La bourse est fermée

Séché Environnement : Résultats consolidés au 31 décembre 2019

Regulatory News:

Séché Environnement (Paris:SCHP):

Confiance dans la réalisation du plan 2020, des objectifs majoritairement atteints dès 2019

Bon niveau d’activité en France et à l’International

CA contributif +23% à 688 M€
+4% en organique                                                                                                                                     

 

Confirmation de la stratégie d’acquisitions

CA acquis : 115 M€ en année pleine

 

Performance opérationnelle de qualité

EBE + 25% à 135 M€ soit 19,7% du CA contributif
+ 8% en organique à 20,0% CA contributif

 

Génération de cash en forte augmentation                                   

Cash-flow opérationnel disponible : +48%
à 57 M€ soit 42% de l’EBE

 

 

Bilan solide au service de la stratégie de croissance

Forte position de liquidités à 287 M€
Levier financier maîtrisé à 3,1x (vs. 2,9 fin 2018) reflétant la stratégie d’acquisitions

Majorité des objectifs 2020 atteints dès 2019

  • CA contributif 2019 (périmètre constant) à 586 M€ (vs. objectif : « compris entre 550 M€ et 600 M€ en 2020 »)
  • CA International 2019 à 25% du CA (vs. objectif : « 25% du CA en 2020 »)
  • EBE 2019 (périmètre constant) à 20% du CA contributif (vs. objectif : « 20% du CA en 2020 »)
  • EBE France 2019 (périmètre constant) supérieur à 20% CA contributif (vs. objectif : « 20% du CA en 2020 »)
  • Taux de conversion cash à 42% EBE (vs. objectif : « 35% en 2020 »)

Confiance dans la réalisation de la feuille de route à horizon 2022 ciblant notamment :

  • CA (périmètre 2019) entre 750 M€ et 800 M€
  • EBE entre 21% et 22% du CA
  • Levier financier inférieur à 3x EBE

Dividende proposé à l’AG du 30 avril 2020 0,95 € par action

Lors du Conseil d’Administration réuni le 9 mars 2020 afin d’arrêter les comptes au 31 décembre 2019, Joël Séché, Président, a déclaré :

« L’année 2019 a constitué pour Séché Environnement un exercice de réalisations majeures au plan stratégique et de performance opérationnelle, financière et extra-financière.

Ainsi, notre Groupe a confirmé sa stratégie d’internationalisation en renforçant ses implantations en Amérique Latine et en prenant des positions fortes en Afrique australe avec l’acquisition d’Interwaste et en Italie avec celle de Mecomer. Alors que le chiffre d’affaires réalisé à l’International est ainsi porté à 25% du chiffre d’affaires contributif, Séché Environnement se positionne sur des plates-formes de croissance qui vont accélérer sa stratégie de développement rentable.

Sur ses marchés de l’Economie circulaire, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité, Séché Environnement continue de faire progresser la plupart de ses indicateurs financiers et extra-financiers. Ainsi, le Groupe confirme depuis plusieurs années un rythme de croissance organique solide, améliore sa rentabilité brute opérationnelle, renforce sa situation bilancielle par une liquidité et une flexibilité accrues, et enfin, conforte ses réalisations extra-financières aussi bien au travers de sa gouvernance renouvelée qu’au travers de ses performances en matière de production d’énergie renouvelable, d’abattement de gaz à effet de serre ou encore d’actions concrètes en faveur de la biodiversité.

En effet, les orientations que nous donnons à notre organisation, en particulier en direction d’une plus grande efficience industrielle, nous positionnent avec toujours plus de pertinence au plus près des besoins de nos clients en matière de performance industrielle et environnementale.

Les objectifs financiers que nous avons dévoilés récemment sont ainsi pleinement confirmés : l’exercice 2019 réalise d’ores et déjà la majorité des objectifs que nous avions fixés pour 2020.

Bien sûr, l’inquiétude actuelle liée au coronavirus nous conduit à envisager les prochains mois avec prudence. A ce jour, cette crise sanitaire n’a pas eu de conséquence particulière sur notre organisation ou sur notre activité, et nous avons pris très tôt des mesures de prévention pour protéger nos personnels.

Même si nous restons extrêmement vigilants quant à l’évolution de cette crise, nos attentes pour 2020 n’intègrent pas à ce jour le risque d’une crise durable et profonde liée au coronavirus sur la croissance économique et la production industrielle des régions dans lesquelles nous sommes implantés.

Malgré ce contexte pour l’heure incertain sur le déroulement de ce début d’exercice 2020, je tiens toutefois à exprimer ma confiance dans la capacité de notre Groupe à réaliser avec succès la feuille de route à horizon 2022 que nous avons définie en décembre dernier.

A cet horizon, cette feuille de route présente l’image d’un Groupe encore plus internationalisé, à la rentabilité opérationnelle brute plus élevée de 2% par rapport au niveau actuel, et ayant réalisé un désendettement significatif –hors acquisitions-.

C’est le portrait d’un Groupe en position forte pour poursuivre, dans les années futures, une croissance créatrice de valeur financière et extra-financière, en France et à l’International, en réponse aux enjeux environnementaux cruciaux de notre Terre. »

Synthèse de l’activité, des résultats et de la situation financière du Groupe au 31 décembre 2019

Au cours de l’exercice 2019, Séché Environnement a confirmé sa stratégie d’acquisitions à l’International en prenant le contrôle de la société Kanay au Pérou, de Interwaste en Afrique du Sud, de Mecomer en Italie, et de Ciclo au Chili. Ces acquisitions représentent un chiffre d’affaires total en année pleine de l’ordre de 115 M€.

Sur l’exercice, le Groupe a connu une croissance organique solide sur ses principaux marchés en France comme à l’International, en ligne avec ses attentes.

L’amélioration de la rentabilité opérationnelle brute (EBE/CA) et une génération de liquidités accrue ont permis de maintenir la flexibilité financière à un niveau conforme aux objectifs du Groupe malgré un niveau élevé d’investissements industriels et financiers.

A noter que cette bonne performance opérationnelle et financière a été obtenue alors que le 2nd semestre 2019 a connu les indisponibilités partielles, en raison des investissements de modernisation réalisés sur certains outils d’incinération, du redémarrage de l’incinérateur de Strasbourg-Sénerval, et des conséquences du sinistre Lubrizol sur les installations de Triadis à Rouen.

Le Groupe confirme ainsi sa capacité à réaliser ses objectifs économiques, opérationnels et financiers pour 20201 ainsi que sa trajectoire à horizon 20222.

Croissance organique solide– Effet de périmètre à l’International

Avec un chiffre d’affaires contributif3 de 687,8 M€, en progression de 22,7% par rapport à 2018, Séché Environnement affiche une forte croissance de son activité consolidée, qui reflète à la fois la qualité de la croissance organique sur son périmètre historique (+4,4%) et la contribution de son nouveau périmètre à l’International (+102,5 M€).

Sur son périmètre historique, le Groupe a connu une croissance solide en France (+4,1%) où le Groupe a bénéficié d’un environnement économique porteur, tandis que le périmètre international (+6,7% à périmètre et change constants) confirme la bonne orientation de ses principaux marchés.

Séché Environnement se situe ainsi, dès 2019, dans son objectif de chiffre d’affaires contributif 2020.

1 Cf. Communiqué de presse du 26 juin 2018
2 Cf. Communiqué de presse du 17 décembre 2019
3 Le CA contributif correspond au chiffre d’affaires publié, diminué du CA IFRIC 12 et des indemnités de détournements perçues par Sénerval (nettes des économies de charges variables sur les tonnes non incinérées, perçues pour couvrir les coûts engagés pour assurer la continuité du service public). Le CA IFRIC 12 correspond au montant des investissements concessifs, comptabilisés en immobilisations incorporelles mais également en chiffre d’affaires en application de la norme IFRIC 12.

Progression des résultats opérationnels

Les résultats opérationnels consolidés s’inscrivent en hausse sensible.

En particulier, l’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) s’établit à 135,4 M€ (+24,6%) extériorisant une nouvelle progression de la rentabilité brute opérationnelle à 19,7% du chiffre d’affaires contributif (vs. 19,4% en 2018).

La bonne performance opérationnelle résulte :

  • sur le périmètre France, principalement d’effets volumes et d’effets prix favorables, qui ont porté les activités de traitement au sein des 2 filières, mais qui supportent à hauteur de (7,2) M€, les effets ponctuels liés aux indisponibilités d’outils industriels et à la non reconduction du dégrèvement partiel de la taxe foncière obtenu en 2018 ;
  • sur le périmètre international, principalement de la contribution du périmètre acquis en 2019, pour 18,4 M€.

A périmètre constant, l’EBE atteint 117,0 M€ soit 20,0% du chiffre d’affaires contributif, réalisant ainsi dès 2019 l’objectif fixé pour 2020.

Le Résultat Opérationnel Courant (ROC) atteint 47,8 M€ (+8,1%) soit 7,0% du chiffre d’affaires contributif (vs. 7,9% en 2018).

La progression du ROC reflète la bonne orientation de l’EBE mais elle supporte :

  • en France, une charge d’amortissement non récurrente à hauteur de 2,8 M€ en lien avec le démarrage de nouveaux massifs de stockage ;
  • à l’International, des charges d’amortissements d’actifs incorporels sur le périmètre acquis en 2019, à hauteur de 3,0 M€4.

Le résultat opérationnel s’établit à 46,8 M€, soit 6,8% du chiffre d’affaires contributif (vs. 38,0 M€ soit 6,8% du chiffre d’affaires contributif en 2018).

Progression du Résultat net part du Groupe

Le résultat financier est porté à (17,5) M€ vs. (13,4) M€ en 2018. Cette évolution reflète d’une part la hausse du coût de l’endettement net (progression de la dette financière nette moyenne sur la période, en lien avec le financement des acquisitions, et l’augmentation du coût de la dette brute, reflétant les refinancements récents et leur effet sur l’allongement de la maturité de la dette), et d’autre part, l’impact de charges financières diverses à hauteur de (1,7) M€.

Après comptabilisation d’intérêts minoritaires portés à (1,1) M€ (vs. (0,6) M€ il y a un an), le Résultat Net part du Groupe atteint 17,8 M€, vs. 15,6 M€ en 2018 (+14,1%).

Le Résultat net par action ressort ainsi à 2,27 € vs. 2,00 € un an plus tôt.

4 Amortissement d’actifs incorporels conformément à la norme IFRS 3

Situation financière solide affichant une flexibilité préservée ainsi qu’une amélioration de la situation de liquidité

Le Groupe extériorise au 31 décembre 2019 un cash-flow opérationnel disponible5 de 56,7 M€ (vs. 38,4 M€ en 2018, soit une progression de 47,7% sur la période).

Le taux de conversion cash ressort ainsi à 42% de l’EBE, niveau sensiblement supérieur à l’objectif de 35% fixé pour 2020.

La trésorerie disponible s’établit à 92,3 M€ au 31 décembre 2019 (vs. 66,8 M€ un an plus tôt) et contribue à conforter la situation de liquidité à 287,3 M€ (vs. 261,6 M€ au 31 décembre 2018).

Les investissements industriels atteignent 72,5 M€ en 2019 (vs. 65,1 M€ un an plus tôt) soit 10,5% du chiffre d’affaires contributif, en ligne avec les objectifs de moyen terme du Groupe (entre 10% et 11%)6.

Après des investissements financiers de 68,9 M€ représentatifs des acquisitions réalisées en 2019, et l’intégration, pour 26,9 M€, de la dette financière nette des sociétés acquises, la dette financière nette consolidée (selon la définition bancaire) atteint 399,4 M€ au 31 décembre 2019 (vs. 317,4 M€ un an plus tôt), portant le levier financier au niveau maîtrisé de 3,1x EBE (vs. 2,9x il y a un an), niveau très en-deçà du covenant bancaire fixé à 3,95x -et pouvant être porté à 4,25x en cas d’acquisition-.

5 Cash-flow avant investissements de développement, investissements financiers, investissements IFRIC 12, dividendes et remboursement de la dette
6 Cf. Communiqué de presse du 17 décembre 2019

Perspectives 2020 confirmées7

Confiance dans la réalisation de la feuille de route 20228

Perspectives 2020 confirmées

Le maintien de tendances de marchés positives, en France comme sur ses principaux marchés à l’International, permet à Séché Environnement d’anticiper la poursuite de sa croissance sur son rythme actuel au niveau consolidé, avec une croissance de qualité en France et une progression dynamique de son activité à l’International.

Dans ce contexte favorable et pérenne, les premiers effets du plan d’efficience industrielle et du plan d’économies devraient permettre à la rentabilité opérationnelle brute (EBE / CA contributif) de progresser en 2020 par rapport à 2019 pour atteindre, en France comme à l’International, 20% du chiffre d’affaires contributif (à périmètre constant).

Séché Environnement prévoit en 2020 un plan d’investissements soutenus, en lien avec les projets de croissance visant à développer les capacités à l’International, en Afrique du Sud (Interwaste), en Italie (Mecomer) et au Chili (projet Ciclo).

Sur le plan organisationnel, Séché Environnement investira à partir de 2020, et sur 3 années, dans un nouvel ERP qui permettra entre autres, une meilleure structuration des contrôles des opérations, au cœur de la politique d’optimisation opérationnelle du Groupe.

L’ensemble de ces projets de développement devrait totaliser en 2020 un montant de l’ordre de 30 M€ qui s’ajouteront aux investissements de maintenance et de développement normatifs du Groupe (estimés autour de 11% du CA contributif), et qui seront engagés dans le respect des objectifs de génération de flux de trésorerie disponible (de 35% de l’EBE) et de flexibilité, soit un levier financier de l’ordre 3,0x EBE fin 2020 (à périmètre constant).

Confiance dans la réalisation de la feuille de route à horizon 2022

Le 17 décembre 2019, Séché Environnement a présenté ses principales orientations stratégiques en matière de positionnement de marché et de développement, de politique industrielle et organisationnelle, qui conduisent à formuler les perspectives suivantes :

  • Stratégie de développement :

En France, Séché Environnement entend poursuivre sa croissance sur les métiers à forte valeur ajoutée de l’Economie circulaire, notamment en direction de la valorisation matières des ressources rares issues des déchets dangereux et de la valorisation énergétique des déchets non dangereux ainsi que sur les activités de services à forte valeur ajoutée.

7 Cf. Communiqué de presse du 26 juin 2018.
Ces perspectives ne prennent pas en compte le risque éventuel d’un impact significatif et durable d’une crise liée au coronavirus sur la croissance économique et la production industrielle des régions où le Groupe est implanté.
8 Cf. Communiqué de presse du 17 décembre 2019

A l’International, le Groupe souhaite prendre des positions significatives au sein d’économies émergentes offrant des perspectives de croissance solide en volumes et en valeur, soutenues par le renforcement tendanciel des réglementations environnementales locales et l’élévation des barrières à l’entrée. Dans cette optique, la forte croissance organique attendue sur ces marchés pourra être complétée par des opérations de croissance externe de taille réduite, le cas échéant.

  • Perspectives de croissance :

Séché Environnement prévoit d’atteindre un chiffre d’affaires contributif compris entre 750 M€ et 800 M€ fin 2022, dont 30% environ réalisé à l’International (vs. de l’ordre de 25% en 2019) –à périmètre constant-.

  • Perspectives de rentabilité opérationnelle et de génération de trésorerie :

Croissance rentable, efficience industrielle et gains de productivité permettent à Séché Environnement de cibler un EBE compris entre 21% et 22% du chiffre d’affaires contributif.

Dès lors, les objectifs de génération de flux de trésorerie disponible9 sont pleinement confirmés à 35% de l’EBE 2022, avec un objectif de levier financier (dette financière nette / EBE) amélioré et inférieur à 3,0x EBE 2022 –hors croissance externe- (vs. de l’ordre de 3,0x en milieu de cycle).

9 Cf. infra

Commentaires de l’activité et des résultats consolidés au 31 décembre 2019

Tableau de synthèse

Nota : sauf spécification expresse, les pourcentages figurant dans les tableaux et mentionnés dans les commentaires ci-après sont calculés sur le chiffre d’affaires contributif10.

En M€

Au 31 décembre

Consolidé

France

International

2018

2019

2018

2019

2018

2019

 

 

 

 

 

 

 

Chiffre d’affaires publié

585,3

704,4

521,3

533,3

64,0

171,1

Chiffre d’affaires CA contributif

560,5

687,8

496,5

516,7

64,0

171,1

Excédent Brut d’Exploitation

en %

108,7

19,4%

135,4

19,7%

97,0

19,5%

104,5

20,2%

11,7

18,3%

30,9

18,1%

Résultat Opérationnel Courant

en %

44,2

7,9%

47,8

7,0%

36,2

7,3%

32,2

6,2%

8,0

12,5%

15,6

9,1%

 

 

 

 

Résultat Opérationnel

en %

38,0

6,8%

46,8

6,8%

 

Résultat financier

(13,4)

(17,5)

 

Quote-Part dans le Résultat des Entreprises Associées

0,4

ns

 

Résultat net des activités poursuivies

en %

16,2

2,9%

18,9

2,8%

 

Intérêts minoritaires

(0,6)

(1,1)

 

Résultat net part du Groupe

en %

15,6

2,8%

17,8

2,6%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cash-flow opérationnel disponible11

en % du CA contributif

92,7

16,5%

121,4

17,7%

 

Capex industriels décaissés nets (hors IFRIC)

en % du CA contributif

46,9

8,4%

69,1

10,1%

 

 

 

 

 

Endettement net (définition bancaire)

317,4

399,4

 

Données consolidées publiées

10 Chiffre d’affaires contributif : chiffre d’affaires consolidé publié net 1/ du chiffre d’affaires IFRIC 12 représentatif des investissements réalisés sur les actifs concédés et comptabilisés en chiffre d’affaires conformément à la norme IFRIC 12 et 2/ des indemnités et compensations perçues par Sénerval nettes de l’économie de charges variables, pour couvrir les coûts engagés pour maintenir la continuité du service public pendant la durée des travaux de désamiantage de l’incinérateur de Strasbourg.
11 Cash-flow libre : trésorerie opérationnelle disponible avant investissements de développement, investissements financiers, dividendes et financements

Commentaires sur l’activité de l’exercice 2019

Chiffre d’affaires consolidé publié - Chiffre d’affaires contributif consolidé – Effet de périmètre

Au 31 décembre 2019, Séché Environnement publie un chiffre d’affaires consolidé de 704,4 M€, en progression de 20,3% par rapport au chiffre d’affaires publié au 31 décembre 2018. Le chiffre d’affaires consolidé publié intègre un chiffre d’affaires non contributif à hauteur de 16,6 M€ (vs. 24,8 M€ en 2018).

Net du chiffre d’affaires non contributif, le chiffre d’affaires contributif s’établit à 687,8 M€ au 31 décembre 2019 (vs. 560,5 M€ un an plus tôt), marquant une progression sur l’exercice de +22,7% à taux de change courants (effet de change négligeable).

Analyse du chiffre d’affaires par zone géographique

Au 31 décembre

2018

2019

Variation brute

Variation organique

 

En M€

En %

En M€

En %

Filiales en France (CA contributif)

dont effet de périmètre

496,5

-

88,6%

-

516,7

-

75,1%

+4,1%

+4,1%

Filiales à l’International

dont effet de périmètre

64,0

-

11,4%

-

171,1

102,5

24,9%

+157,6%

+6,7%

Total CA contributif

560,5

100,0%

687,8

100,0%

+22,7%

+4,4%

Données consolidées publiées à changes courants.
A changes constants, le chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2018 ressort à 560,7 M€, reflétant un effet de change négatif de (0,2) M€.

Au cours de l’exercice 2019, la croissance a été soutenue par la bonne orientation de la plupart des activités en France et la bonne orientation des principaux marchés à l’international :

  • En France, le chiffre d’affaires contributif atteint 516,7 M€ au 31 décembre 2019 vs. 496,5 M€ un an plus tôt, marquant une progression de +4,1% sur la période.

Au sein des filières de valorisation et de traitement, la plupart des métiers affichent un haut niveau d’activité, portés par la bonne tenue des marchés industriels, par la solidité des marchés avec les collectivités et par la mise en œuvre de l’économie circulaire. Les Traitements ont été particulièrement bien orientés tandis que les Services ont connu sur le 2nd semestre un plus fort niveau d’activité notamment au sein de la filière Déchets dangereux portés par la très bonne performance des services d’urgence environnementale.

Le chiffre d’affaires réalisé en France représente 75,1% du chiffre d’affaires contributif en 2019 (vs.88,6% en 2018).

  • A l’International, le chiffre d’affaires s’établit à 171,1 M€ au 31 décembre 2019 vs. 64,0 M€ un an plus tôt. Cette évolution reflète à hauteur de 102,5 M€, la contribution des filiales intégrées au périmètre sur la période.

A périmètre constant, le chiffre d’affaires à l’International s’établit à 68,6 M€, marquant une progression de +7,2% sur la période à taux de change courant et de +6,7% à taux de change constant. La croissance organique à l’International est principalement tirée par la dynamique commerciale des filiales au Chili (+53,0%). Solarca (services aux industriels) a connu un niveau d’activité en retrait (-9,8%) au regard d’un exercice 2018 particulièrement dynamique.

Le chiffre d’affaires réalisé par les filiales implantées à l’international représente 24,9% du chiffre d’affaires contributif en 2019 (vs. 11,4% en 2019).

Analyse du chiffre d’affaires par filière

Au 31 décembre

2018

2019

Variation brute

Variation organique

 

En M€

En %

En M€

En %

 

 

Filière Déchets Dangereux

dont effet de périmètre

349,7

-

62,4%

450,5

75,1

65,5%

+28,8%

+7,2%

Filière Déchets non Dangereux

dont effet de périmètre

210,6

-

37,6%

237,3

27,4

34,5%

+12,6%

-0,4%

Total CA contributif

560,5

100,0%

687,8

100,0%

+22,7%

+4,4%

Données consolidées publiées à changes courants

Au cours de l’exercice 2019, les filières de valorisation et de traitement de déchets ont bénéficié en France, de la bonne tenue de ses marchés industriels, de la solidité de ses marchés avec les Collectivités et au plan général, d’un environnement réglementaire favorable lié à la mise en œuvre de l’économie circulaire. A l’International, le Groupe a fait preuve d’une solide dynamique de conquête commerciale en particulier sur le périmètre acquis en 2017 et 2019.

La filière DD, qui représente 65,5% du chiffre d’affaires contributif consolidé, a réalisé un chiffre d’affaires de 450,5 M€ au 31 décembre 2019, en progression de +28,8% par rapport à l’an passé.

Cette forte progression reflète un effet de périmètre (75,1 M€) et, sur le périmètre historique, la bonne orientation des marchés industriels en France et à l’International :

  • en France, la filière a réalisé un chiffre d’affaires de 310,4 M€, extériorisant une progression de +7,9% par rapport à l’a n passé.

Sur la période, la croissance de la filière a été portée par des marchés industriels toujours bien orientés en volumes comme en prix. Ces effets commerciaux positifs ont bénéficié aux activités de traitement, tandis que les activités de services, en particulier les activités de Dépollution, ont rattrapé au cours du 2nd semestre le retard de mises en chantier affiché en début d’année, grâce à la très bonne performance des services d’intervention d’urgence de la filiale spécialisée SUI ;

  • à l’International, le chiffre d’affaires de la filière s’établit à 140,1 M€ au 31 décembre 2019 (vs. 62,1 M€ un an plus tôt).

Ce chiffre d’affaires intègre un effet de périmètre de 75,1 M€, lié à l’intégration en année pleine de Kanay et de Interwaste, ainsi que de Mecomer sur 9 mois.

Sur le périmètre historique, le chiffre d’affaires à l’International s’affiche à 65,0 M€, en hausse de +4,7% par rapport à 2018 à changes courants (+4,1% à changes constants). Cette progression reflète une stratégie de conquête commerciale dynamique qui soutient la forte croissance des activités de traitement, notamment en Amérique Latine (Chili …), alors que l’activité de Solarca (services) se compare au haut niveau d’activité de l’exercice 2018.

Avec un chiffre d’affaires contributif de 237,3 M€, en progression de +12,6% par rapport au 31 décembre 2018 (210,8 M€), la filière DND représente 34,5% du chiffre d’affaires contributif.

La progression du chiffre d’affaires de la filière intègre un effet de périmètre à hauteur de 27,4 M€ reflétant la contribution de Interwaste.

Sur le périmètre historique, avec un chiffre d’affaires contributif de 209,9 M€ au 31 décembre 2019, l’activité de la filière ressort en léger retrait, à -0,5% par rapport à 2018 :

  • en France, la filière réalise un chiffre d’affaires de 206,3 M€, en léger recul par rapport à l’an passé (-1,3%). Alors que la filière bénéficie pleinement de la mise en œuvre des réglementations liées à l’économie circulaire qui portent ses activités de valorisation et de traitement (+7,0%), les activités de Dépollution s’inscrivent en retrait significatif (-25,9%) par rapport à 2018 ;
  • à l’International, le chiffre d’affaires atteint 3,6 M€ au 31 décembre 2019 (vs. 1,9 M€ un an plus tôt). La croissance organique de la filière reflète en particulier la forte progression de la contribution de SAN au Chili.

Analyse du chiffre d’affaires par activité

Au 31 décembre

2018

2019

Variation brute

Variation organique

 

En M€

En %

En M€

En %

 

 

Traitements

dont effet de périmètre

280,2

-

50,0%

339,8

46,1

49,4%

+21,2%

+4,8%

Valorisations

dont effet de périmètre

94,0

-

16,8%

102,4

2,5

14,9%

+8,9%

+6,2%

Services

dont effet de périmètre

186,2

-

33,2%

245,6

54,0

35,7%

+31,9%

+2,8%

Total CA contributif

560,5

100,0%

687,8

100,0%

+22,7%

+4,4%

Données consolidées publiées à changes courants

Les activités de traitement totalisent un chiffre d’affaires de 339,8 M€ au 31 décembre 2019 –vs. 280,2 M€ un an plus tôt).

Cette évolution reflète un effet de périmètre de 46,1 M€ résultant de la consolidation des activités de traitement de Kanay, de Mecomer et de Interwaste.

A périmètre constant, le chiffre d’affaires des activités de traitement ressort à 293,7 M€, marquant une progression de +4,8% sur la période :

  • en France, ces activités progressent de +2,7%. Elles ont bénéficié d’effets volumes et d’effets prix favorables, en lien avec le bon niveau de la production industrielle, qui ont soutenu les métiers d’incinération de déchets dangereux, tandis que les métiers de valorisation et de traitement de déchets non dangereux ont été portées par un contexte de marché favorable et par la mise en œuvre des réglementations liées à l’économie circulaire ;
  • à l’International, les activités de traitement s’inscrivent en forte hausse (+53,8%) en raison de la dynamique de croissance enregistrée au Chili.

Les activités de traitement représentent 49,4% du chiffre d’affaires contributif (vs. 50,0% en 2018).

Les activités de valorisation atteignent un chiffre d’affaires de 102,4 M€ au 31 décembre 2019 (vs. 94,0 M€ en 2018).

Cette progression intègre un effet de périmètre de 2,5 M€ lié à l’intégration des activités de valorisation de Interwaste.

A périmètre constant, le chiffre d’affaires s’inscrit en hausse de +6,2% à 99,9 M€ :

  • en France, le chiffre d’affaires des activités de valorisation s’établit à 78,7 M€ (+9,3%) soutenu par la bonne orientation des activités de valorisation de déchets dangereux (purification chimique) et également par la contribution des activités de valorisation énergétique qui bénéficient de l’optimisation du four-chaudière CSR de Changé ;
  • à l’International, le chiffre d’affaires s’inscrit en léger recul (-1,2%) à 21,2 M€, pénalisé par l’évolution de Valls Quimica (régénération) dont les activités sont progressivement recentrées vers les métiers à plus forte valeur ajoutée dans une conjoncture moins porteuse en Espagne.

Les activités de valorisation représentent 14,9% du chiffre d’affaires contributif (vs. 16,8% en 2018) ;

Les activités de services affichent un chiffre d’affaires de 245,6 M€ au 31 décembre 2019 vs. 186,2 M€ un an plus tôt.

L’effet de périmètre s’établit à 54,0 M€, lié à la consolidation des activités de services de Interwaste.

A périmètre constant, les activités de services sont stables par rapport à l’exercice précédent (+0,7%) mais leur évolution reflète une forte disparité entre les filières (cf. supra) :

  • en France, le chiffre d’affaires des activités de services s’établit à 161,6 M€ en progression de +3,9% sur la période, la moindre contribution des activités de Dépollution en début d’année étant compensée par un meilleure niveau d’activité au 2nd semestre, en particulier de la part de la filiale Séché Urgences Interventions spécialisée dans l’urgence environnementale ;
  • à l’International, le chiffre d’affaires s’établit à 30,1 M€, marquant une légère contraction de -2,0% en lien avec Solarca (nettoyage chimique) dont l’exercice 2019 se compare à un très haut niveau d’activité en 2018.

Les activités de services représentent 35,7% du chiffre d’affaires contributif (vs. 33,2% en 2018).

Commentaires sur les résultats consolidés au 31 décembre 2019

Evolution de l’Excédent Brut d’Exploitation

Au 31 décembre 2019, l’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) consolidé s’inscrit en progression de +24,6% par rapport à 2018, à 135,4 M€ soit 19,7% du chiffre d’affaires contributif (vs. 108,7 M€, à 19,4% du chiffre d’affaires contributif un an plus tôt).

Cette progression de +26,7 M€ par rapport à 2018 reflète :

  • l’impact de la 1ère application de la norme IFRS 16 , à hauteur de +8,3 M€ ;
  • un effet de périmètre lié à l’intégration des sociétés acquises sur l’exercice, à hauteur de 18,4 M€, soit 18,0% du chiffre d’affaires acquis.
    A noter que hors Kanay dont l’activité a été pénalisée en 2019 par des marchés Dépollution moins dynamiques, la rentabilité opérationnelle brute du périmètre acquis s’établirait à 20,2% du chiffre d’affaires ;
  • à données comparables12 :
    • la progression de la marge opérationnelle, à hauteur de +7,2 M€, en raison d’effets volumes et d’effets prix positifs liés au bon niveau d’activité en particulier au niveau des outils de traitement ;
    • la comptabilisation de charges non récurrentes, pour (7,2) M€, dont (3,2) M€ relatifs à la non reconduction du dégrèvement de taxe foncière dont le Groupe avait bénéficié en 2018 et (4,0) M€ au titre des indisponibilités partielles d’outils au 2ndsemestre.

Hors ces effets, la rentabilité opérationnelle brute du périmètre historique ressort à 19,8% du chiffre d’affaires contributif.

Analyse de l’EBE par périmètre géographique

En M€

31 décembre 2018

31 décembre 2019

 

Consolidé

France

International

Consolidé

France

International

CA contributif

560,5

496,5

64,0

687,8

516,7

171,1

EBE

108,7

97,0

11,7

135,4

104,5

30,9

% CA contributif

19,4%

19,5%

18,3%

19,7%

20,2%

18,1%

 

 

Données consolidées publiées à changes courants

Par périmètre géographique, les principales évolutions relatives à la performance opérationnelle brute sont les suivantes :

  • sur le périmètre France, l’EBE atteint 104,5 M€ à 20,2% du chiffre d’affaires contributif, (vs. 97,0 M€ soit 19,5% du chiffre d’affaires contributif en 2018), ce qui situe la rentabilité de ce périmètre au-dessus du niveau fixé pour 2020 (20%).

    Cette progression de +7,5 M€ sur l’exercice reflète principalement :
    • l’impact de la 1ère application de la norme IFRS 16 à hauteur de +6,4 M€ ;
    • des effets commerciaux favorables, volumes et prix, qui ont bénéficié aux activités de traitement, toutes filières confondues ;
    • les effets ponctuels des indisponibilités partielles résultant de l’arrêt de Salaise 2, du redémarrage de l’incinérateur de Strasbourg-Sénerval et de la fermeture partielle des sites de Triadis à Rouen (sinistre Lubrizol), pour (4,0) M€ ;
    • l’impact de la non-reconduction du dégrèvement d’une partie de la taxe foncière, pour (3,2) M€.

Hors ces effets ponctuels, la rentabilité opérationnelle brute du périmètre France se serait établie à 21,6% du chiffre d’affaires contributif.

12 A périmètre constant et hors effet de la norme IFRS 16

  • sur le périmètre International, l’EBE est porté à 30,9 M€ soit 18,1% du chiffre d’affaires contributif (vs. 11,7 M€, à 18,3% du chiffre d’affaires contributif en 2018).

    Cette hausse (+19,2 M€) est liée à :
    • l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16 à hauteur de +1,9 M€ ;
    • l’effet de périmètre résultant de l’intégration des sociétés acquises en 2019, à hauteur de 18,4 M€. La rentabilité opérationnelle brute du périmètre acquis d’établit à 18,0% du chiffre d’affaires acquis ;
    • à données comparables, une légère décroissance de (1,1) M€ liée à la moindre contribution des activités de Solarca (services) et des marchés PCB au Mexique qui se comparent à un niveau d’activité et de résultats élevés en 2018.

La rentabilité opérationnelle brute du périmètre historique à l’International s’établit ainsi à 18,2% du chiffre d’affaires au 31 décembre 2019.

Evolution du Résultat Opérationnel Courant

Au 31 décembre 2019, le Résultat Opérationnel Courant (ROC) s’établit à 47,8 M€ soit 7,0% du chiffre d’affaires contributif (vs. 44,2 M€ soit 7,9% du chiffre d’affaire contributif en 2018).

Cette progression retrace :

  • l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16, à hauteur de +0,5 M€ ;
  • l’effet de périmètre, à hauteur de +10,5 M€, extériorisant une marge opérationnelle courante de 10,2% du périmètre acquis.

A noter que cette contribution intègre, pour (3,0) M€, l’amortissement d’actifs incorporels reconnus lors des acquisitions de Interwaste et Mecomer. Ces actifs incorporels seront amortis en application de la norme IFRS 3, sur 5 ans pour Interwaste, et sur 7 ans pour Mecomer.

Retraitée de ces amortissements, la rentabilité opérationnelle courante du périmètre acquis atteint 13,2% du chiffre d’affaires acquis ;

  • à données comparables, le ROC s‘établit à 36,8 M€, soit 6,3% du chiffre d’affaires contributif, (vs. 44,2 M€ il y a un an). Cette évolution reflète la moindre contribution de l’EBE à périmètre constant et la hausse des dotations nettes aux amortissements (+7,4 M€), dont 2,8 M€ représentent une charge d’amortissement non récurrente liée à la réalisation de nouveaux massifs de stockage en France.

La rentabilité opérationnelle courante du périmètre historique atteint 7,2% du chiffre d’affaires.

Analyse du ROC par périmètre géographique

En M€

31 décembre 2018

31 décembre 2019

 

Consolidé

France

International

Consolidé

France

International

CA contributif

560,5

496,5

64,0

687,8

516,7

171,1

ROC

44,2

36,2

8,0

47,8

32,2

15,6

% CA contributif

7,9%

7,3%

12,5%

7,0%

6,2%

9,1%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Données consolidées publiées à changes courants

Par périmètre géographique, les principales évolutions sont les suivantes :

  • Sur le périmètre France, le ROC s’établit à 32,2 M€, à 6,2% du chiffre d’affaires contributif (vs. 36,2 M€ à 7,3% du chiffre d’affaires contributif en 2018).
    Cette évolution reflète :
    • l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16, à hauteur de +0,4 M€ ;
    • la contribution de l’EBE (+1,2 M€) minorée de l’augmentation des dotations aux amortissements pour (5,6) M€ dont (2,8) M€ relatif à l’amortissement non récurrent d’investissements liés à la création de nouveaux massifs de stockage.
      Hors ces amortissements non récurrents, la rentabilité opérationnelle courante du périmètre France s’établit à 6,8% du chiffre d’affaires.
  • Sur le périmètre international, le ROC s’établit à 15,6 M€, soit 9,1% du chiffre d’affaires contributif (vs. 8,0 M€, soit 12,5% du chiffre d’affaires contributif en 2018).

    Cette hausse (+7,6 M€) prend en compte :
    • l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16 à hauteur de +0,1 M€ ;
    • l’effet de périmètre, à hauteur de +10,5 M€, soit une rentabilité opérationnelle courante de 10,2% du chiffre d’affaires du périmètre acquis.
      A noter que ce solde intègre, pour (3,0) M€, des charges d’amortissement d’actifs incorporels constatés à la suite des acquisitions de Interwaste et de Mecomer (application de la norme IFRS 3). Hors ces amortissements, la rentabilité opérationnelle courante du périmètre acquis s’établit à 13,2% du chiffre d’affaires du périmètre acquis ;
    • à données comparables, la contribution de l’EBE, soit (1,2) M€, minorée des charges d’amortissement et provisions pour (1,8) M€. Sur le périmètre historique, le ROC extériorise une rentabilité de 7,1% du chiffre d’affaires en 2019.

Evolution du Résultat Opérationnel

Au 31 décembre 2019, le Résultat opérationnel s’établit à 46,8 M€ soit 6,8% du chiffre d’affaires contributif (vs. 38,0 M€ soit 6,8% du chiffre d’affaires contributif un an plus tôt).

Cette évolution retrace pour l’essentiel :

  • l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16, à hauteur de +0,5 M€ ;
  • divers effets dont :
    • une perte de (0,7) M€ sur titres non consolidés ;
    • une charge de (0,7) M€ liée aux effets du regroupement d’entreprises.

Evolution du Résultat financier

Au 31 décembre 2019, le résultat financier s’établit à (17,5) M€ contre (13,4) M€ un an plus tôt.

Cette variation de (4,1) M€ résulte de :

  • l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16 à hauteur de (0,9) M€ ;
  • une légère hausse du coût de l’endettement net, à 15,7 M€ (vs. 13,9 M€ il y a un an) en lien avec la hausse de la dette financière nette moyenne accompagnée d’une progression du coût de la dette brute à 3,04% (vs. 2,86% en 2018) sous l’effet des maturités plus longues obtenues lors du refinancement obligataire de mai 2019 ;
  • la variation des autres produits et charges financiers, à (1,7) M€ (vs. +0,6 M€ en 2018) dont :
    • un effet d’actualisation de la provision trentenaire à hauteur de (0,5) M€ ;
    • des pertes valeurs sur titres non consolidés pour (0,4) M€ ;
    • un résultat de change, pour (0,3) M€.

Evolution de la charge d’Impôt sur les Sociétés

En 2019, la charge d’impôt sur les sociétés s’établit à 10,4 M€ (vs. 8,8 M€ en 2018) en raison de l’amélioration de la capacité bénéficiaire du Groupe. Le taux d’impôt apparent ressort à 35,41% en raison notamment de la politique d’activation prudente des déficits reportables.

Evolution de la Quote-part dans le Résultat des Entreprises Associées

La quote-part dans le résultat des entreprises associées concerne principalement la part du Groupe dans les résultats des sociétés GEREP et SOGAD. Elle est non significative au 31 décembre 2019 (vs. 0,4 M€ en 2018, ce solde intégrant alors Kanay).

Evolution du Résultat net consolidé

Au 31 décembre 2019, le Résultat net de l’ensemble consolidé s’établit à 18,9 M€ (vs. 16,2 M€ en 2018), marquant une progression de +16,7% par rapport à l’an passé, à 2,8% du chiffre d’affaires contributif.

Après comptabilisation de la part des minoritaires dans ce résultat (1,1 M€ vs. 0,6 M€ en 2018, représentant notamment les minoritaires de Solarca et de Mecomer), le Résultat net part du Groupe s’établit à 17,8 M€ (vs. 15,6 M€ au titre de l’exercice 2018).

Rappelons qu’il enregistre l’effet de la 1ère application de la norme IFRS 16 pour (0,4) M€.

Le Résultat net par action atteint 2,27 € en 2019 vs. 2,00 € en 2018.

Commentaires sur les flux et la situation financière consolidée au 31 décembre 2019

Tableau de flux de trésorerie consolidés

En M€

31/12/18

 

31/12/19

Flux de trésorerie générés par l’activité

86,2

 

110,4

Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement

(52,0)

 

(138,8)

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement

(19,4)

 

41,8

Variation de trésorerie des activités poursuivies

14,8

 

13,4

Variation de trésorerie des activités abandonnées

-

 

-

Variation de trésorerie

14,8

 

13,4

Données consolidées publiées

Flux des activités opérationnelles

Sur l’exercice, le Groupe génère 110,4 M€ de flux de trésorerie issus de l’activité opérationnelle (vs. 86,2 M€ en 2018), soit une hausse de +24,2 M€.

Cette évolution traduit l’effet conjugué :

  • de la variation du BFR pour (5,0) M€ sur l’exercice, soit une dégradation de (3,0) M€ par rapport à la variation observée en 2018 :
  • d’un impôt décaissé net de (5,9) M€ en 2019 contre (4,3) M€ en 2018 (soit une variation de trésorerie de (1,6) M€) ;
  • de l’évolution de la marge brute d’autofinancement opérationnelle générée, soit +28,9 M€, corrélativement à l’évolution du ROC hors charges calculées et des charges non récurrentes.

Le cash-flow opérationnel disponible13 s’inscrit en forte progression par rapport à 2018 (+47,7%) à 56,7 M€, faisant ressortir un taux de conversion de l’EBE en cash de 42% (vs. 35% en 2018).

Au 31 décembre

En M€

2018

2019

EBE

108,7

135,4

Cash-flow opérationnel récurrent

92,4

121,4

Capex récurrents décaissés nets

(34,6)

(38,0)

Variation de BFR

(2,0)

(5,0)

Impôts décaissés

(4,3)

(5,9)

Intérêts décaissés nets

(13,1)

(15,8)

Cash-flow opérationnel disponible

38,4

56,7

 

 

Taux de conversion cash (Cash-flow libre / EBE)

35%

42%

13 Flux de trésorerie avant CAPEX de développement, investissements financiers, dividendes et remboursement de la dette

Flux d’investissement

Les dépenses d’investissement (nettes des produits de cession encaissés) s’élèvent sur la période à 138,8 M€ et concernent d’une part, les décaissements financiers liés aux croissances externes et d’autre part, des investissements industriels :

En M€

31/12/18

 

31/12/19

Investissements industriels

65,2

 

72,5

Investissements financiers

1,0

 

1,1

Investissements comptabilisés

66,1

 

73,6

Investissements industriels

53,1

 

69,0

Investissements financiers

Acquisition de filiale - Trésorerie nette (**)

(1,1)

 

-

Acquisition de filiales – trésorerie nette

-

 

69,8

Investissements décaissés nets

52,0

 

138,8

Données consolidées publiées

Sur 2019, les investissements industriels comptabilisés se sont élevés à 72,5 M€ et concernent :

  • des investissements récurrents à hauteur de 48,4 M€, soit 7,0% du chiffre d’affaires contributif (vs. 38,7 M€ en 2018 –hors investissements concessifs de 7,8 M€-, soit 6,9% du chiffre d’affaires contributif).
  • des investissements non récurrents pour 24,1 M€, soit 3,5% du chiffre d’affaires contributif (vs. 18,6 M€ en 2018, soit 3,3% du chiffre d’affaires contributif).

Flux de financement

Le solde des flux de financement s’établit à +41,8 M€ en 2019.

Il retrace essentiellement :

  • les flux de nouveaux emprunts : +111,1 M€ vs. 265,3 M€ en 2018 ;
  • les flux de remboursement d’emprunts : (43,8) M€ vs. (264,1) M€ en 2018 ;
  • les charges d’intérêt : (15,8) M€ vs. (13,1) M€ en 2018 ;
  • les flux de dividendes versés aux actionnaires et aux participations ne donnant pas le contrôle : (8,1) M€ vs. (7,4) M€ en 2018 ;
  • les flux de trésorerie ou équivalents de trésorerie sans prise de contrôle : (1,6) M€ vs. 0,0 M€ en 2018.

Evolution de l’endettement financier net reflétant le financement des acquisitions et l’impact de la 1ère application de la norme IFRS 16

L’endettement financier net consolidé évolue sur la période selon la décomposition suivante :

En M€, au 31 décembre

2018

2019

Dettes auprès des établissements de crédit (hors dettes sans recours)

200,7

203,6

Dettes sans recours auprès des établissements de crédit

29,1

32,0

Dettes obligataires

174,2

254,0

Dettes de crédit-bail

9,4

43,2

Dettes financières diverses

3,0

4,2

Concours bancaires courants

0,6

11,5

Participation

-

-

Total dettes financières (courantes et non courantes)

417,0

548,5

Trésorerie active

(67,4)

(92,3)

Endettement financier net

349,6

456,2

Dont à moins d’un an

31,0

61,0

Dont à plus d’un an

380,6

395,1

Endettement financier net (définition bancaire14)

317,4

399,4

Données consolidées publiées

L’endettement financier brut s’établit à 548,5 M€ au 31 décembre 2019, contre 417,0 M€ en 2018.

Cette progression de +131,5 M€ reflète principalement le financement des opérations de croissance externe et de l’intégration au périmètre de la dette financière des sociétés acquises, soit :

  • Nouveaux emprunts, pour +119,6 M€ ;
  • Remboursements d’emprunts, pour (43,8) M€ ;
  • Effet de périmètre à hauteur de +26,9 M€ résultant de la consolidation des dettes financières des sociétés acquises en 2019 ;
  • Divers, pour +28,8 M€ dont +27,3 M€ liés à la 1ère application de la norme IFRS 16.

Au 31 décembre 2019, la trésorerie active s’établit à 92,3 M€, en progression de +36,9% par rapport à l’an passé, illustrant une nouvelle amélioration de la liquidité du bilan.

A cette date, l’endettement financier net (IFRS) du Groupe ressort ainsi à 456,2 M€.

Selon la définition du contrat bancaire, qui exclut notamment certaines dettes (dont la dette sans recours) et les effets de la 1ère application de l’IFRS 16, l’endettement net s’établit à 399,4 M€ au 31 décembre 2019, extériorisant un levier maîtrisé de 3,1x l’EBE (vs. 2,9x un an plus tôt).

14 Selon la définition du contrat bancaire, l’endettement net exclut certaines catégories de dettes dont la dette sans recours et les impacts de la norme IFRS 16.

Agenda

Chiffre d’affaires au 31 mars 2020          28 avril 2020 après Bourse

A propos de Séché Environnement

Séché Environnement est l’un des principaux acteurs français de la valorisation et du traitement de tous les types de déchets, qu’ils soient d’origine industrielle ou issus des collectivités territoriales.

Premier opérateur indépendant en France, Séché Environnement se caractérise par un positionnement de spécialiste des déchets les plus complexes, au cœur de marchés réglementés et à fortes barrières, et développe des solutions de valorisation et de traitement de pointe pour les déchets dangereux et non dangereux.

En effet, ses outils et ses savoir-faire lui permettent d’offrir à sa clientèle d’industriels et de collectivités, des solutions à haute valeur ajoutée, ciblant les problématiques de l’économie circulaire et les exigences de développement durable, telles que :

  • les valorisations matières ou énergétique des déchets dangereux et non dangereux ;
  • tous types de traitement pour les déchets solides, liquides, gazeux (traitements thermiques, physico-chimiques, radiologiques …) ;
  • le stockage des résidus ultimes de déchets dangereux ou non dangereux ;
  • les éco-services de dépollution, de déconstruction, de désamiantage et de réhabilitation ;
  • la gestion globale des services à l’Environnement dans le cadre de contrats d’externalisation.

Fort de son expertise globale, le Groupe est actif dans plus de 15 pays dans le Monde et se développe rapidement à l’International par croissance organique et par acquisitions. Déjà présent en Europe (Espagne, Allemagne et désormais en Italie), Séché Environnement a récemment pris des positions de premier plan en Amérique Latine (Pérou, Chili) et en Afrique du Sud.

A ce jour, le Groupe emploie environ 4500 collaborateurs dans le Monde (dont environ 2000 personnes en France).

Séché Environnement est coté sur l’Eurolist d’Euronext (compartiment B) depuis le 27 novembre 1997.

Le titre est éligible au PEA-PME et appartient aux indices CAC Mid&Small et Enternext PEA-PME 150.

Avis important

Ce communiqué peut contenir des informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit des tendances, soit des objectifs à la date de publication du présent communiqué et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations sont soumises par nature à des risques et incertitudes difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de la Société, qui peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement des tendances et objectifs énoncés. Ces risques comprennent notamment ceux décrits dans le Document de Référence de la Société disponible sur son site internet (www.groupe-seche.com). Ces informations ne reflètent donc pas les performances futures de la Société, qui peuvent en différer sensiblement et aucune garantie ne peut être donnée quant à la réalisation de ces éléments prospectifs. La Société ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces informations. Des informations plus complètes sur la Société peuvent être obtenues sur son site internet (www.groupe-seche.com), rubrique Information Réglementée. Ce communiqué ne constitue ni une offre de titres ni une sollicitation en vue d’une offre de titres dans un quelconque Etat, y compris aux Etats-Unis. La distribution du présent communiqué peut être soumise aux lois et règlements en vigueur en France ou à l’Etranger. Les personnes en possession du présent communiqué de presse doivent s’informer de ces restrictions et s’y conformer.

Annexe 1 : effets de la 1ère application de la norme IFRS 16

La 1ère application de la norme IFRS 16 se traduit par les effets suivants sur le bilan d’ouverture :

En M€

31/12/18

Impact IFRS 16

01/01/19 retraité

Immobilisations corporelles et autres actifs non courants

12,0

27,3

39,3

Dettes locatives

12,0

27,3

39,3

Elle se traduit par les effets suivants sur les principaux soldes de gestion au 31 décembre 2019 :

En M€

31/12/18

31/12/19 avant IFRS 16

Impact IFRS 16

31/12/19 publié

EBE

108,7

127,4

8,3

135,4

ROC

44,2

47,3

0,5

47,8

RO

38,0

46,3

0,5

46,8

Résultat financier

(13,4)

(16,6)

(0,9)

(17,5)

Résultat net

15,6

19,3

(0,4)

18,9

Annexe 2 : Bilan consolidé

(en milliers d’euros)

 

31/12/2018

31/12/2019

Goodwill

 

265 220

309 714

Actifs incorporels du domaine concédé

 

53 588

49 441

Autres immobilisations incorporelles

 

16 879

35 712

Immobilisations corporelles

 

235 907

316 735

Participations dans les entreprises associées

 

3 276

431

Actifs financiers non courants

 

8 886

7 996

Instruments dérivés non courants – actif

 

210

0

Actifs financiers opérationnels non courants

 

40 551

42 889

Impôts différés – actif

 

23 729

24 300

Actifs non courants

 

648 245

787 218

Stocks

 

12 920

14 553

Clients et autres débiteurs

 

157 184

179 480

Actifs financiers courants

 

3 597

3 58-

Instruments dérivés courants – actif

 

32

0

Actifs financiers opérationnels courants

 

28 680

40 765

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 

67 425

92 276

Actifs courants

 

269 839

330 660

Actifs classés comme détenus en vue de la vente

 

-

-

TOTAL DES ACTIFS

 

918 083

1 117 878

Capital

 

1 572

1 572

Primes

 

74 061

74 061

Réserves

 

160 042

161 918

Résultat Net

 

15 580

17 825

Capitaux propres (Part du Groupe)

 

251 255

255 376

Participations ne donnant pas le contrôle

 

3 515

8 096

Total capitaux propres

 

254 769

263 472

Dettes financières non courantes

 

380 599

485 238

Instruments dérivés non courants – passif

 

630

189

Engagements envers le personnel

 

6 217

14 358

Provisions non courantes

 

14 203

18 891

Passifs financiers opérationnels non courants

 

430

9 681

Impôts différés – passif

 

60

6 883

Passifs non courants

 

402 138

535 240

Dettes financières courantes

 

36 377

63 228

Instruments dérivés courants – passif

 

74

83

Provisions courantes

 

1 973

5 442

Dette d’impôt

 

1 562

6 439

Passifs financiers opérationnels courants

 

221 189

243 974

Passifs courants

 

261 176

319 166

Passifs classés comme détenus en vue de la vente

 

-

-

TOTAL DES PASSIFS ET CAPITAUX PROPRES

 

918 083

1 117 878

Annexe 3 : Compte de résultat consolidé

(en milliers d’euros)

31/12/2018

31/12/2019

 

 

 

Chiffre d’affaires

585 308

704 419

Autres produits de l’activité

6 294

8 137

Transfert de charges

555

3 644

Achats consommés

(70 023)

(95 662)

Charges externes

(234 283)

(266 375)

Impôts et taxes

(45 796)

(46 268)

Charges de personnel

(133 322)

(172 522)

Excédent Brut d’exploitation

108 732

135 373

Charges de réhabilitation/entretien site de traitement et actifs concédés

(11 569)

(10 855)

Produits opérationnels

1 781

191

Charges opérationnelles

(1 543)

(3 848)

Dotations nettes aux provisions et dépréciations

(2 401)

1 113

Dotations nettes aux amortissements

(50 794)

(74 171)

Autres éléments opérationnels

239

(3 657)

Résultat opérationnel courant

44 206

47 803

Résultat sur cession d’immobilisations

(591)

(764)

Dépréciation des actifs

(1 667)

-

Effet des variations de périmètre

(981)

(777)

Autres produits et charges opérationnels

(2 980)

501

Résultat opérationnel

37 987

46 763

Produits de trésorerie et équivalents de trésorerie

65

371

Coût de l’endettement financier brut

(14 023)

(16 107)

Coût de l’endettement financier net

(13 958)

(15 736)

Autres produits et charges financières

601

(1 737)

Résultat financier

(13 353)

(17 473)

Impôts sur les résultats

(8 799)

(10 358)

Résultat des sociétés intégrées

15 835

18 932

Quote-part dans les résultats des entreprises associées

396

(45)

Résultat net des activités poursuivies

16 230

18 888

Résultat des activités abandonnées

-

-

Résultat net

16 230

18 888

Dont part des participations ne donnant pas le contrôle

(650)

(1 063)

Dont part du Groupe

15 580

17 825

 

 

 

Part du Groupe

 

 

Non dilué par action

2,00 €

2 27 €

Dilué par action

2,00 €

2,27 €

Annexe 4 : Etat des flux de trésorerie consolidés

(en milliers d’euros)

31/12/2018

31/12/2019

Résultat net

15 834

18 888

Quote-part dans les résultats des entreprises associées

-

45

Dividendes des coentreprises et entreprises associées

71

325

Amortissements, dépréciations et provisions

53 854

75 239

Résultats de cessions

(1 025)

835

Impôts différés

4 904

1106

Autres produits et charges calculés

2 914

58

Marge brute d’autofinancement

76 551

96 496

Impôt sur les sociétés

3 896

9 252

Coût de l’endettement financier brut, net des placements long terme

11 994

15 611

marge brute d’autofinancement avant impôts et frais financiers

92 440

121 359

Variation du besoin en fonds de roulement

(1 966)

(5 045)

Impôts décaissés

(4 306)

(5 893)

Flux net de trésorerie issus des activités opérationnelles

86 168

110 421

Investissements corporels et incorporels

(54 632)

(71 769)

Cessions d’immobilisations corporelles et incorporelles

1 515

2 719

Augmentation des prêts et créances financières

(956)

(1 083)

Diminution des prêts et créances financières

2 019

1 085

Prise de contrôle sur des filiales, nette de la trésorerie et équiv. de trésorerie

(109)

(69 794)

Perte de contrôle sur des filiales, nette de la trésorerie et équiv. de trésorerie

144

5

Flux de trésorerie issus des opérations d’investissement

(52 020)

(138 837)

Dividendes versés aux actionnaires de la société mère

(7 410)

(7 408)

Dividendes versés aux participations ne donnant pas le contrôle

(41)

(710)

Augmentation ou diminution de capital de la société mère

-

-

Trésorerie et équivalents de trésorerie sans perte de contrôle

(27)

-

Trésorerie et équivalents de trésorerie sans prise de contrôle

 

(1 593)

Variation des actions propres

47

35

Nouveaux emprunts et dettes financières

265 263

111 078

Remboursements d’emprunts et de dettes financières

(264 115)

(43 822)

Intérêts décaissés

(13 093)

(15 795)

Flux net de trésorerie issus des opérations de financement

(19 376)

41 785

 

 

 

total des flux de la période des activités poursuivies

14 772

13 369

Flux de la période des activités abandonnées

-

 

TOTAL DES FLUX DE LA PERIODE

14 772

13 369

 

 

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie à l’ouverture

52 278

66 806

Trésorerie et équivalents de trésorerie de clôture

66 806

80 741

Incidence des variations de cours des devises

(244)

566

(1) dont :

 

 

Trésorerie et équivalents de trésorerie active

67 425

92 276

Concours bancaires courants (dettes financières courantes)

(619)

(11 535)

Compartiment B – ISIN : FR 0000039139 – Bloomberg : SCHP.FP – Reuters : CCHE.PA
Indice CAC MID & SMALL et Indice ENTERNEXT PEA-PME 150

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20200309005680/fr/

Contacts

Séché Environnement
Manuel Andersen
Directeur des Relations Investisseurs
+33 (0)1 53 21 53 60
m.andersen@groupe-seche.com