La bourse ferme dans 5 h 1 min
  • CAC 40

    5 678,65
    -86,36 (-1,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 287,49
    -47,81 (-1,43 %)
     
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • EUR/USD

    0,9694
    -0,0045 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 656,80
    -13,20 (-0,79 %)
     
  • BTC-EUR

    20 061,38
    +383,89 (+1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,22
    +15,44 (+3,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,68
    +0,53 (+0,65 %)
     
  • DAX

    12 016,13
    -167,15 (-1,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 917,34
    -88,05 (-1,26 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,05
    +248,07 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    17 165,87
    -85,01 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,0853
    -0,0033 (-0,30 %)
     

Russie, Ukraine, difficultés d'Auchan: les Mulliez apprennent la gestion de crise

NATALIA KOLESNIKOVA / AFP

ENQUETE - Guerre en Ukraine, errements stratégiques, cessions d’enseignes… Rarement les membres de la famille fondatrice d’Auchan ont dû prendre autant de décisions difficiles. Comment les Mulliez s'adaptent à cette nouvelle donne? Et comment tentent-ils de revoir leur modèle sans mettre la cohésion en péril?

Alors que les bombes pleuvent sur Marioupol, que des millions de réfugiés fuient , à Kiev, la directrice de la filiale locale d’Auchan, Viktoria Lucenko, se connecte à une réunion en visio, en plein mois de mars. L’objectif: établir la valeur de l’action Auchan, Valauchan, qui détermine la participation des salariés actionnaires. Les treize dirigeants de pays du distributeur sont là. Parmi eux, Ivan Martinovitch, celui de la Russie. Viktoria Lucenko et lui ne s’adressent plus la parole depuis le début du conflit. Soudain le Russe souffle à son homologue: "J’aimerais te dire que nous ne sommes pas en guerre contre toi." Après un silence, l’Ukrainienne répond: "Merci, je le sais, je le sens." La guerre? Elle a écartelé l’oiseau rouge d’Auchan. Le voici désormais tiraillé, une patte en Ukraine, l’autre en Russie. Et pourtant, malgré la pression publique, le 27 mars, le président du distributeur, Yves Claude, : "Partir de Russie serait inimaginable du point de vue humain." Trois jours plus tôt, Philippe Zimmermann, le directeur général d’Adeo, la maison mère de Leroy Merlin, . Leur point commun? Leur actionnaire: la famille Mulliez.

Une famille conspuée par le grand public

Salariés insultés en caisse, manifestations devant les points de vente, interpellation par Volodymyr Zelensky, appel au boycott sur les réseaux sociaux à grand renfort de logos ensanglantés et de comparaison avec les nazis… Jamais , n’avait été autant conspuée par le grand public. Jamais celle qui chérit tant la discrétion ne s’était pris une tornade médiatique aussi violente. Les consommateurs n’ont pas compris son obstination à rester en Russie. Quand on tape "Auchan Russie" dans Google, deux questions surgissent: "Pourquoi Auchan reste en Russie? Pourquoi Auchan ne quitte pas la Russie?" Les Français y ont vu un calcul purement financier. Bien sûr, le choix des descendants de Louis Mulliez et de Marguerite Lestienne a été en partie motivé par la préservation d’un patrimoine colossal. Leur fortune, [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi