La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 722,69
    -1 456,18 (-4,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Sécurité: Philippe de Villiers dénonce une "absence totale de politique sur la question de l'autorité"

·1 min de lecture
Philippe de Villiers, fondateur du Puy du Fou, le 13 mai 2021 - BFMTV / Capture d'écran
Philippe de Villiers, fondateur du Puy du Fou, le 13 mai 2021 - BFMTV / Capture d'écran

On ne l'apprend plus, Philippe de Villiers est convaincu qu'Emmanuel Macron et son gouvernement sont coupables de laxisme en matières sécuritaire et judiciaire. Invité ce jeudi de BFMTV, le fondateur du Puy du Fou a réagi aux récents drames qui ont émaillé l'actualité, à commencer par la mort violente du brigadier Eric Masson, tué le 5 mai à Avignon lors d'une opération anti-drogue.

"À chaque fois c'est le même ballet: il y a un attentat, il y a le président qui se déplace, ou Darmanin, ou Castex, ils font des déclarations pour l'éternité, serments solennels, 'jamais plus, jamais plus...' Et puis ça recommence", estime celui qui fut candidat aux élections présidentielles de 1995 et 2007.

"Culture de l'excuse"

D'après Philippe de Villiers, "quand on engerbe toutes les violences, de quelque nature qu'elles soient", celles-ci sont "le résultat d'une absence totale de politique sur la question, en amont, de l'autorité, et la question, en aval, de la sanction".

Dans son collimateur donc, les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, dont les annonces et prises de parole ne semblent pas convaincre l'ex-leader souverainiste du Mouvement pour la France. Il juge que la société française "a perdu toute forme d'autorité et (...) toute forme de sanction, au nom de la culture de l'excuse". Ce qu'il assure avoir eu l'occasion de dire à Emmanuel Macron en tête à tête.

Article original publié sur BFMTV.com