La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 827,11
    +2 687,67 (+6,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Russie : comment Alexeï Navalny a réussi à déclencher une vague de protestation inédite face à Vladimir Poutine

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

"Depuis des années, Alexeï Navalny se bat pour nous, à notre tour de nous battre pour qu'il soit libéré." Dans une enquête sur une fastueuse demeure appartenant à Valdimir Poutine sur les bords de la mer Noire, diffusée mardi 19 janvier, les soutiens de l'opposant russe ont publié un message pour appeler à manifester samedi et réclamer sa libération.

Le retour en Russie du militant anti-corruption, victime d'un empoisonnement présumé cet été, et son emprisonnement ont réveillé l'opposition, qui tente de faire entendre sa voix malgré la répression.

En retournant au pays malgré les risques d'être emprisonné

Après cinq mois de convalescence en Allemagne à la suite de sa grave maladie contractée alors qu'il se trouvait en Sibérie à la fin août, Alexeï Navalny est revenu en Russie dimanche 17 janvier. L'opposant, qui a toujours soutenu avoir été victime d'une tentative d'empoisonnement de la part des services secrets russes avec un agent neurotoxique, savait quel sort l'attendait à son retour au pays : la prison. Le service pénitentiaire russe l'avait prévenu mais ces menaces ne l'ont pas effrayé. "Vais-je être arrêté ? c'est impossible, je suis innocent", avait-il clamé devant les journalistes présents dans l'avion qui le ramenait.

Après une nuit en garde à vue, l'opposant numéro 1 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi