La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 291,18
    -451,64 (-1,30 %)
     
  • Nasdaq

    13 380,21
    -21,65 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2171
    +0,0037 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 173,64
    -2 030,39 (-4,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 503,89
    +1 261,21 (+519,70 %)
     
  • S&P 500

    4 153,75
    -34,68 (-0,83 %)
     

Russie : des milliers de personnes dans les rues pour soutenir Alexeï Navalny

·1 min de lecture

Plusieurs milliers de partisans de l'opposant russe Alexeï Navalny, emprisonné et en grève de la faim, sont descendus dans la rue mercredi soir à Moscou et Saint-Pétersbourg pour demander sa libération, malgré un important dispositif policier. Scandant des slogans tels que "Poutine voleur !" et "Liberté !", les manifestants moscovites, réunis dans différents cortèges, ont pu défiler près du Kremlin puis du siège des services de sécurité (FSB) sans que les forces antiémeutes interviennent, quelques heures après le discours annuel de Vladimir Poutine sur l'état de la Nation.

1.200 personnes arrêtées

Si elles n'ont pas atteint l'ampleur des manifestations du mois de janvier après l'arrestation d'Alexeï Navalny, les journalistes de l'AFP ont constaté la mobilisation de foules importantes dans les deux plus grandes villes du pays. La police a fait état de 6.000 manifestants dans la capitale et 4.500 à Saint-Pétersbourg. Au total selon l'ONG spécialisée dans le suivi des manifestations OVD-Infos, plus de 1.200 manifestants ont été arrêtés à travers le pays, notamment à Saint-Pétersbourg où près de 500 interpellations ont été recensées.

"C'est un combat pour l'avenir", estimait Andreï Zamiatine, un entrepreneur de 51 ans : "Navalny veut changer le système et il est puni pour cela". Mais certains manifestants ne cachaient pas leur déception de ne pas voir une foule plus nombreuse. "Je ne pense pas que cette action pourra sauver Navalny, il faudrait au moins 200 ou 300.000 personnes d...


Lire la suite sur Europe1