Marchés français ouverture 7 h 2 min
  • Dow Jones

    34 022,04
    -461,68 (-1,34 %)
     
  • Nasdaq

    15 254,05
    -283,64 (-1,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 860,27
    -75,35 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,1321
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    23 658,92
    +183,66 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    50 334,33
    -943,99 (-1,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 446,40
    -22,68 (-1,54 %)
     
  • S&P 500

    4 513,04
    -53,96 (-1,18 %)
     

Russie: émeute massive dans une prison du Caucase, une enquête ouverte

·1 min de lecture

Les autorités russes ont ouvert une enquête ce samedi 16 octobre après une émeute des détenus d'une prison de Vladikavkaz, dans le Caucase russe. La veille, au moins 200 prisonniers s'étaient rebellés pour dénoncer des actes de torture de la part des gardiens. D'après les déclarations officielles, l'incident n'aurait fait aucune victime.

Avec notre correspondant à Moscou, Paul Gogo

D'après les associations de défense des droits de l'homme, plus de 200 détenus auraient pris part à une émeute, vendredi 15 octobre, dans une prison de Vladikavkaz, dans le Caucase. Selon le récit des forces de l'ordre, « les forces spéciales » seraient venues à bout de cette rébellion en quelques heures.

Officiellement, l'incident n'a fait aucune victime, mais d'après l’ONG spécialisée Gulagu.net, des détenus se seraient « ouvert les veines » pour faire cesser les violences policières. Il y a quelques jours déjà, ce site spécialisé avait mis en ligne des images issues des services pénitentiaires russes : on y voyait des actes de torture inhumains dans une colonie pénitentiaire de la région de Saratov.

Émeutes dans une prison sibérienne en avril

L'ONG affirme, après avoir pris contact avec des prisonniers de Vladikavkaz, que c'est un ras le bol des actes de violence des gardiens qui aurait poussé les détenus à l'émeute.

De tels faits sont récurrents en Russie : les dernières émeutes de ce type dataient d'avril dernier, dans une colonie sibérienne. À chaque fois, les ONG effectuent le même constat : les détenus ayant participé aux troubles sont, dans les semaines qui suivent, sévèrement punis par leurs gardiens.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles