Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 612,64
    -23,36 (-0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 391,30
    +60,41 (+4,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

La Russie veut produire en masse des tanks de l'ère soviétique

Vitaly V. Kuzmin

La technologie soviétique a encore son mot à dire au XXIe siècle. Alexandre Potapov, le dirigeant d’Uralvagonzavod - le plus grand constructeur de tanks au monde -, a confié à l’agence de presse RIA Novosti que le gouvernement russe lui a demandé de produire massivement des chars d’assaut T-80. Une décision qui peut paraître étrange aux premiers abords. Ce blindé, très sophistiqué pour son époque, a tout de même intégré l’armée rouge en 1976. C’est donc un type de véhicules vieux de presque 50 ans.

De plus, le T-80 n’est plus le char d’assaut principalement produit par Moscou, il s’agit du T-90M : un modèle qui a déjà prouvé sa robustesse et sa modernité. De ce fait, les sites de construction d’Uralvagonzavod ne sont plus adaptés à la fabrication en masse de tels véhicules. Située au cœur de la Russie, l'usine d'Omsk est la dernière infrastructure à encore produire le T-80. En outre, la fabrication de nouveaux chars T-80 a été réduite, l'usine se concentrant principalement sur la modernisation des machines préexistantes. En effet, l’entreprise n'a pas fabriqué de nouvelle coque de T-80 depuis 1991.

Si l'usine d'Omsk dispose encore d'un outillage vieux de 32 ans, elle n'a probablement pas de fournisseurs pour les dizaines de milliers de pièces nécessaires à l'assemblage d'un nouveau T-80. Alexandre Potapov a indiqué que des négociations seraient menées avec le ministère de l'Industrie et du Commerce russe pour acquérir le matériel nécessaire à la reprise de la fabrication de ces (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite