Marchés français ouverture 5 h 37 min
  • Dow Jones

    30 273,87
    -42,43 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    11 148,64
    -27,77 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 318,02
    +197,52 (+0,73 %)
     
  • EUR/USD

    0,9919
    +0,0034 (+0,35 %)
     
  • HANG SENG

    18 087,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    20 478,94
    -51,71 (-0,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    461,71
    +3,30 (+0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 783,28
    -7,65 (-0,20 %)
     

Rugby: De Atcher à Laporte, l’Ovalie française en pleins démêlés judiciaires

Un an avant la Coupe du monde, le rugby entre en terrain miné: Claude Atcher, ex-patron de France 2023, a été mis à pied pour harcèlement alors que débute le procès pour corruption de Bernard Laporte et Mohed Altrad.

Ambiance tendue vendredi 2 septembre au ministère des Sports. La ministre Amélie Oudéa-Castéra a convoqué un conseil d’administration exceptionnel du Groupement d’intérêt public (GIP) France 2023 organisateur de la Coupe du monde de rugby en France. Il s’agissait de propulser à sa tête le numéro deux, Julien Collette, après la mise à pied du patron Claude Atcher le 30 août. Une décision attendue depuis que , un rapport accablant du comité d’éthique du GIP, dénonçant des "pratiques managériales alarmantes altérant le fonctionnement de la structure" et "l’état de souffrance d’un certain nombre de collaborateurs".

Claude Atcher, directeur général de France 2023. Il espère des millions de bénéfices pour un budget de 400 millions d\'euros. Crédit : Eric Tschaen/Rea
Claude Atcher, directeur général de France 2023. Il espère des millions de bénéfices pour un budget de 400 millions d\'euros. Crédit : Eric Tschaen/Rea

Claude Atcher, ex-directeur général de France 2023. Celui qui a obtenu la Coupe du monde 2023 pour la France est mis en cause par des salariés, après 24 départs sur 193 employés de la structure.

Harcèlement moral

Une avalanche de témoignages de salariés sur leur "harcèlement moral", 24 départs et 6 arrêts maladie en quelques mois parmi les 193 salariés du GIP. La Fédération française de rugby (FFR), qui détient 62% du groupement, et l’Etat, qui en possède 37%, ont alors fait diligenter une enquête sociale… qui a manifestement donné lieu à d’autres révélations gênantes. Dans la foulée, l’ et l’ ont enquêté sur d’autres griefs: "D’éventuels manquements à la probité économique et financière ou des conflits d’intérêts."

, Claude Atcher, que son ancien équipier du Racing 92 Eric Blanc qualifie "de troisième ligne rugueux, à l’ancienne", plaidait "un décalage intergénérationnel" avec certains salariés, lui qui n’est pas adepte du "management paternaliste", mais dénonçait surtout "une cabale pour le mettre hors-jeu". Cela tombe mal: il ne reste plus qu’un an pour peaufiner l’organisation de la Coupe du monde prévue du 8 septembre au 28 octobre 2023 ; de plus, Atcher était un rouage indispensable, qui avait œuvré pour faire obtenir au Japon puis à la France les Mondiaux 2019 et 2023. L’affaire reflète le climat délétère dans un (petit) monde du rugby français tenu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi