La bourse ferme dans 3 h 57 min
  • CAC 40

    6 314,66
    +27,59 (+0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 037,64
    +4,65 (+0,12 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • Gold future

    1 784,80
    +4,60 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    47 428,25
    +1 465,43 (+3,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 295,98
    -95,73 (-6,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,99
    -0,14 (-0,22 %)
     
  • DAX

    15 453,50
    -6,25 (-0,04 %)
     
  • FTSE 100

    7 039,12
    +19,59 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3910
    +0,0071 (+0,51 %)
     

Rugby - Tournoi - ANG - La colère des Anglais après certaines décisions arbitrales lors de leur défaite au pays de Galles

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Lors de la défaite anglaise au pays de Galles samedi (40-24), à l'occasion de la troisième journée du Tournoi des Six Nations, plusieurs décisions de l'arbitre français Pasacal Gaüzère ont créé la polémique outre-Manche. Après sa défaite inaugurale contre l'Écosse à Twickenham début février (6-11), le quinze de la Rose est une nouvelle fois tombé dans ce Tournoi des Six Nations 2021, samedi à Cardiff (40-24). Les Anglais ont encaissé quatre essais et commis beaucoup trop de fautes (14) face au pays de Galles, toujours en course pour le Grand Chelem. Mais au-delà de la défaite, les observateurs britanniques ont également souligné certaines décisions de l'arbitre français de la rencontre, le Français Pascal Gaüzère. Deux situations ont notamment retenu l'attention, à chaque fois conclues par un essai gallois, et à chaque fois en première période. lire aussi Les tops et les flops de Galles-Angleterre : Hardy inspiré, Itoje à la peine Une filouterie « aidée » par l'arbitre À la 16e minute de jeu, alors que le pays de Galles vient d'obtenir une pénalité dans les 22 mètres anglais, Owen Farrell, le capitaine du quinze de la Rose, demande à Pascal Gaüzère s'il peut prendre du temps pour parler à ses joueurs, trop indisciplinés depuis le début de la partie. L'arbitre accepte la requête mais l'ouvreur gallois, Dan Biggar, décide alors de jouer vite la pénalité et envoie une passe au pied gagnante vers son ailier Josh Adams, pour le premier essai de la rencontre. Les Anglais, Farrell en tête, viennent alors immédiatement se plaindre à l'arbitre : « Vous devez nous laisser le temps de nous préparer ! » Sans succès. « Je suis sans voix, c'est un arbitrage épouvantable, a alors déclaré l'ancien joueur Martin Johnson, consultant à la télé anglaise. Les ailiers sont venus dans les 30 mètres pour discuter et l'arbitre leur a donné deux secondes pour revenir. » En-avant de Rees-Zammit ? Quelques instants plus tard, après un jeu au pied de Josh Adams, Louis Rees-Zammit est le plus rapide pour récupérer le ballon mais il ne parvient pas à le contrôler. L'ailier gallois semble faire en-avant mais le genou de l'Anglais Henry Slade renvoie la balle vers l'en-but du quinze de la Rose et Liam Williams en profite pour marquer. Après une longue vérification à la vidéo, l'essai est finalement accordé et le pays de Galles creuse l'écart (17-6, 30e). L'ancien arbitre international gallois, Nigel Owens, a estimé qu'il s'agissait « à 100 % d'un en-avant ». Clive Woodward, dans le « C'était le plus grand match du monde samedi, et il était censé être arbitré par l'un des meilleurs arbitres du monde. C'était tellement amateur. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Après la rencontre, en conférence de presse, les Anglais se sont plutôt montrés beaux joueurs. « Peut-être qu'il y a eu des décisions difficiles, mais nous devons être assez bons pour surmonter cela », a expliqué Farrell. Son sélectionneur Eddie Jones avait plus de mal à contenir sa rancoeur : « Ce sont des décisions énormes, mais nous ne sommes pas autorisés à en débattre. Tout ce que je récolterais, c'est une amende et cela n'aidera personne. » Dans sa chronique pour le Daily Mail, l'ancien sélectionneur anglais Clive Woodward, champion du monde en 2003, n'a pas été tendre non plus avec Pascal Gaüzère, « sa trop grande influence » et ses « erreurs choquantes » : « C'était le plus grand match du monde samedi, et il était censé être arbitré par l'un des meilleurs arbitres du monde. C'était tellement amateur. » lire aussi Calendrier et résultats du Tournoi des Six Nations