La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 167,13
    -466,87 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

La Russie accueille une délégation de talibans pour évoquer la stabilité en Afghanistan

·1 min de lecture

La Russie accueille ce mercredi 20 octobre à Moscou une délégation des nouveaux maîtres de Kaboul. Les talibans sont classés « terroristes » depuis les années 2000, mais les canaux de discussion avec Moscou ont toujours été ouverts. Et la Russie a un objectif essentiel : la stabilité sur son flanc sud.

Avec notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri

3 octobre 2021 : une explosion dans une mosquée à Kaboul fait une vingtaine de morts et plus de 30 blessés. La Russie est un des tout premiers pays à faire un communiqué condamnant l’attaque revendiquée par le groupe État islamique.

15 octobre : c’est Vladimir Poutine qui s’inquiète officiellement des ambitions et des forces du groupe jihadiste. Ce sont 2 000 combattants qui se préparent à étendre leur influence en Asie centrale et dans des régions russes, dit le président. Parmi eux des jihadistes endurcis de Syrie et d’Irak, avançait plus tôt dans la semaine le président russe.

Requête sur la stabilité de la zone

Il n’y aura pas de percée particulière attendue ce mercredi dans la capitale russe, la rencontre n’est en tout cas pas prévue pour ça. Moscou veut redire sa requête sur la stabilité, obtenir des réponses à ses questions sur les moyens des talibans d’y parvenir.

Et si pour cela, les nouveaux maîtres de Kaboul doivent gouverner avec d’autres forces, alors Moscou entend peser de tout son poids et au passage s’imposer comme incontournable après le retrait américain. Les États-Unis n’auront pas d’émissaire à ce rendez-vous.

►À lire aussi : Afghanistan: Vladimir Poutine espère que les talibans deviendront «civilisés»

VIDÉO - Covid-19 : de nouvelles restrictions à Moscou suite à une hausse spectaculaire des cas :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles