La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,40 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,60
    -16,80 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    30 734,94
    +1 227,45 (+4,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,91
    +0,62 (+0,88 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,07 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,12 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,87 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Saam Golshani, White&Case: "Les actionnaires doivent aligner rentabilité du capital et bien commun"

·2 min de lecture

Organisé par Challenges, le Sommet "Sauver le bien commun" aura lieu sous forme digitale les 27 et 28 mai. En avant-première, Saam Golshani, associé de White & Case, nous livre sa conception du Bien commun.

Challenges - Est-il possible de concilier rentabilité du capital et bien commun?

Saam Golshani - Les notions peuvent paraitre contradictoire, une forme d'oxymore. Pour concilier rentabilité du capital et bien commun, il décider de les aligner. Dans le système capitaliste, cette décision ne peut être issue que la volonté des actionnaires de l'entreprise. A eux de décider, s'ils le souhaitent, l’assignation à la société dont ils sont co-propriétaires d’un objectif dépassant son intérêt propre en vue de faire le bien commun. Et ce pour servir d'autres parties prenantes. Une fois cette décision prise, il n'y a plus de contradiction.

Cette notion d'intérêt social élargi est donc compatible avec le capitalisme?

Elle en est même en grande partie à l'origine. Les riches congrégations religieuses de la Renaissance italienne, par exemple, avaient un intérêt social élargi. Une partie des profits qu'elles généraient servaient au bien commun. Ce système, d'ailleurs, a survécu et survit encore en Italie. Aujourd'hui, on retrouve le même fondement dans de nombreuses entreprises capitalistes, dont les actionnaires s'accordent à reverser une partie des profits pour des causes diverses.

A l'inverse, peut-on faire du profit en faisant le bien commun. Une entreprise capitaliste peut-elle créer de la valeur en gérant des maisons de retraites ou des crèches?

La réponse est bien sûr oui. Mais ces secteurs doivent être particulièrement encadrés par les pouvoirs publics, et les acteurs qui y interviennent doivent accepter ces externalités. Voilà ce qu'est le bon libéralisme...

La loi Pacte de 2019, inspirée du bien commun, a créé le statut d'"entreprise à mission" et proposé aux sociétés capitalistes de se définir une "raison d'être". Est-ce le rôle du législateur d'intervenir dans ce domaine?

La loi est là pour proposer aux entreprises différentes options. Aux actionnaires de décider ce qui leur convient le mieux.

Où se situe la frontière entre une "entreprise à mission" ou une "B C[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi