Marchés français ouverture 5 h 16 min
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 381,68
    -59,62 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,2126
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 609,37
    -29,16 (-0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    33 018,48
    -322,80 (-0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    992,74
    -17,87 (-1,77 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     

Safran : la crise de l’aéronautique va retarder la nouvelle usine de Lyon

·1 min de lecture

Vents contraires pour la nouvelle usine Safran près de Lyon. Le site va être retardé par les déboires de l'industrie aéronautique provoqués par la crise du Covid-19. "Concernant l'usine de production de disques carbone de Feyzin, le calendrier initial va être revu", a annoncé le DG Olivier Andriès à l'hebdomadaire L'Usine nouvelle. L'implantation à Feyzin de ce site de fabrication de freins carbone pour avions avait été annoncée par le président Emmanuel Macron en juillet 2019. Safran a prévu d'investir 230 millions d'euros sur ce site qui était prévu pour 2024. L'Etat et les collectivités ont prévu de leur côté d'apporter 26 millions d'euros d'aides publiques dans le projet qui doit générer 250 emplois.

La lenteur des discussions pour aboutir à cet accord avait conduit le patron de Safran à l'époque, Philippe Petitcolin, à se plaindre des difficultés à implanter de nouvelles usines en France. "Il y a un travail en cours, qui n'est pas décalé, de deux ou trois ans pour la mise au point des procédés innovants qui amélioreront la compétitivité économique et l'efficience environnementale de cette production. Mais avec la crise, la capacité d'investissement va glisser de trois à quatre ans", explique Olivier Andriès à L'Usine nouvelle. Il ne précise pas de date d'entrée en service de l'usine.

>> A lire aussi - Il loue un Airbus A320 pour faire voler sa famille

Les restrictions de déplacement provoquées par la crise sanitaire ont conduit à un effondrement du trafic aérien et en conséquence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le pétrole cale, les exportations de l'Iran en question
La Bourse de Tokyo poursuit son ascension dans la voie de Wall Street
PHE fixe le prix de son introduction en Bourse entre 16 et 20 euros par action
La Banque d'Angleterre rétropédale sur les taux négatifs et critique les cryptomonnaies
Plombé par la consommation, le PIB allemand rechute en début d’année