Marchés français ouverture 5 h 38 min
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,72 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,83 (-1,92 %)
     
  • Nikkei 225

    27 866,84
    -162,73 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1297
    -0,0020 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    23 536,16
    -230,53 (-0,97 %)
     
  • BTC-EUR

    43 430,30
    -268,29 (-0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 258,62
    -183,14 (-12,70 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     

Le Sénat se lance lundi dans l'examen critique du budget 2022 de la Sécu

·2 min de lecture

Le Sénat dominé par l'opposition de droite se lance lundi 8 novembre dans un examen critique du projet de budget de la Sécu pour 2022.

Perspective d'un "déficit éternel", urgence de mesures sur la retraite, crise de l'hôpital... le Sénat dominé par l'opposition de droite se lance lundi 8 novembre dans un examen critique du projet de budget de la pour 2022.

La rapporteure générale Elisabeth Doineau (centriste) prévoit des débats nourris sur ce , "budget de fin de mandat" qui a été étoffé lors de son passage à l'Assemblée nationale. Tous ces sujets, "c'est le quotidien des Français", souligne-t-elle. Le vote en première lecture sur l'ensemble du texte aura lieu le mardi 16 novembre.

LA DETTE

Pesant plus de 500 milliards d'euros, ce budget anticipe à ce stade un déficit de 21,6 milliards d'euros pour 2022, soit bien moins que les deux années précédentes, grâce aux effets de la croissance. Quelque cinq milliards restent provisionnés pour faire face aux suites de la crise du Covid-19.

Mais la commission des Affaires sociales du Sénat propose de rejeter la trajectoire financière pluriannuelle "qui présente de manière fataliste un +plateau+ de déficit d'une quinzaine de milliards d'euros à l'horizon 2025". "On est passé d'une crise sanitaire à une crise structurelle de la dette", selon Elisabeth Doineau, qui déplore l'absence de "toute stratégie de redressement des comptes sociaux après la crise". A gauche, les sénateurs PS "sont déterminés à porter" la question "tabou" des recettes, indique leur chef de file Bernard Jomier.

L'HOPITAL

"Il faut redresser l'hôpital public". Ce cri du coeur lancé mercredi dernier au gouvernement par Marie-Noëlle Lienemann (CRCE à majorité communiste) laisse augurer de vifs échanges sur la question de la situation des hôpitaux, "difficile", a reconnu le Premier ministre Jean Castex.

Pour la rapporteure, "il faut un plan Orsec de la rénovation des hôpitaux", mais "financé par l'Etat" et pas par le budget de la Sécu. Elle propose le rejet du financement par la Cades (Caisse d'amortissement de la dette sociale) du plan d'investissement pour l'hôpital, "un article de camouflage".[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles