Marchés français ouverture 8 h 6 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 025,46
    +474,56 (+1,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,1613
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    25 409,75
    +78,75 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    53 364,14
    +325,18 (+0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 430,53
    -21,11 (-1,45 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Sécu: le déficit pour 2021 revu en légère baisse à 34,6 milliards d'euros, puis 21,6 milliards en 2022

·2 min de lecture
Olivier Véran et Olivier Dussopt lors de la présentation du projet de budget de la Sécurité sociale le 29 septembre 2020 (AFP/GEOFFROY VAN DER HASSELT)

Le déficit de la Sécurité sociale sera moins lourd que prévu cette année et va nettement se réduire en 2022, grâce aux effets combinés de la reprise économique et de la sortie de crise sanitaire, selon le projet de budget présenté vendredi par le gouvernement.

Redresser les comptes sans faire d'économies: le dernier budget de la Sécu du quinquennat d'Emmanuel Macron est aussi le premier de l'après Covid-19.

La situation est un peu moins dégradée que prévu en 2021: la perte devrait s'élever à 34,6 milliards d'euros, au lieu des 38,5 milliards redoutés en juin, en raison de la "bonne reprise de l'activité" qui dope les recettes, précisent les ministères des Comptes publics et de la Santé.

Et le solde sera "en nette amélioration" l'an prochain, à 21,6 milliards, principalement en raison de la "baisse des dépenses de crise", dont l'enveloppe est censée fondre d'environ 10 milliards en 2022.

Tests et vaccins devraient encore coûter 4,9 milliards en 2022, soit trois fois moins que les 14,8 milliards budgétés cette année (incluant aussi les surcoûts hospitaliers et arrêts de travail dus au Covid). Cette provision reste toutefois "estimative" et n'est pas à l'abri d'un nouveau dérapage en cas de reprise épidémique.

L'essentiel du déficit continuera de peser sur la branche maladie (-19,7 milliards), qui devra durablement supporter les hausses de salaire du "Ségur de la santé". Après une dernière salve de revalorisations en 2022, ce sont au total 10 milliards de dépenses pérennes dont le financement n'est pas assuré, puisque la branche sera encore en déficit de 14,8 milliards en 2025.

A l'inverse, les branches famille et accidents du travail renouent avec les excédents dès cette année (respectivement +1,7 milliard et +1,3 milliard) et devraient continuer à les accumuler (+5,4 milliard et +2,5 milliard en 2025).

La situation des retraites est plus contrastée: la branche affiche un déficit stable à 3,7 milliards cette année (au lieu des 4,4 milliards prévus en juin) puis en repli à 2,5 milliards l'an prochain, mais la tendance s'inverserait dès 2023 et la perte atteindrait 7,6 milliards en 2025.

gbh-dga/cel/shu

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles