La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    38 787,63
    -2 758,47 (-6,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Royaume-Uni : le prince Philip, roi des dérapages

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Des blagues douteuses, des remarques déplacées, voire pire... Le prince Philip, disparu vendredi 9 avril à l'âge de 99 ans, aura marqué l'histoire de la monarchie britannique par les dérapages verbaux qui ont régulièrement émaillé ses innombrables engagements officiels. L'époux de la reine Elizabeth II était connu pour ses propos souvent politiquement incorrects, et même parfois franchement racistes ou sexistes. A tel point que la presse britannique en publiait un classement chaque année à l'occasion de son anniversaire. Franceinfo passe en revue les sorties les plus controversées du prince.

Des blagues de mauvais goût

Après un concert de Tom Jones en 1969, le prince Philip félicite, à sa manière, le chanteur : "Avec quoi vous gargarisez-vous ? Des cailloux ?"

En 1994, il dit à un riche habitant des îles Caïmans : "Vous descendez presque tous de pirates, non ?".

"Mais comment faites-vous pour convaincre les gens du coin d'arrêter de boire le temps de passer leur permis ?", demande-t-il à un moniteur d'auto-école en Ecosse, en 1995.

A la jeune Afghane Malala Yousafzaï qui a survécu à une attaque des talibans contre un bus d'écolières en 2013, il explique que les enfants "vont à l'école parce que leurs parents n'en veulent pas à la maison".

Des remarques grossophobes ou visant les personnes en situation de handicap

"Vous n'êtes pas ici depuis longtemps, vous n'êtes pas bedonnant !", lâche l'époux d'Elizabeth II à un Britannique lors d'une visite à Budapest, en 1993.

(...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi