Marchés français ouverture 6 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1889
    +0,0037 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,19
    +80,36 (+0,28 %)
     
  • BTC-EUR

    45 273,08
    +2 611,01 (+6,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 084,35
    +60,14 (+5,87 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

Le Sénégal face à la deuxième vague de Covid-19, les services de santé sous pression

·2 min de lecture

L’association des médecins urgentistes met en garde face à l’augmentation des cas graves et des décès, et indique que le virus « se propage à vive allure dans les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, Saint-Louis et Kaolack ». L’organisation appelle à redoubler de vigilance dans le respect des mesures barrières, et souligne « l’épuisement » des personnels soignants affectés dans les centres de traitement.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Sur le pont depuis l’apparition du virus au Sénégal, docteur Khady Fall, médecin anesthésiste réanimateur à l’hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye, le reconnaît : elle fatigue.

« On est vraiment épuisés. On a commencé depuis le mois de mars et, jusque-là, il n'y a pas eu de repos, il n'y a pas eu de répit. Mais c'est obligatoire de tenir, en fait, devant la menace de morts ou de détresse respiratoire », déplore-t-elle.

Dans la région de Matam, au nord-est du pays, le centre de traitement (CTE) d’Ourossogui accueille les cas graves et dispose de cinq lits de réanimation. Les services sont sous pression. « C'est très difficile, notamment avec un effectif minime », constate l’un des responsables, le docteur Ndiaye Diop. Le personnel tourne dans les différents services hospitaliers, explique-t-il, « aujourd'hui aux urgences, demain au CTE », car « il n'y a pas que le Covid, les autres urgences sont là et il faut les gérer ».

D’où l’appel lancé par l’association des médecins urgentistes du Sénégal. « On voudrait rappeler aux gens que nous sommes sur le terrain, que nous sommes témoins, surtout avant d'arriver à ce moment critique où on ne pourra peut-être plus prendre en charge les patients qui viendront. Donc, on préfère prévenir », explique sa présidente, le docteur Corinne Tchania.

Selon le ministère de la Santé, le Sénégal enregistre à ce jour 546 décès liés à la maladie.

À lire aussi, sur le même sujet : la revue de la presse Afrique