La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 225,61
    -458,13 (-1,54 %)
     
  • Nasdaq

    10 737,51
    -314,13 (-2,84 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,05
    +248,07 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    0,9820
    +0,0081 (+0,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 165,87
    -85,01 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    19 856,30
    -201,99 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,40
    -1,58 (-0,35 %)
     
  • S&P 500

    3 640,47
    -78,57 (-2,11 %)
     

En séparant les activités d'audit et de conseil, EY bouscule son écosystème et prend un virage historique

Charles Platiau

En séparant ses activités de conseil et d’audit dans deux structures différentes, le géant de l’audit et du conseil amorce un virage qui transforme le secteur et fait réfléchir ses concurrents.

La nouvelle a l’effet d’un big bang dans l’écosystème établi du conseil et de l’audit. Le cabinet EY, l’un des géants du secteur, a confirmé ce vendredi 9 septembre qu’il comptait . Trois mois après , cette annonce ébranle la solidité du modèle viscéralement défendu depuis des dizaines d’années par EY et ses concurrents, les autres "Big Four" KPMG, PwC, Deloitte: qu’audit et conseils sont des activités complémentaires devant indispensablement rester au sein d’une même structure. En creux, c’est une mutation profonde du secteur qui se profile, de celles que l’on observe tous les vingt ans.

Dans un communiqué, a annoncé qu’à la suite d’une revue stratégique des activités du groupe, “les dirigeants d’EY sur un plan mondial, régional et national sont arrivés à la conclusion qu’il était souhaitable de pousser plus en avant un projet de séparation en deux organisations distinctes: d’une part, un réseau mondial centré autour de nos activités dites d’Assurance, et d’autre part, une nouvelle entité globale, de type corporate, réunissant nos activités de Conseil, de Stratégie et de Transactions (SaT) ainsi que l’essentiel de nos activités juridiques et fiscales.”

Introduction en Bourse en perspective

Cette évolution, réfléchie par les directeurs généraux des 15 plus grosses filiales géographiques de l'entreprise (dont la France fait partie), doit être validée par les quelques 13.000 partenaires associés début 2023. Seule la Chine est exclue du process. Si le feu vert est donné, la nouvelle entité fera l’objet d’une IPO. Cela représenterait pour eux des millions de dollars de bénéfices, et surtout d’importants moyens financiers pour conquérir de nouveaux marchés. La firme britannique compte 312.000 collaborateurs dans près de 150 pays et un chiffre d’affaires de 40 milliards de dollars en 2021.

Lire aussi

Le directeur général d’EY, Carmine Di Sibio, tout comme une majorité de ses associés font aujourd’hui un nouveau pari, à rebours du dogme fondateur du secteur: l’insécabl[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi