La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 596,21
    -214,91 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

La Russie ne livrera plus ni pétrole ni gaz si les prix sont plafonnés, prévient Poutine

La Russie ne livrera plus de pétrole ou de gaz aux pays qui plafonneraient les prix des hydrocarbures vendus par Moscou, a prévenu mercredi le président Vladimir Poutine, au moment où les Occidentaux travaillent à une telle mesure.

Plafonner les prix "serait une décision absolument stupide", a lancé M. Poutine lors d'un forum économique à Vladivostok (Extrême-Orient russe).

"Nous ne livrerons rien du tout si c'est contraire à nos intérêts, en l'occurrence économiques. Ni gaz, ni pétrole, ni charbon (...). Rien", a-t-il ajouté.

"Nous ne fournirons rien en dehors du cadre des contrats" signés avec les pays importateurs, a encore affirmé M. Poutine devant des dirigeants économiques russes et asiatiques. "Mais ceux qui essaient de nous imposer quelque chose ne sont pas en mesure aujourd'hui de nous dicter leur volonté", a-t-il lancé.

Le dirigeant russe a appelé les pays européens à "revenir à la raison", au moment où des voix s'élèvent en Occident pour accuser la Russie d'utiliser l'énergie comme une "arme" en représailles aux sanctions liées à l'intervention militaire russe en Ukraine.

Des accusations rejetées mercredi par Vladimir Poutine: "Encore un non-sens!", a-t-il lancé.

Selon le président russe, les Européens, confrontés à une envolée des prix, "ont plusieurs solutions: soit subventionner les prix élevés (de l'énergie), (...) soit réduire la consommation".

"D'un point de vue économique, c'est correct. Mais d'un point de vue social, c'est dangereux. Cela peut provoquer une explosion", a-t-il mis en garde.

"Il vaut mieux respecter les obligations contractuelles, les règles civilisées", a-t-il fait valoir. "Il est impossible de nuire aux lois économiques +objectives+. Sinon cela vous reviendra comme un boomerang", a-t-il prévenu.

bur/abx