La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    34 995,61
    +1 932,23 (+5,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Une séance sans grand changement se profile en Europe

·3 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES ATTENDUES EN LÉGER REPLI À L'OUVERTURE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en léger repli mardi alors que la séance du jour s'annonce assez calme en attendant la publication d'indicateurs et la réouverture de Wall Street après un week-end prolongé.

D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,21% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,12%, le FTSE à Londres de 0,34% et l'EuroStoxx de la zone euro de 0,23%.

Les indices européens ont clôturé dans le vert lundi, soutenus notamment par la publication de statistiques confirmant la bonne marche de l'économie.

Les investisseurs suivront la publication dans la matinée de l'indice ZEW du sentiment des investisseurs allemands et des chiffres de ventes au détail en zone euro avant de prendre connaissance dans l'après-midi de l'ISM des services aux Etats-Unis.

Des rendez-vous plus importants marqueront le reste de la semaine à commencer par la parution mercredi du procès-verbal de la réunion de la Réserve fédérale américaine de juin à l'issue de laquelle la banque centrale avait surpris le marché avec un ton moins accommodant qu'anticipé.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains suggèrent pour l'instant une ouverture en ordre dispersé mais sur de faibles écarts après le week-end prolongé de l'Independence Day, la fête nationale aux Etats-Unis.

Les marchés américains sont donc restés fermés lundi après une séance de vendredi marquée par des records en clôture pour les trois principaux indices boursiers grâce aux chiffres mensuels sur l'emploi.

Le Dow Jones a gagné 0,44% à 34.786,35 points, le S&P-500 a pris 0,75% à 4.352,34 points et le Nasdaq Composite 0,81% à 14.639,33 points.

EN ASIE

A Tokyo, l'indice Nikkei a clôturé en hausse de 0,16% grâce aux rebonds des poids lourds de la cote Softbank et Daikin. Le marché reste néanmoins sur ses gardes à cause des incertitudes sanitaires à l'approche de l'ouverture des Jeux olympiques.

En Chine, les indices sont en repli, en raison des inquiétudes dans le secteur de la technologie, surveillé de près par les autorités chinoises.

Le CSI 300 et l'indice composite de Shanghai abandonnent plus de 0,5%.

TAUX

Après cinq séances de baisse, le rendement des obligations du Trésor américain à dix ans reprend tout juste un point de base à 1,4407%.

Celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, est stable à -0,205%.

CHANGES

Le dollar recule légèrement face à un panier de devises de référence tandis que l'euro remonte, autour de 1,189 dollars.

La livre sterling continue de profiter de la présentation lundi par le Premier ministre britannique Boris Johnson des modalités de la levée le 19 juillet en Angleterre des restrictions sanitaires liées au COVID-19.

La devise britannique gagne 0,3% face au dollar et 0,24% face à l'euro.

Le dollar australien grimpe de 0,8%, au plus haut en une semaine, après que la banque centrale du pays a annoncé réduire le montant de ses rachats d'actifs à 4 milliards de dollars australiens par semaine contre 5 milliards actuellement.

PÉTROLE

Les cours du pétrole évoluent au plus haut depuis novembre 2018, toujours soutenus par l'annulation lundi de la réunion de l'Opep+, faute de consensus entre ses membres sur la remontée progressive de la production mondiale.

Le Brent gagne 0,39% à 77,46 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2,04% à 76,69 dollars.

(Édité par Jean-Stéphane Brosse)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles