La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 360,00
    +129,66 (+0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 506,43
    -76,00 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2060
    +0,0051 (+0,42 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 410,75
    -1 496,18 (-3,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 451,68
    -19,74 (-1,34 %)
     
  • S&P 500

    4 173,01
    +5,42 (+0,13 %)
     

Sécurité : Bertrand propose "une peine de prison automatique" pour les agresseurs de policiers

·1 min de lecture

À droite, l'offensive d'Emmanuel Macron sur la sécurité ne convainc pas. Très critiqué par l'opposition sur son bilan en la matière, le président de la République s'est rendu lundi à Montpellier pour visiter un commissariat, mais aussi un quartier difficile de la ville. Le même jour, dans un entretien au Figaro, il défendait sa stratégie sécuritaire, à un an de la présidentielle, promettant notamment de tenir son objectif de 10.000 policiers supplémentaires d'ici à 2022. Autant d'annonces qui sont loin d'impressionner Xavier Bertrand. Invité mardi d'Europe 1, le patron de la région Hauts-de-France, candidat pour 2022, accuse l'hôte de l'Elysée de ne pas assez soutenir les forces de l'ordre, et présente plusieurs mesures qu'il adopterait s'il était élu. 

 

>> Retrouvez l'interview politique tous les matins à 8h15 sur Europe 1 ainsi qu’ en replay et en podcast ici

"Nous sommes un des rares pays au monde où tous les jours, il y a des agressions contre l'Etat, une mise en cause des forces de l'ordre, et qu'il n'y a pas de riposte", regrette Xavier Bertrand, déplorant un "sentiment d'impunité" et un "processus de décivilisation".

"Il faut une riposte de l'Etat", réclame l'ex-LR. Et le candidat à la prochaine élection présidentielle annonce une mesure concrète qu'il instaurerait s'il arrivait au pouvoir. "Je mettrai en place un texte constitutionnel, et je demanderai aux Français de se prononcer dessus dès l'automne qui suivra les élections", assure-t-il. Et de préciser :&nbs...


Lire la suite sur Europe1