La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 814,40
    -140,57 (-0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Le Sénat vote la retraite à 64 ans et met la pression sur le gouvernement

THOMAS SAMSON / AFP

Alors que le gouvernement prévoit une réforme pour le début de l'année 2023, le Sénat adopté un amendement au PLFSS 2023 qui relève l'âge légal de la retraite à 64 ans. Une mesure qui devrait être abandonnée par l'Assemblée nationale.

Coup de pression sur le gouvernement. Le Sénat dominé par la droite, a voté samedi une réforme des retraites prévoyant de relever l'âge légal à 64 ans, contre l'avis du gouvernement qui privilégie la concertation en vue de sa propre réforme début 2023.

C'est "un marronnier", ont convenu les sénateurs: le rapporteur de la branche vieillesse René-Paul Savary (LR) a présenté un amendement au projet de budget 2023 de la Sécu prévoyant un mécanisme de réforme qui a été adopté par 195 voix pour, 130 contre et 19 abstentions. Il propose dans un premier temps la mise en place d'une "convention nationale" chargée de formuler des mesures pour un retour à l'équilibre, tout en prenant en compte pénibilité, carrières longues et emploi des seniors. En cas d'échec, il prévoit une accélération de la réforme Touraine allongeant la durée de cotisation, et le report à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite à compter de la génération 1967 - un cocktail auquel Emmanuel Macron s'était dit "ouvert".

Lire aussiRetraite à 64 ans : comment Gérard Larcher va mettre Emmanuel Macron le dos au mur

Le gouvernement veut une concertation

Saluant la "cohérence" de M. Savary d'une année à l'autre, le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe a assuré le rejoindre "sur les objectifs". Mais "nous avons fait le choix de la concertation et d'un projet de loi en janvier, pas d'une mesure dans un projet de loi de financement de la Sécurité sociale", lui a-t-il opposé.

Le groupe RDPI à majorité Renaissance est venu en appui du ministre, en soulignant que "même la CGT revient à la table des discussions, les choses avancent" avec le gouvernement, qui a ouvert la concertation début octobre avec syndicats et patronat. Mais "il est temps d'agir" au vu du "déficit de la branche vieillesse tellement important", a martelé la rapporteure générale Elisabeth Doineau.

Quelques centristes, alliés de la majorité, se sont cependant abstenus, comme Jean-Marie Vanlerenberghe (MoDem) qui pense que l'amendement va[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi