La bourse ferme dans 1 h 9 min
  • CAC 40

    5 573,46
    +2,17 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 519,23
    +7,33 (+0,21 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1902
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 812,00
    +0,80 (+0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    14 432,32
    -655,25 (-4,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    335,36
    -35,16 (-9,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,29
    -0,42 (-0,92 %)
     
  • DAX

    13 310,98
    +21,18 (+0,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 365,72
    -25,37 (-0,40 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3326
    -0,0057 (-0,43 %)
     

Rugby - Tournoi - Romain Ntamack : « On ne pense pas vraiment à la victoire finale dans le Tournoi »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Le demi d'ouverture des Bleus, Romain Ntamack, pense d'abord à bien préparer le dernier match du Tournoi contre l'Irlande samedi (21 h 05) avant de s'imaginer remporter le trophée. Lui et ses coéquipiers savent que cela passera par une meilleure discipline que face aux Gallois le week-end dernier (38-21). Mardi soir, en conférence de presse, les Bleus ont répété à l'envi qu'ils se focalisaient d'abord et avant tout sur la rencontre de samedi soir (21 h 05) au Stade de France contre l'Irlande, pour la dernière journée du Tournoi des Six Nations, et non pas sur un éventuel titre qui les fuit depuis 10 ans. lire aussi Calendrier et résultats du Tournoi des Six Nations « On ne pense pas vraiment à la victoire finale dans le Tournoi, a asséné Romain Ntamack (21 ans, 17 sélections). On préfère se focaliser avant tout sur l'Irlande. Il ne faut pas trop penser au titre mais se concentrer sur notre match, faire 80 bonnes minutes, mettre de l'application comme face aux Gallois (victoire 38-21). »
Son coéquipier Vincent Rattez (28 ans, 6 sélections) ne disait pas le contraire : « J'ai vu les conditions pour remporter le Tournoi, nous ne sommes pas totalement maîtres de notre destin. On va essayer de se concentrer sur ce que l'on peut maîtriser, à savoir notre match contre l'Irlande. Mais une victoire dans le Tournoi serait énorme, évidemment. » Une indiscipline à corriger Face aux Irlandais, les Bleus devront faire preuve de maîtrise pour ne pas tomber dans les mêmes travers que le week-end dernier. Contre le pays de Galles, ils avaient concédé un total ahurissant de 16 pénalités (contre quatre pour leurs adversaires). Heureusement pour eux, cela ne leur avait pas porté plus préjudice que cela. lire aussi Décryptage de trois secteurs clés à revoir pour les Bleus avant l'Irlande « Il faut qu'on arrive à garder notre bonne agressivité mais en restant lucide, observe le pilier gauche Cyril Baille (27 ans, 21 sélections). On a fait des fautes, cela fait partie des choses à corriger, mais il faut conserver cet engagement. On sait aussi qu'il y a des nouvelles directives par rapport aux règles, que les arbitres font de plus en plus attention. C'est à nous de nous adapter. » Gare aux duels aériens Autre point noir de la performance face aux Diables Rouges, le jeu aérien. Samedi dernier, les Français ont cafouillé 13 réceptions de chandelle sur 16. « Le jeu aérien a été assez compliqué, reconnaît Vincent Rattez. C'est un domaine qui n'est pas évident, surtout ce week-end où le ballon était humide. On sait aussi que tous les contestes aériens sont délicats. Il y a plein de petits détails qui ne sont pas forcément perçus par les téléspectateurs mais quand on saute et qu'on est un petit peu gêné, on est vite déstabilisé. » Romain Ntamack « Contre l'Irlande, il faudra gagner la guerre de l'occupation pour remporter le match » « C'est un des points à améliorer pour le match de ce week-end, insiste l'ailier montpelliérain. Surtout que l'on sait que les Irlandais mettent beaucoup de jeu au pied de pression, notamment par le demi de mêlée, avec les ailiers qui montent en pression. » Son ouvreur, Romain Ntamack, s'attend lui à une belle bataille d'occupation du terrain face aux maîtres artificiers irlandais. « On sait qu'ils aiment taper des ballons hauts, ils sont habitués à cette stratégie-là, analyse-t-il. Ils ont un jeu au pied très précis. Il faudra que l'on soit solidaire sous les chandelles. Nous aussi on a des armes dans ce secteur. Le week-end dernier, on a beaucoup tapé dans le ballon, des jeux au pied stratégiques qui ont mis les Gallois à mal. Contre l'Irlande, il faudra gagner la guerre de l'occupation pour remporter le match. » lire aussi Gaël Fickou : « Vakatawa est quelqu'un d'incroyable »