Publicité
La bourse ferme dans 3 h 10 min
  • CAC 40

    7 526,61
    -72,02 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 876,55
    -40,25 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0853
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 419,10
    +11,80 (+0,49 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 208,77
    -216,72 (-0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,48
    +3,59 (+0,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,98
    +1,02 (+1,33 %)
     
  • DAX

    18 427,95
    -129,75 (-0,70 %)
     
  • FTSE 100

    8 167,94
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 311,05
    -158,31 (-0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2920
    +0,0011 (+0,09 %)
     

Séisme au Maroc : des compagnies aériennes appliquent toujours des frais de modification de billets

Sourav/Pexels

Après le séisme tragique qui a frappé le Maroc vendredi soir, de nombreux acteurs internationaux ont réagi en manifestant leur solidarité envers les populations touchées. Cependant, des compagnies aériennes sont pointées du doigt pour leur réticence à suivre le mouvement de souplesse commerciale, rapporte BFM TV, le 11 septembre. Alors que la plupart des compagnies ont promis des modifications de réservation sans frais, certaines semblent rechigner à appliquer ces mesures.

Parmi les compagnies critiquées, Transavia et Ryanair se retrouvent souvent dans le viseur des voyageurs mécontents. Interrogée par BFM Business, Transavia, filiale low-cost d'Air France, affirme ne pas facturer de frais pour le changement de date de départ ou d'arrivée vers et depuis le Maroc. Cependant, elle applique des frais en cas de modification de destination, ce qui contredit les attentes des voyageurs en quête de flexibilité. De son côté, Ryanair est également accusée d'imposer des frais de modification aux clients, arguant que les vols sont maintenus. Cette politique suscite des critiques et des plaintes, car elle limite la marge de manœuvre des voyageurs face à une situation exceptionnelle.

Face à ces pratiques, le Seto, le syndicat des entreprises du tour-operating, exprime son étonnement. Il estime que les compagnies devraient faire preuve de plus de flexibilité dans leurs politiques commerciales pendant cette période de crise. Le président du Seto, René-Marc Chikli, appelle les acteurs du secteur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite