La bourse ferme dans 5 h 43 min
  • CAC 40

    6 541,68
    -36,92 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 073,47
    -29,12 (-0,71 %)
     
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1784
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 798,10
    -1,10 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    31 778,50
    -799,04 (-2,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,89
    -26,60 (-2,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,99
    +0,08 (+0,11 %)
     
  • DAX

    15 493,98
    -125,00 (-0,80 %)
     
  • FTSE 100

    6 972,73
    -52,70 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,3782
    -0,0042 (-0,30 %)
     

Sérieux coup de froid sur l'alliance Renault-Nissan-Mercedes

·2 min de lecture

Des négociations sur les utilitaires n'ont pas abouti. Renault et Nissan ont vendu leurs participations dans Daimler. Le poste de coordinateur de l'alliance franco-nippo-allemande est supprimé. Restent des moteurs essence conjoints et le Kangoo repris par Mercedes.

C’était l’autre grande alliance voulue par ! Las. Le rapprochement du printemps 2010 entre le PDG du constructeur au losange ainsi que de Nissan, et Dieter Zetsche, alors PDG de Daimler (Mercedes), fait long feu. Le poste de coordinateur de cette alliance vient même d’être supprimé, le titulaire, Jacques Verdonck, prenant sa retraite. Renault avait d’ailleurs annoncé le 12 mars dernier la cession de sa participation dans Daimler (1,54% du capital). Pour un montant total de 1,143 milliard d'euros. Le 6 mai, c’était Nissan qui cédait la sienne pour un montant similaire. Une page se tourne, onze ans après ! Même si Daimler garde pour le moment ses 3,1% dans Renault et le constructeur japonais. Il est vrai que les valorisations de ces deux constructeurs sont trop basses.

La mise en vente, début juillet 2020, ) constituait déjà un échec pour ce qui était l'une des coopérations majeures entre le constructeur français et le groupe allemand. Sorties en 2014 (pour la génération actuelle), les mini-Smart Fortwo partagent en effet tous leurs dessous et moteurs avec… la Twingo française, 60% des pièces (en valeur) étant communes. Ce projet-clé (Edison) avait été développé sous la houlette de la firme au losange. Mais les volumes n’ont jamais été au rendez-vous. Mercedes, auquel les Smart sont rattachées au sein de Daimler, avait du coup annoncé dès mars 2019 que lesdites Smart ne seraient plus produites en Lorraine mais en Chine à partir de 2022, faute de succès et de rentabilité en Europe. Daimler s’est associée du coup au groupe chinois Geely. Smart a arrêté par ailleurs la Forfour (version quatre portes) co-produite chez Renault en Slovénie, sur les mêmes chaînes que la Twingo. Ici, les véhicules étaient encore plus proches, puisqu’ils comptaient 75% de pièces communes en valeur.

Echec des pick-ups

D'autres programmes issus de la collaboration entre Carlos Ghosn et Dieter Zetsche (remplacé début 2019 par Ola Källenius à la tête de Daimler) constituent carrément des flops. T[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles