La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 416,73
    -392,50 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

La série “Andor”, “l’une des plus belles surprises de l’année 2022”

Photo Des Willie/Lucasfilm Ltd

De toutes les productions dérivées de l’univers Star Wars ou Marvel qui se bousculent sur la plateforme de streaming de Disney, rares sont celles qui ont suscité aussi peu d’attente et d’excitation que la série Andor. Prologue d’un autre prologue, la série raconte les débuts de Cassian Andor (Diego Luna), un capitaine de l’Alliance rebelle d’abord apparu dans le long-métrage Rogue One, sorti en 2016. Le film, récit d’un braquage en temps de guerre, se situait dans la chronologie Star Wars juste avant la première trilogie de George Lucas et s’achevait au moment décisif où – attention, très vieux spoiler – Andor et ses complices mourraient sur fond de glorieux crépuscule après avoir réussi à dérober les plans de l’Étoile noire.

Alors que le tournage de Rogue One s’embourbait, la société de production Lucasfilm s’est tournée vers Tony Gilroy, auteur-réalisateur de Michael Clayton et d’un volet de la franchise des Jason Bourne. C’est lui qui aurait souligné que la meilleure fin possible et la plus évidente consistait à tuer tous les personnages.

Recruté pour prendre les manettes sur Andor, Gilroy retourne à cette atmosphère grave dans la série : aucun personnage n’est à l’abri, aucun sacrifice n’est impossible.

Regard neuf et rafraîchissant

Le spectateur découvre Cassian en jeune voleur à l’esprit vif, bagarreur mais individualiste. Hanté par les fantômes du passé, il est animé par une saine détestation de l’Empire et devient une cible très courtisée par un énigmatique chef rebelle appelé Luthen (incarné par un fantastique et ambivalent Stellan Skarsgard).

Après un lancement très honorable, Gilroy n’a cessé de monter le niveau, semaine après semaine, déployant une clarté de vision qui fait aujourd’hui d’Andor non seulement la meilleure série télévisée de l’univers Star Wars, mais aussi l’une des plus belles surprises de l’année 2022.

Par quelque miracle, après quarante-cinq ans de films sur une guerre civile intergénérationnelle entre des fascistes de l’espace et des bandes de résistants, Andor pose un regard neuf et rafraîchissant sur ce que peut être la vie sous un régime autoritaire.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :