La bourse ferme dans 5 min

Royaume-Uni : le programme choc de Jeremy Corbyn fait trembler les marchés actions

"Le rouge est mis". Limiter la fortune "obscène" des milliardaires, retirer de la Bourse les entreprises qui ne luttent pas assez contre le réchauffement climatique, et scinder les activités conseil et audit des grands cabinets comptables... en pleine campagne des législatives au Royaume-Uni, le parti travailliste, emmené par son leader Jeremy Corbyn, a annoncé une série de nouvelles mesures économiques radicales mardi. A quelques heure d'un premier débat entre le leader travailliste Jeremy Corbyn et le Premier ministre conservateur Boris Johnson, voici le point sur le programme économique très à gauche du Labour.

"Les disparités entre dirigeants d'entreprises et les autres employés sont devenues obscènes ces dernières années, a martelé mardi lors d'un discours John McDonnell, responsable des affaires économiques du Labour, fustigeant les milliardaires qui "achètent leur accès et leurs baisses d'impôts au parti conservateur de Boris Johnson" par leurs donations électorales. Les conservateurs ont promis certaines baisses d'impôts notamment la taxe immobilière pour les entreprises ou leur contributions au système de santé national (NHS), tout en revenant sur leur promesse de baisser l'impôt sur les sociétés.

>> A lire aussi - Brexit : les marchés parient sur l'accord de Boris Johnson, mais gare aux surprises !

Le parti travailliste prévoit pour sa part un "prélèvement sur les salaires excessifs" des entreprises, et un écart maximal autorisé entre salaires de hauts dirigeants et d'employés de 1 à 20 contre 1 à 150 actuellement selon M. McDonnell. Les entreprises qui participent à des appels d'offres publics devront respecter cet écart. Les entreprises devront aussi déclarer dans leur rapport annuel qu'aucun employé n'a été payé moins que le salaire minimal, qui serait relevé sous un gouvernement "Labour". Côté taxes, le premier parti d'opposition veut réduire la taxe immobilière pour les entreprises qui nuit aux commerces, augmenter l'impôt sur les entreprises de 19 à 26%

(...) Cliquez ici pour voir la suite