La bourse ferme dans 6 h 37 min

Séminaires, team building... que peut vous réserver votre patron ?

Vous n'imaginiez pas que Martine, de la compta, était si souple ! Elle qui, en temps normal, est particulièrement rigide lorsqu'on parle de chiffres, elle vous a étonné lorsque vous l'avez vue aussi à l'aise sur un trapèze, à l'occasion d'un atelier animé par les artistes du Cirque du Soleil au Club Med d'Opio, en Provence. Du coup, depuis ce séminaire, votre collaboration, qui était jusqu'ici parfois tendue, s'est elle aussi assouplie ! C'est l'un des premiers bénéfices des séminaires d'entreprise : permettre de découvrir ses collègues sous un nouveau jour, de renforcer les liens et la cohésion d'équipe, et de créer une saine émulation. Le séminaire typique ? «Il réunit une équipe dans un hôtel au standing directement proportionnel au niveau de salaire de ses membres, et propose à ceux-ci diverses activités visant à améliorer leur capacité à travailler efficacement ensemble», s'amuse Pierre Blanc-Sahnoun, coach et auteur de «L'Art de manager» (à paraître chez InterEditions).

On estime que plus de huit salariés sur dix ont déjà participé à un séminaire d'entreprise au cours de leur carrière. Et selon une étude du cabinet Coach Omnium, les entreprises françaises dépenseraient plus de 8 milliards d'euros en séminaires chaque année, y consacrant en moyenne 560 euros par jour et par participant. Avec de telles sommes investies, autant dire que si on vous convie à un événement en dehors du bureau, c'est qu'on attend quelque chose de vous en retour. Mais tout dépend des objectifs visés. Il y a d'abord les séminaires organisés pour récompenser un bon résultat. Ce sont, par exemple, les voyages dans des endroits de rêve offerts aux meilleurs commerciaux, ou les plus classiques fêtes d'équipe. Il y a ensuite les séminaires que la direction organise pour faire passer un message: «Octobre, c'est traditionnellement la saison des “kick-off”. En bon français, le petit coup de pied au derrière qui va faire redémarrer tout le monde, décrypte Pierre Blanc-Sahnoun. Et rappeler aux équipes

(...) Cliquez ici pour voir la suite