Marchés français ouverture 8 h 22 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2151
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 561,64
    +498,24 (+1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

« Je s’appelle Groot » : Disney donne vie au célèbre Gardiens de la Galaxie

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

Disney travaille depuis des années sur différents projets robotiques afin de rendre ses animatroniques aussi réalistes que possible. L’année dernière, la firme avait présenté un robot au regard humain assez déstabilisant. Mais les ingénieurs ne travaillent pas uniquement sur l’animation du visage, comme en témoigne le projet Kiwi dévoilé par le site TechCrunch.

Les équipes de Walt Disney Imagineering ont réussi à créer un robot bipède et autonome. Il n’est pas sans rappeler le robot humanoïde Atlas de Boston Dynamics, et ce n’est pas sans raison. Le projet est dirigé par Scott LaValley qui a travaillé sur plusieurs robots de la firme avant d’intégrer la division de recherche chez Disney. Toutefois, le projet Kiwi est plus petit et bien plus réaliste.

Présentation du robot marcheur dans le cadre du projet Kiwi. © TechCruch, YouTube

Un squelette réalisé par impression 3D

Pour l’occasion, le robot est une reproduction de Baby Groot d’environ 75 centimètres de haut. Toutefois, il s’agit avant tout d’une plateforme robotique, destinée à pouvoir incarner de nombreux personnages et à interagir avec les visiteurs des parcs d’attraction Disney. Il est alimenté par batterie et dispose d’une autonomie d’environ 45 minutes. À cause de la complexité des formes, les chercheurs ont dû imprimer son squelette en 3D, le rendant creux pour faire passer de l’air pour le refroidissement.

Le robot peut être programmé avec différentes humeurs, comme être heureux ou triste, ce qui modifie la démarche ainsi que les mouvements du reste du corps. Le projet Kiwi n’est toutefois pas entièrement au point, et nécessite encore beaucoup de travail avant de pouvoir être en contact avec le public. Il ne faudra donc pas s’attendre à le voir apparaître tout de suite dans les parcs.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura