La bourse ferme dans 1 h 54 min
  • CAC 40

    6 314,56
    +27,49 (+0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,10
    +1,11 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    34 071,17
    -129,50 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,2031
    +0,0050 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 770,00
    -10,20 (-0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    46 875,66
    +1 080,56 (+2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 276,73
    -22,22 (-1,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,17
    +0,04 (+0,06 %)
     
  • DAX

    15 434,38
    -25,37 (-0,16 %)
     
  • FTSE 100

    7 008,72
    -10,81 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 028,93
    -23,41 (-0,17 %)
     
  • S&P 500

    4 178,28
    -7,19 (-0,17 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3955
    +0,0115 (+0,83 %)
     

Rupture conventionnelle : 4 conseils pour bien la négocier avec son employeur

·3 min de lecture
Rupture conventionnelle : 4 conseils pour bien la négocier avec son employeur

Envie de quitter votre travail pour démarrer un nouveau projet ? Voici quelques conseils pour partir par la grande porte.

Plus avantageuse que la démission pour le salarié et moins contraignante que le licenciement sec pour l’employeur, la rupture conventionnelle permet aux deux parties de se quitter à l'amiable. Le ministère du travail a enregistré 425 000 ruptures conventionnelles en 2020, un petit moins qu’en 2019. Le Covid-19 n’est sûrement pas étranger à cette baisse de 4,4% : les salariés se montrant plus frileux pour quitter leur poste pendant la crise sanitaire. Si jamais cette voie de rupture du contrat de travail -uniquement possible en CDI - vous tente, voici comment s’y prendre.

1. Choisir le bon moment

Négocier son départ demande un soupçon de tact et une grosse dose de préparation en amont. Pour ne pas froisser votre futur ex-chef, évitez à tout prix que celui-ci apprenne votre décision de quitter l’entreprise par des collègues ou des "bruits de couloir". Celui-ci pourrait se braquer et cela pourrait compliquer les négociations futures. Dans tous les cas prenez votre courage à deux mains et choisissez le moment idoine pour demander un entretien. En télétravail ? La requête devra se faire par visio.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : le télétravail coûte une petite fortune aux salariés

Contrairement à une lettre de démission, il n’est pas recommandé de coucher votre demande par écrit. Formuler votre souhait à l’oral est amplement suffisant. Gardez aussi bien à l’esprit que si votre employeur vous refuse la rupture conventionnelle, vous n’aurez d’autre choix que de démissionner et prendre le risque de ne pas être éligible à l’assurance chômage.

2. Bien réfléchir à son discours en amont

Une rupture conventionnelle se prépare des semaines en amont. Si votre projet est mûri et votre décision irrévocable, vous devrez exposer les bons arguments à votre responsable hiérarchique. Exposez de manière réfléchie les raisons qui vous poussent à quitter l’entreprise. Mettez en avant plutôt le positif (envie de déménager, reconversion pro, envie d'un nouveau projet...) que le négatif (mauvaise ambiance de travail, manque de considération...).

Dans tous les cas, préparez votre stratégie et tâchez d’anticiper toutes les questions. Autre chose : n’imposez pas la date de votre départ. Cette souplesse pourrait être l’argument ultime pour faire accepter une rupture conventionnelle à votre entreprise.

VIDÉO - Rupture conventionnelle : les fonctionnaires la plébiscitent

3. Être pro-actif dans la négociation

Si vous ne demandez rien, il y a de grande chance pour que vous partiez avec le minimum syndical. Vous préférez que vos congés soient payés plutôt que les poser avant de partir, posez la question à votre responsable. Idem pour votre indemnité spécifique de rupture conventionnelle, n’hésitez pas à discuter du montant de celle-ci lors de votre entretien préalable. Avec les bons arguments et si votre entreprise n’est pas en difficulté financière, vous parviendrez peut-être à faire grimper votre indemnité de quelques centaines d’euros.

4. Rester professionnel jusqu’au bout

Votre patron a accepté votre rupture conventionnelle et vous avez déjà la tête dans vos futurs projets ? Calmez vos ardeurs, le premier jour du reste de votre vie n’est pas pour tout de suite. Et vous avez tout intérêt à rester le plus professionnel possible jusqu’au bout !

À LIRE AUSSI >> Au travail, les Français se perdent dans des tâches superflues selon une étude

Montrer de la bonne volonté pourra d’abord vous aider au moment de la négociation de votre indemnité et de votre date de départ. Mais surtout, votre patron connaît peut-être d’autres personnes susceptibles de vous aider dans vos futurs recherches d’emplois. Et même s’il ne connaît personne, il vaut mieux qu’il ne manque pas d’éloges à votre sujet si votre futur employeur décidait de l’appeler. On ne le dira jamais assez : restez pros et en bons termes jusqu’au bout.

Ce contenu peut également vous intéresser :