La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 630,62
    +146,90 (+0,43 %)
     
  • Nasdaq

    15 584,45
    +46,76 (+0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 935,62
    +113,86 (+0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,1328
    -0,0012 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    23 658,92
    +183,66 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    51 094,97
    +43,61 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 477,49
    +8,41 (+0,57 %)
     
  • S&P 500

    4 600,56
    +33,56 (+0,73 %)
     

Russie. Quand Vladimir Poutine dialogue avec le Prix Nobel de la paix

·1 min de lecture

Le chef du Kremlin a été interpellé par Dmitri Mouratov, rédacteur en chef du magazine Novaïa Gazeta et lauréat 2021 du prix Nobel de la paix, au sujet de la loi russe sur les “agents de l’étranger” qui stigmatise de plus en plus de journalistes en Russie. Le quotidien Kommersant revient en une sur cet échange.

Les rencontres annuelles de l’influent club Valdaï, ce forum de discussion international consacré à la place de la Russie dans le monde, ont accueilli cette année encore, le 21 octobre, à Sotchi, le président russe. Pour le quotidien russe Kommersant, qui titre en une : “Comment les membres du club Valdaï ont bataillé avec Vladimir Poutine”, le point d’orgue de la journée a été l’échange entre le chef du Kremlin et le lauréat 2021 du prix Nobel de la paix, le rédacteur en chef du magazine d’opposition Novaïa Gazeta, Dmitri Mouratov.

À lire aussi: Vu de Russie. Qui est Dmitri Mouratov, Prix Nobel de la paix avec Maria Ressa ?

Au cours de son intervention, qui avait l’ambition de brasser des thématiques très larges – “le destin de l’humanité, les participants n’en attendaient pas moins de sa part”, commente le titre avec ironie – Vladimir Poutine a annoncé la “fin, ou plutôt le krach” de l’idée de mondialisation.

“Tous les États affirment leur attachement aux idéaux de coopération, du travail en commun pour résoudre les problèmes globaux, mais ce ne sont que des mots. Dans les faits, c’est tout l’inverse qui se produit, et la pandémie, je le répète, n’a fait que renforcer les tendances négatives qui avaient émergé bien avant et ne font que s’approfondir. La mentalité qui veut que ‘mon bien-être privé passe avant celui des autres’ est devenue la norme, on n’essaie même plus de se cacher, on s’en rengorge au contraire.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles