Marchés français ouverture 8 h 2 min
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • BTC-EUR

    52 741,10
    -105,95 (-0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     

Royaume-Uni: les restaurants empiètent sur les ventes au détail, Noël inquiète

·2 min de lecture

Avec les effets du Brexit et du covid-19, les spécialistes redoutent que l'économie britannique souffre en fin d'année.

Les ventes au détail ont reculé en août au Royaume-Uni, la réouverture des restaurants et bars ayant pesé sur les achats de nourriture tandis que ceux de vêtements ont été découragés par le temps peu estival. Par ailleurs, les difficultés persistantes d'approvisionnement inquiètent les détaillants à l'approche de la période clé de Noël. Les ventes en volume au détail ont reculé de 0,9% en août sur un mois après avoir déjà baissé de 2,8% en juillet (chiffre révisé), mais restaient 4,6% plus élevées qu'en février 2020, avant le plein impact de la pandémie, explique vendredi l'Office national des statistiques. Les ventes de nourriture ont diminué de 1,2% en août et celles hors nourriture de presque autant, lestées particulièrement par les grands magasins, les boutiques d'équipements et d'informatique. Les achats de vêtements en particulier ont pâti d'une météo pluvieuse. En revanche les achats d'essence ont progressé de 1,5% en août, les Britanniques partant davantage en vacances au sein du Royaume-Uni à cause des contraintes sur les voyages internationaux, mais restent un peu inférieurs (1,2%) à leur niveau pré-pandémie. La part de ventes en ligne a augmenté très légèrement à 27,7% en août, s'installant durablement à un niveau bien supérieur à avant la pandémie (19,7%).

Craintes de pénuries pour Noël

Pour Oliver Vernon-Harcourt, directeur de la distribution pour Deloitte, les comportements des consommateurs se sont relativement stabilisés depuis la réouverture de l'économie et "ce que nous voyons, c'est la nouvelle normalité". Ce nouvel état des choses comprend aussi des enseignes qui, pour "attirer des consommateurs plus attentifs à l'impact de leurs achats", se lancent dans des programmes zéro déchets ou dans des engagements sociaux et environnementaux. Les enseignes de "fast-fashion" Asos et Primark ont ainsi fait des annonces en ce sens ces derniers jours. Par ailleurs, face aux problèmes de chaîne d'approvisionnement déplorés à travers tout le secteur de la di[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles