covid), la récession déjà présente dans certains pays ou anticipée,

[Lire la suite]