La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 216,92
    -43,89 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    10 846,97
    +44,05 (+0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    26 571,87
    +140,32 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    0,9599
    -0,0013 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 896,81
    -210,62 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,98
    -21,16 (-4,61 %)
     
  • S&P 500

    3 656,50
    +1,46 (+0,04 %)
     

La Russie renouera plus vite que prévu avec la croissance, selon le ministre russe de l'Economie

EVGENIA NOVOZHENINA

L'économie russe devrait se contracter moins fortement que prévu en 2022 et renouer avec des périodes de croissance trimestrielle en 2023, a déclaré ce mardi 6 septembre le ministre de l'Economie Maxim Rechetnikov.

L'économie russe devrait se contracter moins fortement que prévu en 2022 et en 2023, a déclaré ce mardi 6 septembre le ministre de l'Economie , cité par les agences de presse.

Le ministère de l'Economie russe prévoit désormais une baisse de 2,9% du produit intérieur brut cette année, contre -4,2% annoncé le mois dernier, et de 0,9% en 2023 (contre -2,7%).

La Russie continue à surmonter mieux que prévu les retombées des en février, a expliqué Maxim Rechetnikov.

Le pays devrait afficher une croissance de 2,6% en 2024, en baisse par rapport à l'estimation de 3,7% annoncée en août, mais la Russie devrait afficher une progression du PIB supérieure à 3% par an après 2024, a déclaré le ministère.

La banque centrale et Rosstat, l’équivalent russe de l’Insee, ne publient plus de données économiques. Mais le Fonds monétaire international a fait en juillet une mise à jour moins pessimiste (-6%) qu’en avril (-8,5%) de sa prévision d’évolution du PIB russe en 2022.

Le , qui permet de suivre quasiment en temps réel la variation de l’activité d’un pays à partir de données accessibles, a remonté la pente de façon spectaculaire. Et, pour JP Morgan, la production industrielle ne s’est contractée que de 1,8% en un an. L’inflation serait contenue à 10% (contre 8,5% aux Etats-Unis) et le taux de chômage à 3,9% (contre 3,5%). , shootée par la hausse du prix des hydrocarbures, s’est montrée résiliente. Ce graphique réalisé par The Economist est, à ce titre, éclairant.

La Russie a engrangé d'énormes revenus grâce aux cours élevés des énergies fossiles

Par ailleurs, un rapport du Centre for research on energy and clean Air (CREA), basé en Finlande, montre que la Russie a engrangé 158 milliards d'euros de revenus tirés des exportations d'énergies fossiles en six mois de guerre, profitant de cours élevés. Le rapport publié ce mardi 6 septembre appelle à des sanctions plus efficaces.

"La flambée des cours des énergies fossiles signifie que les revenus actuels de la Russie sont bien au-[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi