Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 415,44
    +127,91 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    18 007,57
    +280,63 (+1,58 %)
     
  • Nikkei 225

    39 599,00
    -464,79 (-1,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0890
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 635,88
    +218,20 (+1,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 559,93
    +717,94 (+1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 399,33
    -6,01 (-0,43 %)
     
  • S&P 500

    5 564,41
    +59,41 (+1,08 %)
     

Séisme au Maroc : le bilan s'alourdit à plus de 2.000 morts, la France propose son aide

Pavliha / gettyimages

Le Maroc pleure ses morts dimanche après un violent séisme au sud-ouest de Marrakech dans lequel ont péri plus de 2.000 personnes, selon le dernier bilan officiel, susceptible de s'aggraver au fil des recherches. Le tremblement de terre de la nuit de vendredi 8 à samedi 9 septembre de magnitude 7 selon le Centre marocain pour la recherche scientifique et technique (6,8 selon le service sismologique américain), est le plus puissant à avoir jamais été mesuré au Maroc. Il a fait au moins 2.012 morts et 2.059 blessés, dont 1.404 sont dans un état très grave, a annoncé samedi soir le ministère de l'Intérieur.

La province d'Al-Haouz, où se situait l'épicentre du séisme, est la plus endeuillée avec 1.293 morts, suivie par la province de Taroudant avec 452 morts. Dans ces deux zones situées au sud-ouest de la ville touristique de Marrakech, des villages entiers ont été anéantis par la secousse. "J'ai tout perdu", se lamente Lahcen, un habitant du village de Moulay Brahim dans le Haut-Atlas, dont la femme et les quatre enfants ont été tués. "Je n'y peux rien maintenant, je veux juste m'éloigner du monde, faire mon deuil", poursuit-il, prostré dans un coin.

Sur les hauteurs de ce village de quelque 3.000 habitants, Bouchra sèche ses larmes avec son foulard en regardant des hommes creuser des tombes. "Les petits enfants de ma cousine sont morts", dit-elle, avant d'ajouter: "j'ai vu en direct les ravages du séisme, je tremble encore. C'est comme une boule de feu qui a tout englouti sur son (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite