Publicité
Marchés français ouverture 45 min
  • Dow Jones

    38 239,98
    +253,58 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 451,31
    +169,30 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    37 566,20
    +127,59 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0644
    -0,0012 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    16 790,48
    +278,79 (+1,69 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 575,20
    +318,75 (+0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 401,86
    -12,90 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    5 010,60
    +43,37 (+0,87 %)
     

Séché Environnement: Résultats consolidés 2023

Confirmation de la dynamique de croissance rentable et durable

Réalisations financières et extra-financières en avance sur les objectifs

Perspectives 2024 à 2026 confortées

CHANGÉ, France, March 11, 2024--(BUSINESS WIRE)--Regulatory News:

Séché Environnement (Paris::SCHP) :

Communiqué de presse du 11 mars 2024

Performances financières 2023

Objectif 2025 de « CA proche du milliard d’euros » atteint1

CA contributif à 1.013,5 M€ (936,0 M€ à périmètre constant2)

Poursuite de la stratégie d’acquisitions ciblées : effet de périmètre +77,5 M€

Solide croissance organique confirmée : CA contributif en hausse de +6% (dont +9% en France)

PUBLICITÉ

Sensible progression de la rentabilité opérationnelle à périmètre constant2

EBE à périmètre constant de 218,4 M€ en hausse organique3 de +10%, à 23,3% CA (vs. 22,6% en. 2022)

ROC à périmètre constant de 105,1 M€ en hausse organique3 de +18%, à 11,2% CA (vs. 10,2% en 2022)

Levier financier à 2,7x l’EBE -avant acquisitions de fin 2023-

Performances extra-financières 2023

GES émis : objectif de réduction de 10% dépassé avec 2 ans d’avance1 à -11% vs. 2020

GES évités : en hausse de +29% vs. 2020 pour un objectif de +40% en 2025

Dividende 2023 proposé en hausse à 1,20 euro par action (vs. 1,10 euro au titre de 2022)4

Perspectives 2024 à 2026 bien orientées5

Objectifs 2024 confortés

CA en hausse organique de +5% (vs. CA ajusté 2023) + effet de périmètre de 60 M€ environ

EBE en hausse organique de +10% pour viser environ 230 M€ (vs. EBE ajusté 2023)

ROC en progression organique de +14% pour viser environ 105 M€ (vs. ROC ajusté 2023)

Levier financier à 2,7 x EBE -hors croissance externe-

Feuille de route 2026 confirmée

Lors du Conseil d’administration qui s’est réuni le 6 mars 2024 afin d’approuver les comptes de l’exercice 2023, le Président du Conseil d’administration Joël Séché a déclaré :

« L'exercice 2023 confirme une nouvelle fois la pertinence de la stratégie de développement de Séché Environnement sur les marchés français et internationaux du développement durable, et plus particulièrement ceux de l'économie circulaire et de la lutte contre le changement climatique.

Engagé depuis plusieurs années dans une stratégie de croissance externe qui élargit la palette de ses offres et étend sa couverture géographique, Séché a intégré cette année, en France, de nouveaux métiers à fort contenu technologique, ceux du cycle de l'eau industrielle, au sein de marchés prometteurs portés par les réglementations environnementales.

À l'international, ce sont de nouvelles acquisitions stratégiques, en Italie, au Pérou et en Namibie, qui viennent conforter ses expertises d'acteur spécialiste des déchets dangereux et ses positions d'opérateur de référence auprès des clientèles industrielles dans ces régions.

Fort de l'alignement élevé de ses activités à la taxonomie verte européenne, Séché propose ainsi à ses clientèles, industrielles ou publiques, une offre de proximité qui répond à la plupart de leurs enjeux environnementaux de durabilité.

La solide croissance organique affichée par le Groupe en 2023 confirme la dynamique commerciale et la bonne orientation de la plupart des activités observées dans les années récentes, en particulier en France.

Avec deux ans d'avance sur les objectifs, le chiffre d'affaires contributif dépasse le seuil symbolique du milliard d'euros !

Le haut niveau de performance opérationnelle extériorisé sur le périmètre historique démontre la capacité de Séché à intégrer rapidement les acquisitions des années récentes, à mettre en œuvre immédiatement des synergies industrielles et commerciales avec les autres métiers du Groupe et à les élever à ses standards de profitabilité.

La performance extra-financière n'est pas en reste : après la validation par la SBTi de sa trajectoire Climat alignée sur les Accords de Paris, Séché est déjà en 2023 au rendez-vous de son objectif fixé pour 2025 en matière de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. Dans le même temps, le Groupe a également fortement accru ses gaz à effet de serre évités chez ses clients au titre de ses activités de recyclage, le plaçant en bonne position pour atteindre son objectif 2025.

De nouvelles ambitions ont été fixées, qui tracent à l'horizon 2026 de solides perspectives de croissance, de progression de la rentabilité opérationnelle et de génération de trésorerie libre.

Sur le plan extra-financier, l'intensification des plans d'actions en cours et la mise en œuvre de nouveaux projets emblématiques permettront de poursuivre l'édification d'un Groupe encore plus respectueux de l'Environnement, toujours plus sobre dans ses consommations et plus modéré dans ses impacts.

Ce sont autant d’indicateurs qui valident le modèle de croissance rentable et durable de Séché Environnement, autant de moyens pour lui, d'accélérer sa propre transition écologique et d’accélérer son développement. »

INFORMATIONS FINANCIERES SELECTIONNEES

DONNEES CONSOLIDEES AU 31 DECEMBRE 2023

En millions d’euros

2022

2023

Variation brute

Variation organique

Chiffre d’affaires publié

972,7

1088,9

+11,9 %

+5,8%

dont CA contributif

895,3

1013,5

+13,2 %

+6,4%

Excédent brut d’exploitation

201,6

217,7

+8,0 %

+10,1%

En % du CA contributif

22,6 %

21,5 %

-

-

Résultat opérationnel courant

91,3

101,2

+10,8 %

+17,8%

En % du CA contributif

10,2 %

10,0 %

-

-

Résultat opérationnel

87,0

91,4

+5,1 %

+12,2%

Résultat financier

(18,5)

(22,2)

+20,0 %

-

Impôt sur les résultats

(19,2)

(17,8)

(7,3) %

-

QP résultat entreprises associées

(1,3)

(1,3)

ns

-

Résultat net consolidé

47,9

50,0

+4,4 %

+20,0%

Dont part des participations ne donnant pas le contrôle

(3,3)

(2,2)

(33,3)%

-

Dont part du Groupe

44,6

47,8

+7,2 %

+23,2%

Résultat par action dilué (en €)

5,72

6,13

+7,2 %

+23,2%

Cashflow opérationnel récurrent

179,1

190,2

+6,2 %

Investissements industriels décaissés nets

95,7

88,7

(7,3)%

Cashflow opérationnel disponible

78,4

101,3

+29,2 %

Trésorerie et équiv. de trésorerie

126,2

162,2

+28,5 %

Dette financière nette (IFRS)

587,4

641,9

+9,3 %

Levier financier

2,8x

2,9x

+0,1x

COMMENTAIRES SUR LES COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2023

PRINCIPAUX RESULTATS EXTRA-FINANCIERS 2023

En 2023, Séché Environnement a poursuivi sa stratégie de croissance rentable, en couplant une croissance interne dynamique à une stratégie de croissance externe ciblée.

Au sein des marchés porteurs de la transition écologique et du développement durable, le Groupe a maintenu une croissance solide sur son périmètre historique et a finalisé avec succès l'intégration de nouvelles activités acquises fin 2022, notamment les activités liées au cycle de l'eau industrielle.

Le Groupe a également réalisé de nouvelles acquisitions en France et à l'International, qui viennent compléter sa palette d'offres tout autant que son maillage territorial au cœur de marchés stratégiques.

Au terme de l'exercice, Séché Environnement extériorise une performance financière et extra-financière qui lui permet d'atteindre dès 2023 plusieurs des objectifs financiers et extra-financiers fixés pour 20256.

Pour ces raisons, le Groupe confirme sa nouvelle feuille de route financière et extra-financière à horizon 2026.7

Poursuite de la stratégie d’acquisitions – Autres effets de périmètre

En France, Séché Environnement a finalisé l'acquisition de la société Assainissement Rhône-Isère (ARI) renommée depuis lors Séché Assainissement Rhône-Isère (« Séché ARI »). Basée à Bonnefamille (Isère) et présente sur toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, cette société habilitée à intervenir sur les sites classés Seveso est présente dans les métiers de l'assainissement, du nettoyage industriel et de l'hydrocurage haute pression.

A l’International, le Groupe a successivement acquis :

Furia Srl (Italie)8 : Furia est une entreprise italienne spécialisée dans la collecte, le tri, le regroupement et la valorisation de déchets dangereux et non dangereux d’origine industrielle. La Société exerce également, à hauteur de 40 % de son chiffre d’affaires, des activités de dépollution de sols et de décontamination de sites.

Rent-A-Drum (Namibie)9 : Rent-A-Drum est la principale entreprise de gestion des déchets en Namibie. Elle propose à sa clientèle de grandes entreprises une large gamme de prestations grâce à son offre intégrée de valorisation et de traitement de déchets.

Essac (Pérou)10 : Essac est un des tout premiers acteurs de l'intervention d'urgence au Pérou, spécialiste des réponses aux urgences incendiaires en milieu industriel. La Société exerce également une deuxième activité de formation et d'instruction d'équipes sur les risques industriels et les réglementations, de prévention des risques et d'audits de sites industriels.

Au cours de la période, le Groupe a également finalisé avec succès le transfert d'un portefeuille d'activités liées au cycle de l'eau industrielle acquis auprès du Groupe Veolia fin novembre 2022.

Les actifs cédés comprennent des contrats conclus avec plus de 120 industriels et un réseau de 20 agences en France. Cette cession s'accompagne du transfert de quelque 350 collaborateurs spécialistes des métiers du cycle de l'eau industrielle.

Les opérations de transfert se sont achevées fin 2023 et ont occasionné des charges non récurrentes significatives, notamment celles liées à la rémunération du Groupe Veolia au titre d'un certain nombre de prestations de gestion commerciale et administrative que ce dernier a continué d'exercer pendant la période du transfert.

Performances financières confortant les objectifs de la feuille de route 2024-2026

Confirmation de la dynamique de croissance organique, notamment en France

Au 31 décembre 2023, Séché Environnement affiche un chiffre d'affaires contributif de 1.013,5 M€ en progression de +6,4 % à périmètre et change constants par rapport à 2022.

Sur la période, l'activité a été portée par les marchés en France (73,9 % du chiffre d'affaires contributif) au sein desquels le Groupe confirme la poursuite de sa dynamique commerciale sur la plupart de ses marchés, alors que l'International affiche des situations différenciées selon les zones géographiques et les filiales.

France : dynamisme commercial sur des marchés bien orientés

Opérateur intégré des métiers de l'économie circulaire et des services environnementaux, Séché Environnement bénéficie en France de marchés durablement portés par les évolutions réglementaires favorisant l'économie circulaire, la lutte contre le changement climatique et les enjeux liés à la sécurité environnementale des infrastructures industrielles.

En 2023, le Groupe a connu des marchés industriels bien orientés, en particulier dans les métiers liés à l'Economie circulaire et dans les Services, alors que l'extension de son offre, notamment avec l'intégration de nouveaux métiers de Services comme ceux de la gestion des eaux industrielles- a favorisé la mise en œuvre de synergies industrielles et commerciales intra-groupe qui ont amplifié sa dynamique de croissance.

Les marchés avec les Collectivités ont confirmé leur résilience dans un contexte caractérisé par le haut niveau d'utilisation des installations de valorisation et de traitement de déchets et la poursuite d'une dynamique de prix très positive.

Par ailleurs, le Groupe a bénéficié d'une hausse sensible des prix de vente d'énergie, en lien avec le plein effet des indexations de ses contrats de vente d'énergie intervenues en 2022 (ventes de vapeur en particulier).

Au total, Séché Environnement affiche en France une croissance organique très sensible, de +9,4 % par rapport à l'an passé, illustrant la pertinence de son offre commerciale au regard des enjeux de sécurité environnementale et de durabilité des acteurs économiques comme des impératifs à court terme en matière d'accès aux ressources, matières ou énergie.

International : performances différenciées selon les filiales

À l'international, Séché Environnement est présent par certains de ses métiers sur des zones géographiques ciblées, ce qui confère au Groupe des expositions plus fortes à certains marchés et/ou certaines clientèles locales, et rend la contribution des différentes filiales éventuellement moins homogènes.

En 2023, la plupart des marchés à l'International sont demeurés bien orientés, soutenus par le bon niveau d'activité des clientèles industrielles locales, comme l'illustre la performance remarquable des filiales sud-américaines ou la contribution solide des filiales européennes.

Toutefois, quelques filiales affichent des activités en retrait au regard de leur niveau d'activité particulièrement élevé de 2022, comme en Afrique du Sud où Spill Tech avait enregistré des contrats d'urgence environnementale d'ampleur exceptionnelle ou encore Solarca, spécialiste du nettoyage chimique, qui avait bénéficié l'an passé d'un fort effet de reprise de son carnet de commandes après les années de pandémie.

Le périmètre international enregistre de surcroît un effet de change fortement négatif, de (16,3) M€ vs. un effet de change positif de +4,5 M€ en 2022, essentiellement lié à la dégradation de la parité du Rand sud-africain.

Dès lors, le chiffre d'affaires s'affiche en léger retrait par rapport à 2022, de (0,8) % à périmètre et change constants.

Résultats opérationnels en progression : forte contribution du périmètre historique

L'exercice 2023 affiche une nouvelle hausse des résultats opérationnels consolidés, en particulier sur le périmètre historique en France où les rentabilités opérationnelles, brute et courante, enregistrent une progression significative par rapport à 2022.

Ainsi, l’Excédent brut d’exploitation (EBE) atteint 217,7 M€, soit 21,5 % du chiffre d’affaires contributif, en hausse de +8,0 % en données publiées (vs. 201,6 M€, soit 22,6 % du chiffre d'affaires contributif en 2022).

À périmètre constant, il s'affiche à 218,4 M€, en progression organique sensible, de +10,1 % à 23,3 % du chiffre d'affaires contributif (vs. 22,6 % du chiffre d'affaires contributif il y a un an).

La progression de la rentabilité opérationnelle brute reflète la solide contribution du périmètre France :

L'EBE France affiche une hausse organique de +18,8 % à 176,7 M€, soit 25,7 % du chiffre d'affaires contributif, marquant une progression significative de la rentabilité opérationnelle brute par rapport à l'an passé (23,6 % du chiffre d'affaires contributif).

Outre des effets commerciaux favorables (effets volumes et effets prix), l'EBE France enregistre les effets positifs de la politique d'efficience industrielle sur la disponibilité des outils et la productivité de l'organisation.

Cette nouvelle progression de la rentabilité opérationnelle brute à des niveaux historiquement élevés illustre également la capacité de Séché Environnement à intégrer rapidement les nouveaux périmètres acquis dans les années récentes et à élever leur rentabilité aux standards du Groupe.

Cette performance est d'autant plus remarquable que la progression de ce solde est limitée en 2023, à hauteur de (9,4) M€, par le plafonnement des profits infra-marginaux des producteurs d'électricité mis en place par la loi de finances pour 2023 (avec un impact négatif de 5,8 M€ dès 2022) réduisant les gains sur les ventes d’électricité à +2,6 M€.

L'EBE International affiche un recul organique de -15,9 % et ressort à 41,7 M€, soit 16,8 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 52,9 M€ à 19,9 % du chiffre d’affaires contributif en 2022).

La moindre contribution des activités à l'International résulte essentiellement des retards d'activité enregistrés au sein de certaines filiales (notamment Spill Tech et Solarca) étant rappelé que la rentabilité opérationnelle brute du périmètre international en 2022 avait été portée par la contribution de grands contrats d'urgence environnementale d'ampleur exceptionnelle à hauteur d’environ 5 M€.

Le Résultat opérationnel courant (ROC) s’établit à 101,2 M€ soit 10,0 % du chiffre d’affaires contributif marquant une hausse de +10,8 % en données publiées par rapport à l’an passé (91,3 M€, soit 10,2 % du chiffre d’affaires contributif).

À périmètre constant, la progression est très soutenue (+17,8 % à change constant) à 105,1 M€ soit 11,2 % du chiffre d’affaires contributif. Cette progression de la rentabilité opérationnelle courante résulte de la solide performance du périmètre France :

Le ROC France atteint 85,9 M€ soit 12,5 % du chiffre d'affaires contributif (vs. 9,8 % du chiffre d'affaires contributif en 2022, reflétant la progression organique de l’EBE minorée, en particulier, d’une augmentation modérée des dotations aux amortissements et provisions, en lien avec la maîtrise des investissements et la qualité du portefeuille de créances Clients.

Le ROC International s’établit à 19,2 M€ soit 7,7 % du chiffre d‘affaires contributif (vs. 29,6 M€, soit 11,1 % du chiffre d’affaires contributif en 2022). Ce recul est essentiellement imputable à la moindre performance de l'EBE International à périmètre et change constant.

Le Résultat opérationnel (RO) atteint 91,4 M€, soit 9,0 % du chiffre d’affaires contributif, en hausse de +5,1 % en données publiées et de +12,2 % à périmètre et change constants par rapport à l’an passé.

Cette évolution retrace la progression du ROC minorée, notamment, de dépréciations sur actifs incorporels à hauteur de (7,1) M€. Ces dépréciations résultent principalement à la non-utilisation de développements exécutés dans le cadre de la mise en place de l'ERP français à la suite des tests réalisés par les sociétés pilotes au cours du 2nd semestre 2023.

Nouvelle hausse du Résultat net part du Groupe - Dividende proposé en augmentation

Résultat financier

Au 31 décembre 2023, le Résultat financier s’établit à (22,2) M€ contre (18,5) M€ fin 2022, marquant une hausse de +20,0 % sur un an.

Cette évolution reflète principalement :

L'augmentation du coût de l’endettement brut, à (26,1) M€ vs. (17,8) M€ il y a un an, lié à la hausse du coût de la dette brute, à 3,49 % vs. 2,56 % en 2022, et à la progression de la dette financière brute moyenne sur la période (cf. infra).

L'amélioration du poste « Autres produits et charges financiers », à +0,9 M€ vs. (1,5) M€ en 2022, principalement en raison de la constatation d'un produit de désactualisation de la provision pour risque trentenaire, à hauteur de +2,3 M€ (vs. une charge de (0,5) M€ il y a un an).

Impôts sur les résultats

Au 31 décembre 2023, le poste « Impôts sur les résultats » s’établit à (17,8) M€ vs. (19,2) M€ en 2022, faisant ressortir un taux d’imposition effectif de 25,8 % vs. 28,1 %.

Résultat net consolidé

Après comptabilisation de la quote-part dans les résultats des entreprises associées, soit (1,3) M€ au 31 décembre 2023, montant identique à celui de 2022, le Résultat net de l’ensemble consolidé s’établit à 50,0 M€ vs. 47,9 M€ en 2022.

Net de la part des participations ne donnant pas le contrôle, à hauteur de (2,2) M€, le Résultat net part du Groupe s’établit à 47,8 M€, soit 4,7 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 44,6 M€, soit 5,0 % du chiffre d'affaires contributif en 2022).

Le Résultat net par action s’établit à 6,13 euros vs. 5,72 euros au 31 décembre 2022.

Le dividende sera porté de 1,10 euro à 1,20 euro par action, sous réserve de l'approbation de l'Assemblée générale des actionnaires du 26 avril 2024. Il détachera le 8 juillet 2024 pour mise en paiement à compter du 10 juillet 2024.

Confirmation d'une situation financière solide

Le cashflow opérationnel disponible s'établit 101,3 M€ en progression de 29,2 % par rapport à 2022 (78,4 M€), extériorisant un taux de conversion de l'EBE en cash de 47 % (vs. 39 % il y a un an). Cette évolution favorable est notamment liée à la maîtrise des investissements industriels et à la réduction significative du besoin en fonds de roulement.

Ainsi, les investissements industriels comptabilisés s’établissent à 97,2 M€ soit 9,6 % du chiffre d'affaires contributif (vs. 105,0 M€ en 2022, soit 11,7 % du chiffre d'affaires contributif) :

Les investissements récurrents (ou de maintenance) ont atteint 68,2 M€, soit 6,7 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 57,4 M€ en 2022, soit 6,4 % du chiffre d’affaires contributif), la légère hausse constatée par rapport à l'an passé étant essentiellement liée aux GER (charges périodiques de « Grand Entretien – Réparations ») ;

Les investissements non récurrents (ou de développement) s'élèvent à 29,0 M€, soit 2,9 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 47,6 M€ en 2022, soit 5,3 % du chiffre d’affaires contributif) et concernent essentiellement des investissements de croissance dans les activités d'Économie circulaire et de Services.

La variation du besoin en fonds de roulement s'affiche à (6,3) M€ en forte amélioration par rapport à 2022 où elle atteignait (-25,1) M€, illustrant le succès des efforts du Groupe pour revenir à une situation plus normative au regard de la croissance de l’activité et malgré les conséquences de la cyberattaque du printemps 2023 sur la gestion des facturations et des recouvrements.

La trésorerie active s'élève à 162,2 M€, vs. 126,2 M€ un an plus tôt, variation de +28,5 % qui reflète le bon niveau de trésorerie libre générée en 2023 -hors acquisitions-. La situation de liquidité est solide, à 332,2 M€ au 31 décembre 2023 vs. 313,1 M€ fin 2022.

La dette financière nette s'établit à 641,9 M€ vs. 587,4 M€ au 31 décembre 2022.

Cette progression de +54,5 M€ reflète :

Pour (43,3) M€, le désendettement du Groupe à périmètre constant et avant effets non cash.

Pour +35,5 M€ : une variation non cash -à périmètre constant- liée notamment aux nouveaux contrats IFRS 16.

Pour +62,3 M€, les effets de périmètre (décaissements de la juste valeur des titres et les locations financières des sociétés acquises).

Le levier financier s'établit à 2,9 fois l'EBE vs. 2,8 fois un an plus tôt. Hors acquisitions réalisées fin 2023, il se serait établi à 2,7 fois l'EBE conformément aux objectifs du Groupe.

Solides performances extra-financières en 202311

Au cours de l’exercice 2023, Séché Environnement a intensifié sa stratégie extra-financière en particulier dans les domaines de la lutte contre le changement climatique, de la sobriété Eau et Energie ainsi que de la protection de la biodiversité.

Notamment, le Groupe a :

Obtenu la validation de sa trajectoire Climat par la SBTi

En janvier 2023, la Science Based Target initiative (SBTi) a validé l’objectif de réduction des émissions de GES de Séché Environnement. La SBTi reconnaît ainsi que la cible que s’est fixée Séché Environnement est basée sur des critères scientifiques et en ligne avec l’Accord de Paris de lutte contre le réchauffement climatique visant une limitation du réchauffement climatique à 2°C d'ici à 2050.

La stratégie de décarbonation de Séché Environnement vise une réduction absolue de -25 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) directes (scope 1) et indirectes liées à la consommation d’énergie (scope 2) entre 2020 et 2030.

Confirmé les taux élevés d'éligibilité et d'alignement de ses activités à la taxonomie verte européenne.

Séché Environnement dispose d’un modèle économique durable au sens de la taxonomie verte européenne.

Sur la base des six actes délégués publiés le 5 juin 2023 par la Commission européenne, les pourcentages d’éligibilité et d’alignement des activités de l’entreprise à la réalisation des 6 objectifs environnementaux atteignent respectivement 84 % et 70 % du chiffre d’affaires au 31 décembre 2023.

Ces chiffres sont largement supérieurs à la moyenne des activités économiques en Europe (dont l’alignement est estimé est à 20 %)12, illustrant la contribution de l’entreprise au verdissement de l’économie.

Atteint dès 2023, son objectif de réduction de ses émissions de GES fixé par sa stratégie Climat à horizon 2025

Avec des émissions de gaz à effet de serre ramenées à seulement 555 ktCO2eq en 2023, Séché Environnement atteint avec deux ans d'avance son objectif de réduction d'émissions de gaz à effet de serre fixés en 2021 pour l'horizon 2025.

Cet indicateur figure en particulier en tant que critère d'impact de son emprunt obligataire de novembre 2021, à savoir, la réduction de 10% des émissions de gaz à effet de serre scope 1 et 2 du périmètre France 2020.

Avec une performance de +29% en 2023 au titre des gaz à effet de serre évités, Séché Environnement est également en bonne voie pour atteindre son second objectif fixé par sa stratégie Climat : l'augmentation de +40% des émissions évitées par les activités de valorisation matières sur le périmètre France 2020.

PERSPECTIVES 2024 BIEN ORIENTEES – OBJECTIFS CONFIRMES

FEUILLE DE ROUTE A HORIZON 2026 CONFORTEE

Séché Environnement confirme sa feuille de route financière et extra-financière pour les exercices 2024 à 202613.

Positionnement solide sur les marchés durablement porteurs de la transition écologique et du développement durable

Présent sur les marchés fortement réglementés en France comme à l’International, de la transition écologique et du développement durable, Séché Environnement bénéficie du renforcement tendanciel des contraintes réglementaires qui s’imposent aux acteurs économiques afin de réduire leur empreinte écologique.

En effet, les activités de Séché répondent aux problématiques de long terme posées aux acteurs économiques en matière de transition écologique, et particulièrement de changement climatique, d’épuisement des ressources naturelles et de protection de la biodiversité.

Par ses métiers de valorisation de ressources rares et de production d’énergie de récupération, le Groupe fournit également des réponses aux enjeux de court terme des territoires et des industriels en matière d’accès aux matières premières, à l’eau et à l’énergie, en produisant ces ressources, régénérées et faiblement carbonées, disponibles localement et à des prix compétitifs.

Pour toutes ces raisons, elles affichent à la fois une forte visibilité, une croissance soutenue, des marges opérationnelles élevées et en progression, et une résilience avérée.

Séché adosse cette stratégie de croissance organique à une politique active de croissance externe, en France et également à l’International où le Groupe a pris des positions commerciales de premier plan dans certaines zones géographiques, comme en Italie du Nord ou en Afrique australe.

L’étendue de son offre, les synergies commerciales croisées qui en résultent, ainsi que les évolutions réglementaires qui impactent ses marchés, permettent au Groupe d'anticiper sur la période une croissance organique très sensiblement supérieure aux taux de croissance prévisionnelle des PIB au sein des zones géographiques dans lesquelles il est implanté.

Poursuite d’une croissance organique sensible sur la période 2024 - 2026

En France, l’activité du Groupe devrait être soutenue par les marchés dynamiques de l’Économie circulaire et surtout des Services aux industriels.

Sur les marchés de l’Économie circulaire, Séché s’attachera à développer ses capacités en matière de valorisation énergétique de déchets non dangereux dans un contexte de réduction tendancielle des capacités de traitement, et de valorisation matières des déchets dangereux.

Sur les marchés de Services, Séché bénéficiera d’un contexte réglementaire porteur et de la dynamique de croissance résultant de sa nouvelle offre dans les métiers du cycle de l’eau industrielle et des synergies croisées attendues avec les autres activités et clientèles du Groupe. Le Groupe bénéficiera également de la dynamique de croissance pour ses « offres globales », offre de gestion déléguée proposée aux industriels.

À l’international, le Groupe est confiant dans sa capacité à maintenir une croissance solide et notamment :

En Italie, où le nouvel ensemble Mecomer-Furia offre de puissantes synergies commerciales et industrielles et fait de Séché l’un des tout premiers opérateurs des marchés des déchets dangereux.

En Afrique australe (Afrique du Sud et Namibie), où le Groupe réunit l’offre de solutions la plus complète en matière de gestion de déchets et de sécurité environnementale à l’intention des industriels au travers de ses filiales aux compétences complémentaires : Interwaste, Spill Tech et Rent-A-Drum.

Le Groupe est également confiant sur sa capacité à profiter de la bonne orientation de ses marchés en Amérique Latine, où il vient de se renforcer dans ses métiers de l’urgence environnementale avec l’acquisition récente d’Essac au Pérou.

Au titre de l'exercice 2024, Séché Environnement anticipe une croissance organique de son chiffre d'affaires contributif de l'ordre de 5 % à laquelle s'ajoutera la contribution des périmètres acquis en 2023 à hauteur de 60 M€ environ, pour viser un chiffre d’affaires contributif d’environ 1.100 M€.

À l'horizon 2026, et sur cette base, Séché anticipe un chiffre d’affaires contributif de l’ordre de 1 200 M€, soit un taux de croissance organique moyen de l’ordre de +5 % sur la période.

Amélioration de la rentabilité opérationnelle brute et courante entre 2024 et 2026

Sur l’ensemble de ses périmètres, le Groupe poursuivra sa stratégie d’efficience industrielle, fondée sur des exigences rigoureuses en matière de sécurité, de conformité réglementaire et d’excellence opérationnelle.

Dans ce cadre, le Groupe déroule un plan de productivité qui lui permet d’anticiper :

L'amélioration du taux d’utilisation de ses outils industriels et logistiques.

La maîtrise des investissements industriels : ceux-ci devraient se stabiliser sur la période autour des niveaux atteints en 2023, soit entre 100 et 110 M€ par an.

En 2026, le taux d’investissement normalisé s’afficherait à environ 9 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 10 % auparavant), dont environ 3 % relatifs aux investissements de maintenance, environ 2 % aux investissements liés à la sécurité et à la réglementation (soit au total environ 5 % d'investissements de maintenance), et environ 4 % d’investissements de développement.

Séché mettra en œuvre d’autres leviers pour faire progresser sa rentabilité opérationnelle brute et courante, tels que l'optimisation de la rentabilité de ses nouveaux périmètres d’activité (en particulier dans les métiers du cycle de l’eau industrielle), la poursuite de son plan d'efficience industrielle ou la maîtrise de ses charges d’exploitation à travers un plan d’économies de l’ordre de 20 M€ sur la période (à périmètre constant).

Enfin, la part prépondérante des activités de Services dans le mix activités doit conduire sur la période à une progression plus rapide du ROC comparée à celle de l’EBE.

Au titre de 2024, Séché Environnement anticipe un EBE de l'ordre de 230 M€ et un ROC de l'ordre de 105 M€.

Le Groupe vise pour 2026 :

Un EBE compris entre 265 et 275 M€, soit un taux de rentabilité opérationnelle brute compris entre 22 % et 23 % du chiffre d’affaires contributif.

Un ROC compris entre 132 et 144 M€, soit un taux de rentabilité opérationnelle courante compris entre 11 % et 12 % du chiffre d’affaires contributif.

Maximisation de la génération de trésorerie libre

Séché s’attachera à maximiser sa génération de trésorerie libre14 par la maîtrise de ses investissements autour de leur niveau actuel, la neutralisation de sa variation de besoin en fonds de roulement en moyenne sur la période et une politique de dividendes adaptée.

Pour 2024, Séché Environnement anticipe ainsi un levier financier inférieur à 2,7 X l'EBE (hors acquisitions).

Sur la période 2024 à 2026, le Groupe entend générer un flux de trésorerie libre supérieur ou égal à 250 M€ sur la période 2024 et 2026 (hors acquisitions).

Les nouveaux engagements extra-financiers à horizon 2026

Fort de sa capacité à coupler croissance économique et réduction des impacts environnementaux de ses clients, Séché environnement s'est fixé de nouveaux objectifs extra-financiers à 2026 :

Poursuivre la décarbonation de ses activités : -13 % de gaz à effet de serre15 (en ligne avec la cible validée début 2023 par la SBTi).

Consolider sa capacité à décarboner ses clients en augmentant des activités de recyclage matière : +50 % de gaz à effet de serre évités.

Renforcer sa sobriété énergétique : -12 % de consommation d’énergie.

Augmenter sa résilience énergétique : 310 % d’autosuffisance énergétique.

Réduire la consommation en eau de ses activités : -13 % de consommation d’eau.

Préserver la biodiversité : 80 % d’avancement de son plan d’actions Act4Nature.

Ces différents objectifs permettront de réduire les impacts environnementaux de Séché Environnement, ainsi que ceux de ses clients, renforçant le positionnement du Groupe en tant qu’acteur clé de la transition écologique.

Transmission de la présentation des résultats 12 mars 2024 à 8h30 précises

Connexion sur la page d’accueil du site Internet de Séché Environnement

En français : https://www.groupe-seche.com/fr

En anglais : https://www.groupe-seche.com/en

Prochaine communication

Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2024 : 23 avril 2024 après bourse

Assemblée générale mixte des actionnaires 26 avril 2024

Séché Environnement est un acteur de référence de la gestion des déchets, y compris les plus complexes et dangereux, et des services à l’environnement, notamment en cas d’urgence environnementale. Grâce à son expertise en matière de création de boucles d’Economie circulaire, de décarbonation et de maîtrise de la dangerosité, le Groupe contribue depuis près de 40 ans à la transition écologique des industries et des territoires ainsi qu’à la protection du vivant. Groupe industriel familial français, Séché Environnement déploie les technologies de pointe développées par sa R&D au cœur des territoires, dans plus de 120 implantations dans 15 pays, dont une cinquantaine de sites industriels en France. Fort de plus de 5700 salariés dont plus de 2500 en France, Séché Environnement a réalisé en 2022 près de 900 M€ de chiffre d’affaires, dont 30% à l’international

Séché Environnement est coté sur l’Eurolist d’Euronext (compartiment B) depuis le 27 novembre 1997. Le titre appartient aux indices CAC Mid&Small et EnterNext Tech 40. Code ISIN : FR 0000039139 – Bloomberg : SCHP.FP – Reuters : CCHE.PA

Pour en savoir plus : www.groupe-seche.com

EXTRAITS DU RAPPORT DE GESTION 202316

Commentaires sur l’activité et les résultats consolidés au 31 décembre 2023

Commentaires sur l’évolution de l’activité en 2023

Chiffre d’affaires publié et chiffre d’affaires contributif - Effet de périmètre

Au 31 décembre 2023, Séché Environnement publie un chiffre d’affaires consolidé de 1 088,9 M€, vs. 972,7 M€ un an plus tôt.

Il intègre un chiffre d’affaires non contributif à hauteur de 75,4 M€ (vs. 77,4 M€ au 31 décembre 2022) qui se décompose de la manière suivante :

Au 31 décembre

2022

2023

Investissements « IFRIC 12 »17

21,7

15,6

TGAP18

55,7

59,8

CA non contributif

77,4

75,4

Données consolidées en M€.

Net du chiffre d’affaires non contributif, le chiffre d’affaires contributif s’établit à 1 013,5 M€ au 31 décembre 2023 extériorisant une hausse de +13,2 % par rapport au 31 décembre 2022 (895,3 M€).

Il intègre un effet de périmètre de 77,5 M€ qui se décompose comme suit :

All'Chem (France), intégrée au 1er juillet 2022 : 8,5 M€

Séché Assainissement 34 (France), intégrée au 1er juillet 2022 : 2,1 M€ ;

Séché Traitement Eaux Industrielles (France), intégrée au 1er décembre 2022 : 49,1 M€ ;

Séché Assainissement Rhône-Isère (France), intégrée au 1er juillet 2023 : 0,7 M€ ;

Furia (Italie), intégrée au 1er octobre 2023 : 15,8 M€ ;

Essac (Pérou), intégrée au 1er octobre 2023 : 1,3 M€.

Pour mémoire, Séché Environnement a acquis au 2nd semestre 2023, la société namibienne Rent-A-Drum19 qui sera intégrée au périmètre de consolidation à compter du 1er janvier 2024.

Au 31 décembre 2023

France

International

Total

Filière Déchets dangereux

57,6

17,1

74,7

Filière Déchets non dangereux

2,8

-

2,8

Total effet de périmètre

60,4

17,1

77,5

À périmètre constant, le chiffre d’affaires contributif s’établit à 936,0 M€ marquant une progression de +4,6 % par rapport au 31 décembre 2022.

Sur la période, l'effet de change est fortement négatif, à (16,3) M€ (vs. un effet de change positif de +4,5 M€ en 2022), essentiellement lié à la dégradation de la parité du Rand sud-africain (ZAR) vis-à-vis de l'Euro.

À périmètre et change constants, la progression du chiffre d'affaires contributif ressort à +6,4 % par rapport à 2022.

Analyse du chiffre d’affaires contributif par zone géographique

Au 31 décembre

2022

2023

Variation brute

En M€

En %

En M€

En %

En %

Filiales en France

629,3

70,3 %

748,6

73,9 %

+19,0 %

dont effet de périmètre

-

-

60,4

-

-

Filiales à l’international

266,0

29,7 %

264,9

26,1 %

-0,4 %

dont effet de périmètre

-

-

17,1

-

-

Total CA contributif

895,3

100,0 %

1013,5

100,0 %

+13,2 %

Données consolidées à change courant. À change constant, le chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2022 se serait établi à 879,0 M€, extériorisant un effet de change négatif de (16,3) M€.

L’exercice 2023 confirme un haut niveau d’activité en France alors que l’International affiche des situations plus différenciées selon les zones géographiques et enregistre de surcroît un effet de change fortement négatif principalement lié à la dégradation de la parité du Rand vis-à-vis de l'Euro :

En France, le chiffre d’affaires contributif s’affiche en croissance sensible (+19,0 %), à 748,6 M€ vs 629,3 M€ au 31 décembre 2022.

Cette forte progression intègre un effet de périmètre de 60,4 M€ (cf. supra).

À périmètre constant, le chiffre d'affaires contributif réalisé par les filiales françaises s'établit à 688,2 M€ marquant une hausse organique sensible de +9,4 % sur la période.

Séché Environnement a bénéficié de marchés industriels et collectivités soutenus par les activités de Services et d'Économie circulaire.

Cette dynamique commerciale a permis au Groupe de bénéficier d’effets volumes et d’effets prix favorables, notamment au sein de la filière DND où le haut niveau d'utilisation des autorisations favorise les hausses de prix.

Les activités de valorisation énergétique ont particulièrement bénéficié de l'indexation positive des prix de vente d'énergie, vapeur et électricité, qui a contribué à un chiffre d'affaires supplémentaire de l'ordre de +12 M€ en 2023 par rapport à 2022 à volumes constants (avant taxation20).

Le chiffre d’affaires réalisé en France représente 73,9 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 70,3 % un an plus tôt).

À l’International, le chiffre d’affaires contributif s’établit à 264,9 M€ vs. 266,0 M€ au 31 décembre 2022, soit une variation de -0,4 % en données publiées.

Le chiffre d’affaires International intègre un effet de périmètre de +17,1 M€ (cf. supra). Il enregistre également un effet de change fortement négatif de (16,3) M€.

À périmètre constant, l'évolution du chiffre d’affaires à l’international ressort à 247,8 M€, soit une évolution organique de -0,8 % sur la période, cette quasi-stabilité reflétant des situations différenciées selon les filiales et les zones géographiques :

La zone Europe – hors Solarca – (CA : 83,6 M€, en hausse de +2,7 %) enregistre la hausse des activités de Mecomer – activité de plate-forme de déchets dangereux en Italie qui bénéficie de la montée en puissance de ses nouvelles capacités- et la bonne orientation des activités de UTM en Allemagne, alors que Valls Quimica – régénération de solvants en Espagne – affiche un recul de son activité lié au recentrage de la filiale sur les marchés à plus forte valeur ajoutée de l'économie circulaire appliquée aux produits chimiques.

La zone Afrique du Sud (CA : 95,4 M€, en recul de -12,3 %) : Interwaste affiche une légère hausse de son activité (de +1,4 %), cette modeste progression étant liée aux reports de prises d'affaires au 3e trimestre de l'exercice et non totalement compensés sur la fin de l'exercice, alors que Spill Tech connaît une contraction de son activité de -26,0 % au regard d'un exercice 2022 particulièrement fort et caractérisé par des contrats d'ampleur exceptionnelle.

La zone Amérique Latine (CA : 42,5 M€, en progression de +47,0 %) fait preuve de vif rebond sur des marchés bien orientés en particulier dans les activités de Services au Pérou et alors même que la période se compare au haut niveau d'activité de 2022 en raison de contrats d'urgence environnementale d'ampleur exceptionnelle.

Solarca – Europe et Reste du Monde – (CA : 26,4 M€ – en recul de -14,3 %) a connu des décalages de chantiers en début d'année qu'une meilleure dynamique commerciale au 2nd semestre n'a pas permis de combler, alors que l'année se compare de surcroît à la base forte de l'exercice 2022 qui bénéficiait d'un carnet de commandes record après les années de pandémie.

Le chiffre d’affaires réalisé par les filiales implantées à l’international représente 26,1 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 29,7 % un an plus tôt).

Analyse du chiffre d’affaires contributif par activité

Au 31 décembre

2022

2023

Variation brute

En M€

En %

En M€

En %

En %

Services

405,9

45,3 %

464,8

45,9 %

+14,5 %

dont effet de périmètre

-

-

53,2

-

-

Economie circulaire et décarbonation

286,0

32,0 %

341,0

33,7 %

+19,2 %

dont effet de périmètre

-

-

24,3

-

-

Gestion de la dangerosité

203,4

22,7 %

207,7

20,5 %

+2,1 %

dont effet de périmètre

-

-

-

-

-

Total CA contributif

895,3

100,0 %

1013,5

100,0 %

+13,2 %

Données consolidées à change courant.

Les activités liées à l'Économie circulaire et à la Décarbonation ainsi que les activités de Services ont porté la croissance.

Les activités de Services affichent un chiffre d’affaires de 464,8 M€ au 31 décembre 2023 soit une hausse de +14,5 % en données publiées.

Cette progression intègre un effet de périmètre de +53,2 M€ lié à la contribution des activités acquises dans les marchés de l'assainissement et de gestion des effluents industriels ainsi qu'à l'intégration d'Essac (cf. supra).

À périmètre et à change constants, les activités de Services s’inscrivent en progression de +5,7 % sur un an, à 411,6 M€.

Elles enregistrent :

En France (CA : 259,1 M€ en hausse de +13,9 %), la dynamique des Services Grands Comptes, notamment les « offres globales » qui répondent aux besoins croissants des clientèles industrielles en matière d’externalisation de leurs problématiques de développement durable, et la bonne orientation des Services à l’environnement (dépollutions, interventions d’urgence).

À l’International (CA : 152,5 M€ en recul de -5,7 %) : le recul de Spill Tech en raison d'une base de comparaison particulièrement forte en 2022 et dans une moindre mesure, de Solarca qui bénéficiait l’an passé d’un carnet de commandes particulièrement fourni après les années de pandémie.

Les activités de Services représentent 45,9 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 45,3 % un an plus tôt).

Les activités liées à l’Économie circulaire et à la Décarbonation enregistrent un chiffre d’affaires de 341,0 M€ au 31 décembre 2023 soit une progression de +19,2 % en données publiées. Cette hausse intègre la contribution prorata temporis des nouveaux périmètres, à savoir All'Chem en France et Furia en Italie, à hauteur de +24,3 M€.

À périmètre constant, la croissance organique de l'activité ressort à +10,7 %, à 316,7 M€ :

En France (CA : 230,6 M€ en hausse de +11,1 %), la bonne orientation des activités de valorisation matières portées par la mise en œuvre des réglementations liées à l’économie circulaire ainsi que celle des activités de valorisation énergétique soutenues par la hausse des prix de l'énergie. À noter que le chiffre d'affaires des ventes d'énergie intègre, à hauteur de 9,4 M€ (vs. 5,8 M€ en 2022), le produit des ventes d'électricité réalisées à des prix supérieurs à 175 euros par MWh et qui ont fait l'objet d'une taxation21 comptabilisée pour le même montant dans le poste « Impôts et taxes ».

À l’International (CA : 86,1 M€ en augmentation organique de +10,0 %), la bonne orientation des activités de Mecomer en Italie et d'UTM en Allemagne.

Les activités liées à l’Économie circulaire et à la décarbonation représentent 33,7 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 32,0 % un an plus tôt).

Les activités liées à la Gestion de la dangerosité totalisent un chiffre d’affaires de 207,7 M€, en hausse de +2,1 % en données publiées comme à change constant :

En France, ces activités affichent une hausse de +2,3 % à 198,5 M€. Elles ont principalement bénéficié d’effets prix favorables sur des marchés caractérisés par le bon niveau d'utilisation des installations de traitement thermiques dans la filière Déchets dangereux, et la saturation des autorisations dans les métiers de gestion de déchets ultimes dans la filière Déchets non dangereux.

À l’International, à 9,2 M€, ces activités affichent un léger recul organique de -2,0 % à change courant et de -2,8 % à change constant en lien avec le moindre dynamisme des marchés de déchets ultimes dangereux en Amérique Latine soutenus en 2022 par des contrats d’ampleur exceptionnelle.

Les activités liées à la Gestion de la dangerosité représentent 20,5 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 22,7 % un an plus tôt).

Analyse du chiffre d’affaires contributif par filière

Au 31 décembre

2022

2023

Variation brute

En M€

En %

En M€

En %

En %

Filière Déchets dangereux

568,8

63,5 %

686,3

67,7 %

+20,7 %

dont effet de périmètre

-

-

74,7

-

-

Filière Déchets non dangereux

326,5

36,5 %

327,2

32,3 %

+0,2 %

dont effet de périmètre

-

-

2,8

-

Total chiffre d’affaires contributif

895,3

100,0 %

1013,5

100,0 %

+13,2 %

Données consolidées à change courant.

La filière Déchets Dangereux (DD) réalise un chiffre d’affaires de 686,3 M€, en forte progression de +20,7 % par rapport au 31 décembre 2022. La filière enregistre un effet de périmètre est de 74,7 M€ (cf. supra).

À périmètre constant, la croissance organique de la filière ressort à +8,9 %, soutenue par le dynamisme des marchés industriels en France :

En France, la filière a réalisé un chiffre d’affaires de 418,1 M€, en hausse de +11,5 % par rapport à l'exercice 2022. Sur la période, la filière a été portée par les activités d’Économie circulaire (valorisation matières et surtout, énergie) et par ses activités de Services (offres globales, urgence environnementale).

À l’International, le chiffre d’affaires de la filière s’établit à 193,5 M€ soit une hausse organique de +3,8 % par rapport à l'an passé. Cette évolution retrace la bonne orientation des marchés de valorisation en Europe obérée par le recul des activités de Services hors Europe (notamment Spill Tech et Solarca).

La filière Déchets Dangereux représente 67,7 % du chiffre d'affaires contributif en 2023 vs. 63,5 % un an plus tôt.

La filière Déchets non dangereux (DND) affiche un chiffre d’affaires contributif de 327,2 M€, stable par rapport à 2022 (+0,2 % en données publiées). Cette progression intègre un effet de périmètre de 2,8 M€ (cf. supra).

À périmètre constant, la croissance organique de la filière ressort à +2,2 % reflétant :

En France (CA à 270,0 M€ en hausse de +6,2 %), la sensible progression des activités liées à l'Économie circulaire (notamment la valorisation énergétique soutenue par la hausse des prix de l'énergie).

À l’International (CA à 54,4 M€ en retrait organique de -14,3 %), le recul ponctuel des activités DND en Afrique du Sud.

La filière Déchets Non Dangereux représente 32,3 % du chiffre d'affaires contributif en 2023, vs. 36,5 % un an plus tôt.

Commentaires sur l’évolution des résultats consolidés en 2023

Excédent brut d’exploitation

Au 31 décembre 2023, l’Excédent brut d’exploitation (EBE) atteint 217,7 M€, soit 21,5 % du chiffre d’affaires contributif, marquant une hausse de +8,0 % en données publiées sur un an (vs. 201,6 M€, soit 22,6 % du chiffre d’affaires contributif un an plus tôt).

L'effet de périmètre est négatif de (0,7) M€ et l'effet de change est négatif de (3,3) M€.

À périmètre constant, l’EBE affiche une progression organique de +10,1 % sur la période et ressort à 218,4 M€, soit 23,3 % du chiffre d’affaires contributif.

Le périmètre France est le principal contributeur de cette progression. En effet, la hausse de l’EBE (+16,8 M€) retrace essentiellement :

Des effets volumes et des effets mix négatifs pour (12,7) M€ : le périmètre France affiche des effets-volumes et mix positifs (+3,4 M€) tandis que les volumes à l'international sont impactés par les baisses d'activité dans les métiers de Services (cf. supra).

Des effets prix positifs pour +53,9 M€ essentiellement liés à la forte contribution du périmètre France (+57,2 M€), la dynamique favorable des prix étant soutenue par le niveau d'utilisation élevé des outils (cf. supra).

Partiellement compensés par les évolutions :

Des charges opérationnelles variables (+5,6 M€) : à noter la contribution positive de l'International (+8,0 M€), la baisse des charges variables accompagnant la baisse des volumes sur ce périmètre.

Des charges fixes (+18,8 M€), liées essentiellement aux hausses des coûts de maintenance et la progression des charges de personnel en France alors que les coûts fixes sont parfaitement maîtrisés à l'International.

Analyse de l’EBE par périmètre géographique

Au 31 décembre

2022

2023

En M€

Consolidé

France

International

Consolidé

France

International

CA contributif

895,3

629,3

266,0

1013,5

748,5

265,0

EBE

201,6

148,7

52,9

217,7

174,1

43,6

% CA contributif

22,6 %

23,6 %

19,9 %

21,5 %

23,3 %

16,5 %

Données consolidées à change courant.

Par périmètre géographique, les principales évolutions sont les suivantes :

Sur le périmètre France, l’EBE atteint 174,1 M€, en progression de +17,0 % à 23,3 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 148,7 M€ soit 23,6 % du chiffre d’affaires contributif).

Cette progression intègre un effet de périmètre de (2,6) M€ correspondant à la contribution prorata temporis des activités consolidées en 2022 et 2023 (All'Chem, STEI, Séché 34 et Séché ARI).

À périmètre constant, l'EBE France s'établit à 176,7 M€ en hausse organique de +18,8 % par rapport à 2022, qui le porte à 25,7 % du chiffre d'affaires contributif.

La progression de la rentabilité opérationnelle brute sur des niveaux historiquement élevés illustre la capacité du Groupe à intégrer rapidement de nouvelles activités et à élever leur rentabilité à ses meilleurs standards.

En particulier, elle résulte :

Des effets volumes et mix positifs, pour +3,4 M€, qui résultent essentiellement de la politique d’efficience industrielle sur la disponibilité des outils et l'efficacité des procédés (logistique en particulier) ;

Des effets prix positifs à hauteur de +57,2 M€, lié au taux d'utilisation élevé des outils industriels et à la dynamique des prix de vente de l'énergie au cours de l'exercice ;

De la hausse modérée des charges opérationnelles variables (+13,6 M€), essentiellement liée aux charges de sous-traitance alors que la période s'est caractérisée par la réduction de l'impact des achats d'énergie par rapport à l'an passé. À noter que la baisse des volumes dans les activités de gestion de déchets ultimes non dangereux s'est accompagnée d'une réduction significative des charges variables.

De la progression des charges fixes (+18,8 M€), reflétant la hausse des coûts de maintenance et la hausse des charges de personnels liée d'une part à l'augmentation des effectifs et d'autre part, à la volonté du Groupe d'accompagner ses collaborateurs dans le contexte inflationniste actuel.

De la neutralisation, par des produits de régularisation de taxes foncières, de l'impact du plafonnement des prix de ventes d'électricité pour (9,4) M€ vs. (5,8) M€ en 2022.

Sur le périmètre international, l’EBE s’affiche à 43,6 M€ soit 16,5 % du chiffre d’affaires contributif.

Il intègre un effet de périmètre de +1,8 M€ lié aux contributions de Furia et d'Essac sur les 3 derniers mois de l'exercice. L'effet de change est négatif de (3,3) M€.

À périmètre constant, l’EBE ressort à 41,7 M€ marquant un recul organique de (15,9) % à 16,8 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 52,9 M€, soit 19,9 % du chiffre d’affaires contributif en 2022). Cette évolution de (11,1) M€ reflète principalement :

Des effets-volumes et mix négatifs à hauteur de (16,1) M€ liés aux baisses d’activité dans les métiers de services (notamment Spill Tech et Solarca).

Des effets-prix stables hors effet de change.

Des charges opérationnelles variables en recul de (8,0) M€ en lien avec la baisse des volumes dans les activités de services.

Des charges fixes stables.

Résultat opérationnel courant

Au 31 décembre 2023, le Résultat opérationnel courant (ROC) s’établit à 101,2 M€ soit 10,0 % du chiffre d’affaires contributif marquant une hausse sensible de +10,8 % en données publiées par rapport à l’an passé (91,3 M€, soit 10,2 % du chiffre d’affaires contributif).

Il intègre la contribution négative des nouveaux périmètres pour (3,9) M€, ainsi qu'un effet de change négatif de (2,1) M€.

À périmètre constant, le ROC affiche une progression organique significative (+17,8 %) et atteint à 105,1 M€ soit 11,2 % du chiffre d’affaires contributif. Cette amélioration reflète, pour l'essentiel, la hausse organique de l’EBE (+20,2 M€) et de la progression modérée des amortissements en France et à l'International.

Analyse du ROC par périmètre géographique

Au 31 décembre

2022

2023

En M€

Consolidé

France

International

Consolidé

France

International

CA contributif

895,3

629,3

266,0

1013,5

748,5

265,0

ROC

91,3

61,7

29,6

101,2

80,8

20,4

% CA contributif

10,2 %

9,8 %

11,1 %

10,0 %

10,8 %

7,7 %

Données consolidées à change courant.

Par périmètre géographique, les principales évolutions sont les suivantes :

Sur le périmètre France, le ROC s’établit à 80,8 M€, soit 10,8 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 61,7 M€ à 9,8 % du chiffre d’affaires contributif un an plus tôt), marquant une vive progression de +31,0 % par rapport à 2022. Cette hausse intègre un effet de périmètre de (5,1) M€ relatif à la contribution prorata temporis des activités consolidées en 2022 et 2023 (All'Chem, STEI, Séché 34 et Séché ARI).

À périmètre constant, le ROC France atteint 85,9 M€ soit 12,5 % du chiffre d'affaires contributif. Cette excellente performance reflète la progression organique de l’EBE (+28,0 M€) minorée des dotations aux amortissements et provisions en augmentation modérée en raison de la maîtrise des investissements et de la qualité du portefeuille de créances Clients.

Sur le périmètre international, le ROC s’établit à 20,4 M€, soit 7,7 % du chiffre d’affaires contributif, soit un recul de (31,1) % sur la période (vs. 29,6 M€, soit 11,1 % du chiffre d’affaires en 2022).

Cette contraction intègre un effet de périmètre de +1,3 M€ lié à la contribution sur 3 mois des acquisitions réalisées fin 2023, ainsi qu'un effet de change négatif de (2,1) M€.

À périmètre constant, le ROC s’établit à 19,2 M€ soit 7,7 % du chiffre d‘affaires, marquant un recul organique de (30,2) % sur un an.

Cette moindre contribution retrace essentiellement le recul organique de l’EBE International pour (7,8) M€ et la hausse des amortissements relative entre autres, aux nouvelles capacités d'Interwaste (alvéoles de classe A, installation de traitement des effluents industriels…).

Résultat opérationnel

Le Résultat opérationnel (RO) atteint 91,4 M€, soit 9,0 % du chiffre d’affaires contributif, en hausse de +4,9 % à change courant par rapport à l’an passé (+12,2 % à périmètre et change constants).

Cette évolution retrace essentiellement la progression du ROC minorée, notamment, d'une provision sur immobilisations incorporelles de 7,1 M€ qui résulte principalement de la non-utilisation de développements exécutés dans le cadre de la mise en place de l'ERP français à la suite de tests réalisés par les sociétés pilotes au cours du 2nd semestre 2023.

Résultat financier

Au 31 décembre 2023, le Résultat financier s’établit à (22,2) M€ contre (18,5) M€ fin 2022, marquant une hausse de +20,0 % sur un an.

Cette évolution reflète principalement :

L'augmentation du coût de l’endettement brut, à (26,1) M€ vs. (17,8) M€ il y a un an, lié à la hausse du coût de la dette brute à 3,49 % (vs. 2,56 % en 2022) et à la progression de la dette brute moyenne sur la période.

L'amélioration du poste « Autres produits et charges financiers », à +0,9 M€ vs. (1,5) M€ en 2022, principalement en raison de la constatation d'un produit de désactualisation de la provision pour risque trentenaire, à hauteur de +2,3 M€ (vs. une charge de (0,5) M€ il y a un an).

Impôts sur les résultats

Au 31 décembre 2023, le poste « Impôts sur les résultats » s’établit à (17,8) M€ vs. (19,2) M€ en 2022 soit un taux d’imposition effectif de 25,8 % vs. 28,1 %.

L'impôt sur les résultats se répartit :

Sur le périmètre France, à hauteur de (14,8) M€-dont (7,9) M€ d'impôts différés- vs. (12,1) M€ -dont (5,6) M€ d'impôts différés il y a un an.

Sur le périmètre international, à hauteur de (3,1) M€ -dont +2,0 M€ d'impôts différés- vs. (7,1) M€ -dont +1,2 M€ d'impôts différés- il y a un an.

Quote-part dans les résultats des entreprises associées

La quote-part dans les résultats des entreprises associées concerne principalement la part du Groupe dans le résultat des sociétés Gerep, Sogad, La Barre-Thomas et Solena Valorisation. Elle s’établit à (1,3) M€ au 31 décembre 2023 soit un montant identique à celui de l'an passé.

Résultat net consolidé

Après comptabilisation de la quote-part dans les résultats des entreprises associées, soit (1,3) M€ au 31 décembre 2023, le Résultat net de l’ensemble consolidé s’établit à 50,0 M€ vs. 47,9 M€ en 2022.

Net de la part des participations ne donnant pas le contrôle, à hauteur de (2,2) M€, le Résultat net part du Groupe s’établit à 47,8 M€, soit 4,7 % du chiffre d’affaires contributif au 31 décembre 2023 (vs. 44,6 M€, soit 5,0 % du chiffre d'affaires contributif en 2022).

Le Résultat net par action s’établit à 6,13 euros vs. 5,72 euros au 31 décembre 2022.

Le dividende sera porté de 1,10 euro à 1,20 euro par action et détachera le 8 juillet 2024 et sera mis en paiement à compter du 10 juillet 202422. Le taux de distribution est comparable à celui de l'an passé, à 19,6 % du résultat par action 2023 vs. 19,2 %.

Commentaires sur les flux de trésorerie consolidés au 31 décembre 2023

Synthèse de l’état des flux de trésorerie consolidés

En M€

2022

2023

Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

148,1

187,3

Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement

(189,5)

(168,7)

Flux de trésorerie liés aux opérations de financement

(5,2)

18,8

Variation de trésorerie des activités poursuivies

(46,6)

37.3

Variation de trésorerie des activités abandonnées

-

-

Variation de trésorerie

(46,6)

37,3

Au cours de la période, la variation de trésorerie a évolué de +84,0 M€ générant un flux positif de +37,3 M€ sur la période.

Cette évolution favorable retrace essentiellement :

La hausse des flux générés par les activités opérationnelles : +39,2 M€.

La réduction des flux liés aux opérations d’investissement : +20,8 M€.

La contribution des flux liés aux opérations de financement : +24,0 M€.

Flux des activités opérationnelles

Au cours de l’exercice 2023, le Groupe génère 187,3 M€ de flux de trésorerie issus des activités opérationnelles (vs. 148,1 M€ un an plus tôt), soit une hausse de +39,2 M€.

Cette évolution traduit l’effet conjugué des variations :

De la marge brute d’autofinancement avant impôts et frais financiers en progression de +17,6 M€, à 206,5 M€ (vs. 188,9 M€ en 2022) reflétant la progression de l'EBE.

Du besoin en fonds de roulement en réduction sensible à (6,3) M€ vs. (25,1) M€ en 2022. Le retour de la variation du BFR à un niveau en lien avec la croissance de l'activité démontre le succès du travail du Groupe sur les comptes Clients en dépit des conséquences de la cyberattaque du printemps 2023 sur la facturation et le recouvrement.

Des impôts décaissés en baisse de (2,9) M€ à (12,9) M€ vs. (15,8) M€ en 2022.

Flux des opérations d’investissement

En M€

2022

2023

Investissements industriels nets (hors « IFRIC 12 »)

105,0

97,2

Investissements financiers nets

0,2

0,0

Investissements comptabilisés nets

105,2

97,2

Investissements industriels nets

95,7

88,7

Investissements financiers nets

(0,1)

0,1

Acquisition de filiales – trésorerie nette

80,7

62,3

Investissements décaissés nets

176,3

151,1

En 2023, les investissements industriels comptabilisés nets s’établissent en net recul, à 97,2 M€ soit 9,6 % du chiffre d'affaires contributif (vs. 105,0 M€ en 2022 soit 11,4 % du chiffre d'affaires contributif). Ils se composent des :

Investissements récurrents (ou de maintenance) pour 68,2 M€, soit 6,7 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 57,4 M€ en 2022, soit 6,4 % du chiffre d’affaires contributif), cette hausse s'expliquant essentiellement par le poids des GER (charges périodiques de Grand Entretien - Réparations) sur cet exercice.

Investissements non récurrents (ou de développement) pour 29,0 M€, soit 2,9 % du chiffre d’affaires contributif (vs. 47,6 M€ en 2022, soit 5,3 % du chiffre d’affaires contributif). Ils concernent essentiellement des investissements de croissance dans les Services et dans les métiers de l'Économie circulaire.

Par nature, les investissements industriels comptabilisés se répartissent de la manière suivante :

16,3 M€ de dépenses de seconde catégorie « GER » (vs. 9,8 M€ en 2022).

35,8 M€ au titre des métiers de Gestion de la Dangerosité (vs. 49,7 M€ en 2022).

19,2 M€ au titre des métiers d'Économie circulaire (vs. 14,1 M€ en 2022).

20,0 M€ au titre des métiers de Services (vs. 23,3 M€ en 2022).

5,9 M€ d'investissements divers (vs. 8,1 M€ en 2022).

Les investissements réalisés en anticipation des évolutions réglementaires ainsi que ceux liés à la santé, la sécurité, l'environnement... ont représenté 20,9 M€ (soit 21,5 % des investissements comptabilisés nets) vs. 16,0 M€ en 2022 (soit 15,2 % des investissements comptabilisés nets).

Par filière, les investissements industriels comptabilisés (hors investissements « IFRIC 12 ») se répartissent ainsi :

Au 31 décembre

2022

2023

M€

%

M€

%

Filière déchets dangereux

69,7

66,4 %

65,3

67,2 %

Filière déchets non dangereux

35,3

33,6 %

31,9

32,8 %

Total

105,0

100,0 %

97,2

100,0 %

Par zones géographiques, la répartition des investissements industriels comptabilisés (hors investissements « IFRIC 12 ») démontre la prépondérance des investissements réalisés en France et à l'International, ceux réalisés par les principales filiales en Italie, en Afrique du Sud et en Espagne.

2022

2023

M€

%

M€

%

France

78,7

75,0 %

79,3

81,6 %

Allemagne

0,1

0,1 %

0,1

0,1 %

Espagne23

5,5

5,2 %

4,5

4,6 %

Italie

9,9

9,3 %

(0,8)

(0,8) %

Chili

0,9

0,9 %

1,6

1,7 %

Mexique

ns

ns

0,3

0,3 %

Pérou

0,9

0,9 %

2,4

2,5 %

Afrique du Sud

9,0

8,6 %

9,7

10,0 %

Total international

26,3

25,0 %

17,9

18,4 %

Total (hors IFRIC 12)

105,0

100,0 %

97,2

100,0 %

Flux des opérations de financement

Le solde des flux de financement s’établit à +18,8 millions d’euros au titre de l’exercice 2023, marquant une évolution de +24,0 millions d'euros sur un an qui reflète principalement :

Les flux de nouveaux emprunts : +163,5 millions d’euros vs. +104,8 millions d’euros l’an passé. Ces flux intègrent notamment le prêt participatif « Relance » octroyé en juillet 2023 pour un montant de 57,8 millions d'euros et pour une durée de 8 ans.

Les flux de remboursement d’emprunts : (85,2) millions d’euros vs. (60,7) millions d’euros en 2022.

Les charges d’intérêt décaissées : (19,6) millions d’euros vs. (14,6) millions d’euros en 2022.

Les flux de dividendes versés aux actionnaires de la Société et aux participations ne donnant pas le contrôle : (9,9) millions d’euros vs. (8,8) millions d’euros en 2022.

Les flux de trésorerie sans prise de contrôle : (0,6) million d’euros vs. (3,0) millions d’euros en 2022.

La variation des actions propres pour (0,1) million d’euros vs. 0,1 million d'euros en 2022.

Le remboursement des dettes locatives à hauteur de (29,3) millions d’euros -dont intérêts sur locations pour (3,6) millions d’euros vs. (23,5) millions d’euros dont intérêts sur locations pour (2,4) millions d’euros en 2022.

Commentaires sur la situation financière consolidée au 31 décembre 2023

Extrait du bilan consolidé

En M€

2022

2023

Réel

Réel

Actifs non courants

963,3

1032,3

Actifs courants (hors trésorerie et équivalents de trésorerie)

315,0

391,2

Trésorerie et équivalents de trésorerie

126,2

162,2

Actifs destinés à la vente

-

-

Fonds propres (y.c. intérêts minoritaires)

317,4

346,3

Passifs non courants

660,8

731,0

Passifs courants

426,4

508,4

Passifs destinés à la vente

-

-

Actifs non courants

La progression des actifs non courants (+69,0 M€ par rapport au 31 décembre 2022) reflète principalement la variation des postes :

« Immobilisations corporelles et incorporelles » : en hausse de + 65,4 M€ à 945,7 M€, en lien avec :

La hausse des actifs incorporels à hauteur de 39,2 M€, principalement liée à l’accroissement du poste « goodwill » en raison des acquisitions de Furia et d'Essac ;

La hausse des immobilisations corporelles (+37,6 M€), qui inclue une variation de périmètre de +11,9 M€ liée à la reconnaissance provisoire des actifs à leur juste valeur de Furia et Essac.

« Autres actifs financiers non courants » : +16,8 M€, ce poste comptabilise entre autres, la hausse des créances opérationnelles concessives (+12,2 M€) en lien avec les travaux réalisés dans le cadre de la modernisation de l’unité de valorisation énergétique Mo'UVE à Montauban.

« Autres actifs non courants » : en baisse de (4,6) M€. Ce poste est principalement constitué de la créance due par l'EMS Strasbourg à Sénerval.

« Impôts différés actifs » : en diminution de (4,9) M€.

Actifs courants (hors trésorerie et équivalents)

Les actifs courants hors trésorerie s’établissent à 301,2 M€, en hausse de +76,2 M€ par rapport au 31 décembre 2022.

Cette évolution retrace principalement les évolutions des postes :

« Clients » pour +62,3 M€ (dont +27,8 M€ liés aux entrées de périmètre).

« Créances sur l'État » : +7,0 M€ principalement au titre de la TVA.

« Comptes courants débiteurs » : +3,8 M€ représentant les avances faites aux entreprises associées.

Capitaux propres

La variation des capitaux propres (part du Groupe) en 2023 se décompose comme suit24 :

(En M€)

Groupe

Part des participations ne donnant pas le contrôle

Total des capitaux propres

Fonds propres au 1er janvier 2023

310,1

7,3

317,4

Autres éléments du résultat global

(11,0)

0,1

(10,9)

Résultat – part du Groupe

47,8

2,2

50,0

Augmentation de capital

-

0,4

0,4

Dividendes versés

(8,6)

(1,8)

(10,4)

Actions propres

(0,1)

-

(0,1)

Regroupement d’entreprises

-

ns

-

Transactions entre actionnaires

-

-

-

Autres variations

0,2

(0,2)

ns

Fonds propres au 31 décembre 2023

338,3

8,0

346,3

Passifs courants et non courants

(En M€)

2022

2023

Non courant

Courant

Total

Non courant

Courant

Total

Instruments de couverture

10,3

-

10,3

5,9

-

5,9

Provisions

53,1

2,7

55,8

59,4

4,5

63,9

Autres passifs

4,8

311,2

316,0

7,1

364,8

371,9

Impôt exigible

-

1,1

1,1

-

1,1

1,1

Total (hors dettes financières)

68,2

315,0

383,2

72,4

370,4

442,8

Dettes financières

592,6

111,5

704,1

660,6

138,0

798,6

Total

660,8

426,5

1087,3

733,0

508,4

1241,4

Les passifs courants et non courants, hors dettes financières, s’établissent à 442,8 M€ et affichent une variation de +59,6 M€ reflétant principalement :

Pour +2,5 M€, la variation des « dettes sur acquisitions d’immobilisations », correspondant :

A hauteur de (4,1) M€, au complément de prix d'acquisition de la société chilienne Ciclo.

A hauteur de 0,7 M€, au solde de complément de prix de la société péruvienne Essac.

A hauteur de 0,8 M€, au solde de l’acquisition de l'activité « Eaux Industrielles ».

Pour (31,9 M€), à la hausse des dettes sur acquisitions d’immobilisations liées à des projets d'investissements en France.

Pour +7,5 M€, la hausse des « dettes sociales » en raison de la reprise des passifs sociaux des sociétés acquises.

Pour +13,4 M€, la hausse des dettes envers l'État (hors IS), dont 7,0 M€ au titre de la TVA et dont 3,6 millions d’euros environ, au titre de la contribution plafonnant les revenus infra-marginaux des producteurs d'électricité instaurée par la Loi de finances pour 2023.

Pour le solde, les variations des autres passifs et plus particulièrement des postes de passifs courants tels que « Dettes Fournisseurs » (+30,1 M€).

Endettement et structure de financement

Le tableau ci-dessous présente l’évolution de l’endettement net en 2023 :

En M€

2022

2023

Dettes auprès des établissements de crédit

186,5

211,2

Dettes sans recours auprès des établissements de crédit

24,3

21,5

Dettes obligataires

415,8

421,1

Dettes locatives

65,4

70,7

Instruments dérivés

9,6

5,5

Autres dettes financières (y compris ICNE)

2,3

61,8

Dettes d'affacturage

7,0

9,2

Concours bancaires courants

2,7

3,1

Total dettes financières (courantes et non courantes)

713,6

804,1

Trésorerie active

(126,2)

(162,2)

Endettement financier net

587,4

641,9

Dont à moins d’un an (1)

(14,8)

(24,2)

Dont à plus d’un an

602,2

666,1

(1) La trésorerie active est considérée à moins d’un an

L’endettement financier brut s’établit à 804,1 M€ au 31 décembre 2023, contre 713,6 M€ un an plus tôt.

Cette progression de +90,5 M€ reflète essentiellement :

L'effet de périmètre lié à l'intégration des sociétés acquises en 2023 : +8,6 M€ dont +3,8 M€ au titre des dettes locatives.

Et à périmètre constant, principalement les variations :

De la dette auprès des établissements de crédit (y compris dettes sans recours) : +18,1 M€, dont (2,8) M€ au titre de la dette sans recours qui finance les investissements IFRIC 12 dans Mo'Uve.

De la dette obligataire : +5,4 M€, liés principalement à l'évolution de la juste valeur des instruments dérivés.

De la juste valeur des instruments dérivés : (4,1) M€.

Des dettes locatives : +1,5 M€.

Des dettes financières diverses (y compris ICNE) : +59,5 M€ principalement liés à l'obtention, en juillet 2023, d'un prêt participatif « Relance » d'un montant de 57,8 M€.

De la dette d'affacturage : +2,2 M€.

Au 31 décembre 2023, la part de la dette financière brute y compris les dettes locatives et après prise en compte des instruments de couverture à taux fixe ressort à 74 % (vs. 73 % en 2022). Rapporté à la dette financière nette, le taux de couverture atteint 93 % (vs. 89 % en 2022).

Par maturité, l'échéancier contractuel résiduel de l'endettement brut -hors dettes locatives et instruments de couverture- s'analyse de la manière suivante :

En M€

Valeur au bilan

2024

2025

2026

2027

2028

>2028

Endettement financier brut

727,8

128,2

46,8

96,7

49,1

320,3

94,6

Au 31 décembre 2023, la trésorerie active s’établit à 162,2 M€, vs. 126,2 M€ un an plus tôt, marquant une sensible progression de +36,0 M€.

À la même date, l’endettement financier net du Groupe ressort à 641,9 M€ (vs. 587,4 millions un an plus tôt) marquant une progression de +54,5 M€, dont :

(43,2) M€ résultant du désendettement du Groupe à périmètre constant -et avant effets non cash-.

+35,5 M€ liés à des effets non cash (principalement liés aux nouveaux contrats de location).

+62,3 M€ liés aux opérations de croissance externes.

En M€

31/12/22

31/12/23

Endettement financier net d’ouverture

474,9

587,4

Flux des activités opérationnelles

(148,1)

(187,3)

Investissements industriels décaissés nets

95,7

88,7

Investissements financiers décaissés nets

(0,1)

0,1

Dividendes

8,8

9,9

Intérêts décaissés nets (dont intérêts sur dettes locatives)

17,0

23,2

Variation des autres prêts et créances financiers

16,1

22,2

Augmentation ou diminution de capital

0,6

-

Variation de l'endettement net à périmètre constant (avant effets non cash)

464,9

544,1

Effet de périmètre

80,7

62,3

Variation non cash de la dette

41,8

35,5

Endettement financier net de clôture

587,4

641,9

Le levier financier s'établit à 2,9 fois l'excédent brut d'exploitation (EBE) vs. 2,8 fois l'EBE un an plus tôt, cette évolution retraçant le financement des croissances externes réalisées en fin d'exercice. Il se serait établi à 2,7 fois l'EBE hors ces acquisitions.

Définitions

Chiffre d'affaires contributif : chiffre d'affaires consolidé publié net 1/ du chiffre d'affaires IFRIC 12 représentatif des investissements réalisés sur les actifs concédés et comptabilisés en chiffre d'affaires conformément à l'interprétation IFRIC 12 ; 2/ de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités Polluantes) acquittée par le producteur de déchets et collectée pour compte de l'État par les opérateurs de traitement.

Cashflow opérationnel récurrent : excédent brut d'exploitation augmenté des dividendes reçus des participations et du solde des autres produits et charges opérationnels cash (y compris résultat de change) et diminué des charges cash de réhabilitation et d'entretien des sites de traitement et des actifs concédés (y compris charges de Grand Entretien et Réparation – GER).

Cashflow opérationnel disponible : cashflow opérationnel récurrent diminué de la variation de besoin en fonds de roulement, des impôts décaissés, des intérêts bancaires décaissés nets (dont intérêts liés aux locations financières) et des investissements industriels récurrents (maintenance), et avant investissements de développement, investissements financiers, dividende et financements.

______________________________________

1 Cf. Communiqué du 7 mars 2022
2 Périmètre au 31 décembre 2022
3 A périmètre et change constants
4 Sous réserve de l’approbation de l’Assemblée générale des actionnaires du 26 avril 2024
5 Cf. Communiqué du 12 décembre 2023
6 Cf. Communiqué du 7 mars 2022
7 Cf. Communiqué du 12 décembre 2023
8 Cf. Communiqué du 11 septembre 2023
9 Cf. Communiqué du 11 septembre 2023
10 Cf. Communiqué du 24 octobre 2023
11 Les performances extra-financières de Séché Environnement sont présentées de manière exhaustive au sein de la Déclaration de Performance Extra-financière publiée dans le Document d’Enregistrement Universel 2023 disponible sur le site internet de la Société.
12 Source : AEMF octobre 2023
13 Cf. Communiqué de presse du 11 décembre 2023
14 Trésorerie libre : EBE – Charges de réhabilitation & GER - Capex industriels – Variation de BFR – Intérêts décaissés – Impôts décaissés - Dividendes
15 Scope 1 et 2
16 Le rapport de gestion est publié intégralement au sein du Document d’enregistrement Universel 2023 disponible sur le site internet de Séché Environnement.
17 Cf. Définitions page 31. En 2023, ils représentaient essentiellement les investissements réalisés sur l'incinérateur Mo'UVE de Montauban.
18 Cf. Définitions page 31.
1
9 Cf. Communiqué de presse du 11 septembre 2023
20 Taxation liée au plafonnement des profits infra-marginaux des producteurs d’électricité institué par la Loi de finances pour 2023.
21 Plafonnement des profits infra-marginaux des producteurs d'électricité institué par la Loi de finances pour 2023.
2
2 Sous réserve de l'approbation de l'Assemblée générale des Actionnaires du 26 avril 2024
23 Les investissements réalisés par Solarca sont intégrés à 100 % au périmètre « Espagne ».
24 Cf. Note 3.2.4.13 du présent document

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20240311250379/fr/

Contacts

SÉCHÉ ENVIRONNEMENT
Relations Analystes / Investisseurs
Manuel ANDERSEN
Directeur des Relations investisseurs
m.andersen@groupe-seche.com
+33 (0)1 53 21 53 60

Relations Media
Constance Descotes
Directrice de la Communication
c.descotes@groupe-seche.com
+33 (0)1 53 21 53 53